Kevin Glenn (15), qui a remplacé au pied levé la semaine dernière, sera de nouveau le quart partant des Stampeders.

Glenn n'ira pas à Vancouver

Enlevez une ville à la liste de destinations possibles pour le quart récalcitrant Kevin Glenn, qui a demandé au Rouge et Noir de l'échanger.
Le vétéran de 13 saisons dans la LCF n'aboutira pas à Vancouver. Du moins pas pour l'instant. Et encore moins au prix demandé par Ottawa.
Le directeur général des Lions de la Colombie-Britannique a soutenu que son équipe «n'était pas dans le coup» pour obtenir les services de Glenn. Wally Buono cherche un quart capable d'épauler Travis Lulay en vue de la prochaine saison.
«Nous n'avons pas les ressources nécessaires pour répondre à leurs exigences», a dit Buono au Vancouver Province au sujet du prix exigé par le Rouge et Noir.
La formation d'expansion reluquerait un choix élevé en vue du prochain repêchage de même que deux partants.
Le directeur général Marcel Desjardins répète qu'il ne se sent pas obligé d'échanger Glenn qui s'attendait à obtenir le poste de numéro un dans la capitale.
Mais la mise sous contrat de Henry Burris le mois dernier a changé la donne. Ce dernier sera le quart de confiance de l'entraîneur-chef Rick Campbell.
Ce qui a poussé Glenn a exigé une transaction.
Un substitut, pas un partant
Le hic, c'est qu'il n'y a aucun endroit, sauf peut-être Winnipeg, où il pourrait entamer la saison en tant que quart-arrière partant.
Les Lions, de même que les Roughriders de la Saskatchewan, aimeraient obtenir un substitut d'expérience.
«Marcel le perçoit en tant que partant. Moi, je ne le vois pas comme un quart partant. J'en ai déjà un. Le prix demandé n'avait rien d'une aubaine», a soutenu Buono.