Anthony Gosselin (45) jouera une quatrième saison avec le Rouge et Noir. Il s’attend à être utilisé sur une base régulière au sein des unités spéciales.

Gosselin reste chez le Rouge et Noir

Anthony Gosselin l’avoue. Son sort chez le Rouge et Noir commençait à le chicoter.

Allait-il être de retour pour une quatrième saison ou non ? Son contrat le liant à l’équipe, qui l’a repêché en deuxième ronde en 2017, allait prendre fin le 10 février.

Finalement, son agent et l’organisation ont conclu mercredi un nouveau pacte d’une saison.

« Je suis content de rester dans le coin où j’ai effectué mes débuts, où on me connaît, a lancé le centre-arrière âgé de 27 ans au bout du fil.

«Je suis bien dans mes affaires à Ottawa avec tous les joueurs québécois. J’aime l’ambiance. J’avais peur de sortir de là... Ça commençait à me stresser. Je voulais rester à Ottawa, même si je commençais à me faire à l’idée de peut-être aller voir ailleurs.»

Cette stabilité arrive à un bon moment.

Le clan Gosselin va s’agrandir. Sa copine et lui attendent la venue d’un deuxième enfant. Une petite fille se greffera à la famille au moment où la nouvelle saison de la LCF sera lancée à la mi-juin.

«C’est moi qui ai parti ça d’avoir des enfants dans l’équipe. Notre garçon vient d’avoir 11 mois», a noté Gosselin en riant.

Le garde Nolan MacMillan est devenu papa en novembre. Le maraudeur Antoine Pruneau et l’ailier défensif Nigel Romick le deviendront à leur tour dans les prochains mois.

Sur un ton plus sérieux, Gosselin s’attend surtout à conserver un rôle similaire aux saisons précédentes chez le Rouge et Noir. On l’a utilisé sur une base régulière au sein des unités spéciales en 2019, l’impliquant notamment dans certains jeux truqués.


« Ça commençait à me stresser. Je voulais rester à Ottawa, même si je commençais à me faire à l’idée de peut-être aller voir ailleurs. »
Anthony Gosselin

La blessure au centre-arrière partant Jean-Christophe Beaulieu lui a permis d’obtenir du temps de jeu à l’attaque. Il a capté trois passes pour 18 verges en fin de saison.

«Je pense que l’équipe sait ce que je peux faire offensivement si on a besoin de moi. Mais je n’ai aucune idée de ce qui va se passer en 2020 avec notre nouveau coordonnateur offensif.»

Gosselin n’a pas eu le temps de pleurer la saison de misère du Rouge et Noir, qui n’a gagné que trois fois l’an dernier. Il travaille quatre jours par semaine pour la compagnie d’entretien ménager d’un de ses amis dans le domaine de la construction.

À cela s’ajoutent les deux cours universitaires inscrits à son horaire.

«Puis je m’entraîne quatre jours par semaine en plus d’être papa sept jours sur sept», a-t-il rappelé.

Et il y a la nouvelle maison achetée à Saint-Hyacinthe.

Jusqu’ici, sa conjointe ne lui a pas demandé de peinturer les murs blancs du nouveau domicile.

Mais Gosselin a déjà rayé deux couleurs possibles de la palette.

«Il n’y aura pas de rouge et noir. Ça ferait trop flash», a-t-il fait valoir en riant.

Ce dernier retrouvera un autre visage familier dans le vestiaire de l’équipe au printemps à la Place TD.

Le Rouge et Noir a confirmé mercredi le retour du populaire demi de coin Sherrod Baltimore, qui a accepté une nouvelle entente d’une saison. L’Américain âgé de 27 ans a connu ses meilleurs moments à l’automne 2018, réussissant quatre interceptions dans les cinq dernières parties de l’équipe, dont le match de la Coupe Grey contre Calgary.