Le Rouge et Noir a battu les Tiger-Cats malgré quelques rebondissements, samedi. Sur cette séquence, A.C. Leonard perd l'équilibre.

Grâce à Ward, Ottawa reste au sommet

Lewis Ward faisait partie des plus gros points d’interrogation chez le Rouge et Noir d’Ottawa, en début de saison. Il est en train de se transformer en gigantesque point d’exclamation.

Le botteur ontarien de première année continue de frôler la perfection. Si son équipe détient un beau petit coussin de quatre points au sommet de la section Est de la Ligue canadienne de football, après sept semaines, c’est en grande partie grâce à lui.

Dans une victoire de 21-15 contre les Tiger-Cats de Hamilton, il a réussi des placements de 42, 26, 47, 37, 35, 15 et 43 verges.

Lewis Ward

Réussir sept bottés de précision, dans un seul match, n’est pas une mince affaire.

Ward a d’abord fracassé un record d’équipe. L’Américain Brett Maher avait réussi six placements dans la toute première victoire de l’histoire du Rouge et Noir, en 2014.

Maher gagne aujourd’hui sa vie chez les Cowboys de Dallas de la NFL.

Si on lui avait donné la chance de sauter sur le terrain une fois de plus, Ward aurait pu inscrire son nom dans l’épais livre des records de toute la LCF. Dans toute l’histoire du circuit, seulement quatre botteurs ont réussi huit placements dans un match. L’exploit a été réussi pour la dernière fois en septembre 1996.

Ses exploits n’ont laissé personne insensible. Même le très sobre entraîneur-chef Rick Campbell s’est permis une petite boutade lors de son intervention sur les ondes de TSN 1200, après la partie.

« Je pense qu’on devrait lui offrir un fauteuil en classe affaires dans l’avion qui nous ramènera à Ottawa », a-t-il ricané.

Sur une note plus sérieuse, Campbell a déclaré que la recrue de 25 ans a toute sa confiance.

Le contraire nous aurait étonnés. Il a réussi 24 de ses 25 bottés de précision, jusqu’ici, en 2018.

« Quand nous sommes sur les lignes de côté, nous savons que nous pouvons compter sur lui. »

Les performances de Ward permettent aux grosses vedettes de l’attaque de gagner un peu de temps. Encore une fois, cette semaine, le quart-arrière Trevor Harris a eu beaucoup de mal à compléter ses séquences à l’attaque. Brad Sinopoli a été le seul flanqueur à se démarquer. William Powell semble ralentir, lui qui a été limité à 47 verges gagnées sur 15 courses.

Les difficultés de l’attaque n’inquiètent pas trop la révélation du Rouge et Noir. « Quand on m’envoie sur le terrain, j’ai un travail à faire. Je suis content. Nous avons obtenu une belle victoire d’équipe », a-t-il déclaré à la radio.

Cinq plaqués, deux sacs
Ward n’est pas la seule recrue à sembler parfaitement à l’aise dans la LCF.

Le secondeur originaire du New Jersey Anthony Cioffi a obtenu à Hamilton un deuxième départ en autant de semaines.

Il a réalisé cinq plaqués en défensive et — surtout — deux sacs du quart.

Son deuxième sac a été réalisé dans un moment crucial, en toute fin de match, alors que l’attaque des Tiger-Cats tentait par tous les moyens d’atteindre la zone des buts pour niveler la marque.

« Je m’entraîne depuis longtemps dans le but d’obtenir une opportunité comme celle-là », a-t-il simplement commenté.