Le Rouge et Noir d’Ottawa a pu choisir Kétel Assé en huitième ronde, il y a trois jours.
Le Rouge et Noir d’Ottawa a pu choisir Kétel Assé en huitième ronde, il y a trois jours.

Kétel Assé: le joueur qui a glissé chez le Rouge et Noir

Son nom devait être appelé parmi les premiers espoirs, et non les derniers, lors du repêchage de la Ligue canadienne de football.

Le Rouge et Noir d’Ottawa a pu choisir Kétel Assé en huitième ronde, il y a trois jours. Seulement huit joueurs ont été sélectionnés après le bloqueur québécois qui a brillé à l’Université Laval.

Que s’est-il passé? Comment expliquer cette dégringolade?

Assé, qui fait six pieds sept pouces et 300 livres, a été classé sixième meilleur espoir par le bureau de recrutement du circuit, en décembre. Il a été relégué au 11e rang lors du récent relevé, à la mi-avril.

Plusieurs analystes le voyaient comme un choix de première ronde.

«Des fois, c’est une question de circonstances. Il n’y a pas beaucoup d’équipes dans la ligue qui utilisent des bloqueurs canadiens», avance Sasha Ghavami, qui est l’agent du joueur vedette du Rouge et Or.

«C’est sûr que c’est décevant de voir son nom sortir tardivement. Kétel, c’est un passionné. Il a toujours montré qu’il est un battant. Il va se relever.»

Ghavami a offert plusieurs exemples de joueurs qui ont percé dans la LCF malgré leur rang de sélection tardif. Ses clients Sean Thomas-Erlington et Kerfalla-Emmanuel Exumé ont été choisis en huitième ronde, respectivement en 2017 et 2019.

Le premier est devenu un redoutable porteur de ballon l’an dernier à Hamilton avant de se blesser. Le second est devenu un rouage important au sein des unités spéciales des champions de la coupe Grey, les Blue Bombers de Winnipeg.

«Il y a des exemples aussi de gars qui sont repêchés tôt et que ça ne marche pas pour eux. Je répète toujours aux joueurs que l’important, c’est d’obtenir une opportunité de se développer», affirme Ghavami.

Assé, lui, n’a pas donné suite aux demandes d’entrevue. Le jeune homme de 25 ans a offert un court gazouillis durant le week-end, qui traduit bien ses états d’âme.

«Transformez votre douleur en colère, la colère en motivation et la motivation en succès... Excité par cette occasion! Maintenant, c’est le travail!»

Qu’il ne soit pas réclamé tôt n’a pas surpris son nouveau patron à Ottawa. «Même pour nous, il n’était pas un choix de première ronde ni de deuxième, avoue le directeur général du Rouge et Noir Marcel Desjardins.

«Il possède tous les éléments au point de vue physique, mais il y a plusieurs éléments techniques de son jeu qu’il doit améliorer. Quand un joueur comme lui se présente au NFLPA Collegiate Bowl, tout d’un coup le public commence à penser qu’il peut jouer dans la NFL dès le lendemain. Si toutes les équipes ne l’ont pas choisi, c’est qu’il y a une raison pour ça.»

Du même souffle, Ottawa ne s’attendait pas à le voir glisser si loin. Et pourquoi le club ne l’a-t-il pas repêché plus tôt?

«Nous avons déjà de la profondeur au sein de notre ligne offensive», rappelle Desjardins.

Le Rouge et Noir compte déjà six joueurs canadiens qui ont disputé des parties en tant que partants au sein de la ligne, en 2019. Il a même repêché le garde Jakub Szott en quatrième ronde.

Qui plus est, le nouvel entraîneur-chef Paul LaPolice compte miser sur un ou deux bloqueurs américains lors de la prochaine saison.

Kétel Assé sera donc un projet pour le nouvel entraîneur de la ligne offensive, Bob Wylie, qui a formé son lot de bloqueurs dans la LCF et la NFL.

«Il va devoir se présenter au camp comme un gars qui veut gagner un poste, et non juste simplement faire partie de l’équipe. Il doit avoir la mentalité d’être le meilleur», affirme Desjardins.