Le quart-arrière, Jonathon Jennings, prendra la relève du partant Dominique Davis lors du match de vendredi face aux Blue Bombers à Winnipeg.

Jonathon Jennings va courir

Jonathon Jennings porte d’amusantes chaussures, parfois, à l’entraînement. Un imprimé guépard, sur des bottines à crampons, ça frappe l’imaginaire.

Les chaussures n’étaient pas dans l’avion qui a mené le Rouge et Noir d’Ottawa à Winnipeg, jeudi après-midi.

«Ce sont des chaussures que je porte pour m’amuser, à l’entraînement. J’en aurai des plus classiques, aux couleurs de l’équipe», dit le quart-arrière qui obtiendra vendredi soir son premier départ de la saison.

Jennings prendra la relève à Dominique Davis. L’homme de confiance de la direction aurait subi une blessure, la fin de semaine dernière.

Déjà, après trois jours d’entraînement, Jennings est prêt à dire qu’il fera les choses différemment.

Même quand il porte des chaussures rouges et noires, il est un rapide coureur.

«Je vais probablement courir un peu plus que Dom. Ça fait partie de ma façon de jouer», dit-il.

«Je vais essayer de tout faire en mon possible pour rester sur le terrain le plus longtemps possible. Je vais essayer de contrôler toutes les situations à l’attaque. Je vais essayer de transmettre mon énergie aux autres. C’est pas mal ça.»

Jennings a couru avec le ballon à 185 reprises, durant son séjour de quatre saisons chez les Lions de la Colombie-Britannique. Il a conservé une bonne moyenne de 5,3 verges gagnées par course. Il a marqué quatre touchés au sol, en 2016.

«C’est un aspect de son jeu que j’aime bien. Il est capable d’utiliser ses pieds, commente l’entraîneur-chef du Rouge et Noir, Rick Campbell. Il est capable de lancer de bonnes passes depuis la pochette protectrice. Quand le mur de la ligne à l’attaque cède, il peut aussi courir pour se sortir de situations fâcheuses. C’est une très bonne chose. La défensive adverse n’aura pas le choix de prendre cela en considération.»

En passant les premières années de sa carrière dans l’ouest du pays, Jennings a souvent eu l’opportunité d’affronter les Blue Bombers. Il a déjà connu de belles journées sur leur pelouse. On pense notamment à un match disputé vers la fin du mois d’octobre 2017. Il avait complété quatre passes de touché et accumulé 408 verges de gain par la voie des airs, dans une victoire au Investors Group Field.

«J’ai connu de bons matches, là-bas. J’en ai eu de plus difficiles. Je me souviens aussi de quelques sorties laborieuses. La constante, là-bas, c’est la foule. Il y a toujours beaucoup de monde et les fans sont toujours très animés. Rien ne me fait plus plaisir que de tranquilliser des partisans énergiques», dit-il.

Pas de Harris

Jonathon Jennings n’aura peut-être pas le choix de miser sur ses pieds.

À l’instar de ses chaussures de guépard, le receveur éloigné R.J. Harris n’a pas fait le voyage à Winnipeg.

Cible favorite de Dominique Davis, Harris a capté 23 ballons dans les quatre premières parties de la saison.

Des gens qui l’ont vu après le match de samedi ont remarqué qu’il avait du mal à se déplacer.

Pour le remplacer, Campbell fera appel à un joueur qui manque cruellement d’expérience. Noel Thomas fils appartient à l’équipe depuis plus d’un an, mais il a pris part à seulement cinq matches en 2018.

«Il aurait pu se retrouver dans notre formation dès le premier match de la saison régulière, plaide Campbell. Nous avons de la profondeur. C’est une bonne chose.»

+

Crockett prêt à conquérir l’ouest

Jonathan Crockett a fait ses études universitaires à Fargo, dans le Dakota du Nord.

Il a donc vécu à environ 350 kilomètres de Winnipeg.

Il ne lui a cependant jamais traversé l’esprit de franchir la frontière canado-américaine pour aller voir un match professionnel des Blue Bombers.

« Dans toute ma vie, je suis sorti une seule fois de mon pays. C’était pour aller jouer un match de la saison régulière de la NFL à Londres », de confier le porteur de ballon américain.

Il ne regrette pas sa décision de tenter sa chance au Canada, cette année. À 27 ans, il obtiendra un premier départ dans le football professionnel, quand le Rouge et Noir rendra visite aux Blue Bombers.

« C’était un petit sacrifice, à l’époque. Mais je ne suis pas fâché d’avoir pris cette décision. Je suis béni. On m’offre une opportunité incroyable. Je suis content de jouer au football. »