Keith Sanscartier aura sa chance avec le Rouge et Noir d’Ottawa.

Keith Sanscartier gagne son pari

Trois-Rivières — Keith Sanscartier aura l’occasion de se faire valoir lors d’un camp d’entraînement d’une équipe de la Ligue canadienne de football, au printemps prochain.

Demi-défensif étoile du Vert et Or de l’Université de Sherbrooke qui n’a pourtant jamais évolué dans les rangs collégiaux, le Trifluvien de 25 ans se rapportera au Rouge et Noir d’Ottawa en mai, a annoncé l’organisation ontarienne dans les dernières heures.

Il ne s’agira pas du premier contact de Sanscartier avec le Rouge et Noir; il avait été invité à un camp d’essai l’an passé. Malgré des tests concluants, on ne l’avait pas repêché.

«Je le sais depuis un certain temps, je suis heureux de pouvoir partager la nouvelle. Quand ils m’ont contacté, j’ai répondu oui tout de suite», sourit l’ancien des Lions de Chavigny. «Pour être honnête, je visais Ottawa.»

Il n’y a d’ailleurs pas eu de discussions avec d’autres clubs. «Je sais à quoi m’attendre de cette équipe, j’ai déjà visité leurs installations et je connais des gars du Rouge et Noir.»

S’il parvient à se tailler un poste dans la capitale fédérale, Sanscartier rejoindrait le spécialiste des longues remises Louis-Philippe Bourassa, originaire de Shawinigan. «C’est mon objectif en tout cas!»

Sanscartier compte parmi les 14 joueurs sélectionnés par le Rouge et Noir en ce début d’année.

Lors de son ultime campagne universitaire à Sherbrooke, il a réalisé 45 plaqués en huit matchs, ce qui le situait au deuxième rang du réseau québécois.

Membre important de la tertiaire sherbrookoise, il fut aussi un joueur clé sur les unités spéciales. Malheureusement, son équipe a encaissé une défaite dès le premier tour des éliminatoires, contre Laval.

«J’aurais aimé qu’on se rende plus loin, mais sur le plan individuel, cette saison m’a permis de recevoir l’offre du Rouge et Noir.»

Le futur bachelier en administration des affaires se battra donc pour un poste dans la LCF en mai, sans doute sur les unités spéciales. Il s’inspire du parcours d’Antoine Pruneau, devenu un régulier de la brigade défensive à Ottawa.

«Nos styles se ressemblent. Je suis rapide et en mesure de compléter mes plaqués. Mais si je dois faire mes classes sur l’équipe de pratique, j’accepterai mon rôle. Je n’abandonnerai pas à la première embûche.»

Le parcours de Sanscartier figure parmi les belles histoires des dernières années du Réseau du sport étudiant du Québec.

Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, l’adolescent s’est dirigé vers l’armée, avant de retourner aux études quelques années plus tard. Même s’il n’a pas joué au football dans les rangs collégiaux, il s’est imposé comme l’un des meneurs du Vert et Or, autant sur le terrain que dans le vestiaire.