Trevor Harris était parmi les meilleurs quarts avant de se blesser la saison dernière.

Harris a retrouvé la santé

Son épaule est enfin guérie. Sa main aussi.

Trevor Harris piaffe d’impatience à l’idée de sauter sur le terrain avec ses coéquipiers, le mois prochain, lors du mini-camp du Rouge et Noir à la Place TD. Le quart-arrière se trouve depuis mercredi à Winnipeg où se déroule la « Semaine de la LCF », un événement réunissant joueurs vedettes, partisans et médias.

Une des questions qui lui seront posées ? Comment ça va Trevor ?

« Mon corps est de retour à la normale depuis le mois de février », a assuré Harris au bout du fil.

« Je ne cacherai pas que ce fut une bataille plus longue que prévu pour retrouver la pleine santé. Mais depuis un mois, je suis capable de lancer le ballon comme auparavant. »

Harris avait subi une séparation de l’épaule droite tôt en septembre contre Hamilton. Il devait initialement rater six semaines, mais il était revenu plus tôt au jeu.

Puis dans une autre partie contre les Tiger-Cats, il s’était fait mal à une main.

« L’ongle de mon pouce a finalement repoussé cet hiver », a-t-il lancé.

« Mais tu sais, c’est monnaie courante les blessures. Matt Nichols à Winnipeg a joué à travers des bobos. Bo Levi (Mitchell) et Mike Reilly aussi. Les meilleurs joueurs vont quand même exceller à travers la douleur. J’ai appris ça dans la dernière année. »

À plusieurs reprises, Trevor Harris dira durant l’entrevue avoir beaucoup appris en 2017, sa première saison complète en tant que quart numéro un du Rouge et Noir. Il a pris la relève de Henry Burris, qui a accroché ses épaulettes.

Harris a terminé le calendrier régulier ayant complété 398 de ses 572 passes pour 4679 verges, 30 touchés et 11 interceptions. Il était parmi les meneurs de la LCF avant de se blesser.

Mais malgré ses succès, Ottawa éprouvait des difficultés à gagner des parties.

« Chaque année, on dirait que j’ai de plus en plus hâte de renouer avec l’action, d’être encore meilleur. Mais je te dirais que cette saison, ma façon de voir les choses a changé. Je veux assumer encore plus de leadership, réunir tout le monde et qu’on devienne meilleur comme équipe. C’est ça ma motivation. »

Le Rouge et Noir n’a pas caché son désir de renouer avec le match de la coupe Grey après y avoir participé en 2015 et 2016. Il a opté pour la stabilité à l’attaque, donnant de nouveaux contrats à Harris de même que Brad Sinopoli, Diontae Spencer et William Powell.

En défensive, ce fut le grand ménage. Antoine Pruneau demeure l’unique véritable partant encore présent.

Ottawa a multiplié les embauches. Il y a l’ailier A.C. Leonard, le plaqueur Daryl Waud, le secondeur Kyries Hebert de même que les demis Rico Murray, Loucheiz Purifoy et Josh Johnson.

Harris a suivi le tout à distance, tout en s’entraînant chez lui aux États-Unis.

« Il y a toujours beaucoup de changements d’une saison à l’autre dans cette ligue, a-t-il rappelé. En tant que leader, c’est mon rôle de réunir tout ce monde, de m’assurer que tout le monde pousse dans la même direction. Moi, je vois que cette équipe est dans le coup pour ramener la coupe Grey à Ottawa. »

Un indice qu’il ne s’agit pas uniquement de belles paroles ?

Harris a déjà jasé avec plusieurs des nouveaux venus.

« Je te dirais que je parle régulièrement notamment avec Kyries. Il s’apprête à devenir papa à son tour. Nous avons aussi discuté de stratégies en vue de la saison prochaine », a-t-il dit.

« Puis ça sera plaisant de voir que l’oiseau fâché (surnom de Hebert) jouera à nos côtés et non contre nous ! »

Justement, Hebert fait partie du groupe de six joueurs du Rouge et Noir à Winnipeg cette semaine en compagnie de Harris, Powell, Spencer, Sinopoli et Greg Ellingson.

LA «SEMAINE DE LA LCF» À OTTAWA EN 2019?

Quatre mois après avoir présenté le match de la coupe Grey à la Place TD, le Rouge et Noir planche sur un nouveau projet. Il aimerait accueillir la « Semaine de la LCF » en 2019, a appris Le Droit.

Il s’agit de l’un des événements de la saison morte les plus imposants de l’histoire de la Ligue canadienne de football. Plus de 50 joueurs étoiles de la ligue y participent, tout comme les plus beaux espoirs en vue du repêchage de même que les vedettes du passé.

Régina a présenté la première édition l’an passé. Winnipeg accueille tout ce monde depuis mercredi.

« Nous avons fait connaître notre intérêt auprès de la ligue, que nous aimerions être les hôtes l’an prochain », a confirmé un des propriétaires du Rouge et Noir, Jeff Hunt.

Jeff Hunt, un des propriétaires du Rouge et Noir

« Ça devient rapidement un des événements très populaires auprès des partisans. Ce fut un succès l’an passé en Saskatchewan. Et j’étais à Winnipeg hier. Tu pouvais voir que les gens étaient excités à l’idée de recevoir tout le monde chez eux. »

La logique dicte, rappelle Hunt, que la « Semaine de la LCF » passe dans l’est du Canada en 2019.

« Tu ne présentes pas cet événement pour obtenir de la visibilité. La raison principale, c’est de récompenser tes partisans pour leur appui. Cet événement est destiné à des endroits où la LCF est très populaire. Et il ne fait aucun doute que les gens d’Ottawa raffolent de football canadien. »

La programmation de la « Semaine de la LCF » s’étend sur cinq jours cette année à Winnipeg. Il y a notamment une foire des partisans au centre des congrès RBC, un espace festif de 105 000 pieds carrés. Un terrain de football de 80 verges sur 40 verges a été aménagé pour diverses activités.

Les amateurs peuvent notamment amorcer des démarches pour devenir un officiel en complétant le niveau 1 de la certification des officiels de Football Canada. La prochaine cuvée du Temple de la renommée est aussi présentée.