Le maraudeur Jean-Philippe Bolduc épaule sa copine Melissa Desmarais dans la confection de masques non médicaux à divers motifs.
Le maraudeur Jean-Philippe Bolduc épaule sa copine Melissa Desmarais dans la confection de masques non médicaux à divers motifs.

Jean-Philippe Bolduc, concepteur de masques

Confinement oblige, des athlètes se découvrent de nouveaux talents. C’est notamment le cas chez le Rouge et Noir d’Ottawa.

Un des membres bien connus de la «French Mafia» s’est lancé dans le domaine de la couture!

Le maraudeur Jean-Philippe Bolduc épaule sa copine Melissa Desmarais dans la confection de masques non médicaux à divers motifs. «Je suis devenu son employé numéro un», blague-t-il.

«Je m’occupe du découpage du matériel, de l’assemblage et de l’emballage. Je fais tout ce qui n’est pas couture et design!»

Tout le travail se fait dans l’appartement de madame, à Pointe-Claire.

Dans les dernières semaines, Mme Desmarais a été mise à pied temporairement par son principal employeur. Elle a donc eu un peu plus de temps à consacrer à sa boutique virtuelle de vente de vêtements, Shop Hangar.

«Elle a juste commencé à faire comme ça un masque avec du matériel qu’elle avait. Elle a mis ensuite une photo sur les réseaux sociaux où elle a plus de 50 000 abonnés.»

Des gens lui ont suggéré d’en vendre.

«Ç’a commencé à partir comme des petits pains chauds», relate Bolduc.

«Ça ne fait que 10 jours et il y a déjà plus de 250 masques qui ont été vendus. Je suis impressionné par elle. Elle fait ça pendant 10 heures chaque jour.»

Surtout que son amie de coeur a appris la couture sur le tas, dans les deux semaines.

«Elle regarde des vidéos sur le web.»

«Il a fallu que j’appelle ma mère pour lui emprunter sa machine à coudre. Elle l’a laissée devant sa maison et je l’ai ramassée.»

L’entrevue avec le footballeur s’est déroulée samedi, en après-midi. La veille, Bolduc a profité d’une discussion sur Instagram avec des amateurs du Rouge et Noir pour parler de l’initiative de sa copine.

Le jeune vétéran de quatre saisons a même confié que des masques aux carreaux rouges et noirs ont été conçus. Ils se vendent au coût de 12 $ l’unité au www.shophangar.com.

«J’ai regardé, tantôt, sur le site web. Beaucoup de gens en ont déjà acheté», indique Bolduc.

Durant l’échange avec les partisans, diverses questions lui ont été posées. Un mordu voulait savoir qu’elle était la recette à succès pour sa longue et belle chevelure. Un de ses anciens coéquipiers, Chris Randle, lui a demandé à la blague s’il avait déjà été combattant professionnel en arts martiaux mixtes.

«Des gens voulaient savoir comment les joueurs se préparent en ne sachant pas quand nous allons jouer ou si nous allons même jouer. C’est un peu le néant pour tout monde. On essaie de se préparer avec les moyens du bord.»

«Si tu m’avais dit, il y a trois mois, que je deviendrais un avide joggeur, je ne t’aurais pas cru! Je n’ai jamais aimé ça. Je n’aime toujours pas ça, mais je vais courir sur le bord de l’eau le matin en écoutant des podcasts.»

Jean-Philippe Bolduc n’aurait peut-être pas cru, non plus, qu’il passerait son mois d’avril à découper du tissu.