Le botteur du Rouge et Noir, Lewis Ward, a effectué son 40e placement consécutif, vendredi soir.

Harris a manqué de magie

Lewis Ward l’a son record. Le Rouge et Noir, lui, devra toutefois patienter un peu pour obtenir sa place en éliminatoires.

Le botteur recrue a réussi trois autres placements, vendredi soir, à la Place TD. Son dernier sur une distance de 40 verges était son 40e consécutif, un de plus que la marque précédente de 39 détenue par Rene Parades, des Stampeders de Calgary.

Le brio de Ward n’a toutefois pas été suffisant pour Ottawa (8-6), qui s’est incliné 40-32 en prolongation contre les Blue Bombers de Winnipeg devant 21 027 spectateurs. Il s’agit d’une des plus petites foules de l’histoire de la franchise.

Ward et ses coéquipiers ont passé bien près d’arracher une victoire spectaculaire. Ils tiraient de l’arrière par 15 points avec trois minutes à écouler au dernier quart.

Deux passes de Trevor Harris, dont une avec 12 secondes à écouler en temps réglementaire, ont forcé la tenue de la prolongation. Mais le Rouge et Noir a manqué de magie par la suite.

Le vétéran Weston Dressler a capté une passe de 12 verges pour le touché décisif des Bombers.

Ottawa a obtenu une dernière occasion de créer l’égalité à nouveau et prolonger ce quart additionnel. Mais le receveur Brad Sinopoli a échappé le ballon à la ligne des buts, mettant fin à la partie.

« Ça fait mal parce que nous aurions pu nous assurer une place en éliminatoire, a rappelé le capitaine des unités spéciales, Jean-Philippe Bolduc.

«Oui, nous sommes revenus de l’arrière. Mais ça reste une défaite, que ce soit en temps réglementaire ou en prolongation... Il aurait fallu mieux commencer le match.»

Les meneurs de la division Est n’ont pas eu le ballon souvent et longtemps lors des 50 premières minutes.

Les Bombers ont marqué des points lors de leurs six premières possessions, dont cinq placements du vétéran botteur Justin Medlock.

L’entraîneur-chef Rick Campbell Campbell a bien tenté de réveiller son attaque dans les dernières minutes de la première demie. Il a opté pour un jeu truqué lorsque Ward s’alignait pour effectuer une tentative de placement de 47 verges.

Celui qui devait tenir le ballon au sol, Richie Leone, a choisi de courir avec ce ballon, mais il a été incapable d’obtenir les quelques verges nécessaires pour obtenir le premier jeu.

«Je trouvais qu’il y avait un peu de vent et je ne voulais pas qu’on botte le ballon. Puis c’est un jeu truqué que nous avions pratiqué», a expliqué Campbell après le match.

Il s’agissait de la septième défaite en 11 parties pour le Rouge et Noir au retour d’une semaine de relâche.

La dernière sortie de l’équipe remontait au 22 septembre dans un gain contre les Eskimos d’Edmonton.

Le Rouge et Noir devait se débrouiller sans un de ses piliers face aux Bombers. Le maraudeur Antoine Pruneau, qui avait entamé tous les matches de son équipe sauf un depuis 2014, a dû déclarer forfait en raison d’une blessure à la main droite. Il n’était pas le seul absent de taille.

Le garde format géant Nolan MacMillan était aussi relégué à un rôle de spectateur. Il était remplacé par le vétéran Jon Gott, qui effectuait un retour au jeu après avoir laissé de côté depuis la mi-août. L’absence de MacMillan a paru.

Le quart Harris a été victime de quatre sacs.

+

Il aura fallu une prolongation pour faire un maître entre le Rouge et Noir et les Blue Bombers, vendredi soir, à la Place TD d’Ottawa.

PAS LE TEMPS DE CÉLÉBRER

Lewis Ward n’avait pas le goût de fêter. Julian Feoli-Gudino non plus. Tout comme Rick Campbell.

Le premier est passé à l’histoire en réussissant une 40e tentative de placement de suite. Son coach a souligné l’exploit dans le vestiaire après la défaite, mais sans plus.

« J’ai mentionné que ce n’était pas le temps de célébrer son exploit. Lewis serait le premier à vous le dire », a soutenu Campbell.

Ward, lui, a rappelé qu’il s’attendait à bien faire en arrivant dans la LCF. « Mais c’est sûr que je ne croyais pas faire aussi bien que ça. Je ne me suis pas pointé en me disant que je battrais des records, a-t-il dit.

«C’est un feeling spécial.»

Quant à Feoli-Gudino, il a inscrit son premier touché en tant que membre du Rouge et Noir dans la remontée en fin de quatrième quart. Il a capté une passe de 33 verges.

«On forme une équipe. Chacun notre tour, on peut contribuer. Mon numéro a été appelé, ce soir. J’étais heureux de pouvoir aider», a simplement souligné le receveur québécois.

Plus loin, un autre receveur, Greg Ellingson, pestait. À ses yeux, l’indiscipline de ses coéquipiers et lui a mené à leur perte.

«La leçon à retenir ? Les pénalités. J’ignore combien de fois nous avons été pénalisés... J’avais l’impression que nous avions écopé de 15 pénalités pour 200 verges. Nous leur avons donné beaucoup de verges gratuites en défensive, a lancé Ellingson.

«En attaque, nous nous sommes placés souvent dans de mauvaises situations. Même en prolongation, le même scénario s’est reproduit. J’aurais aimé que ce ne soit pas le cas.»

Vérification faite, ce sont 12 pénalités pour 174 verges que le Rouge et Noir a écopées.