Trevor Harris

Fini les excuses chez le Rouge et Noir

Trevor Harris avait un message à livrer, mardi après-midi, lorsque ses coéquipiers et lui ont repris l’entraînement.

Le moment était bien choisi. C’était trois jours après avoir subi une deuxième défaite de suite. C’était aussi trois jours avant la première de deux parties consécutives contre les Tiger-Cats de Hamilton, vendredi, à la Place TD. Une série aller-retour qui déterminera le premier rang de la division Est.

« Fini les excuses... C’est le temps de se fermer la gueule et de jouer un match complet », a soutenu le quart-arrière du Rouge et Noir.

Ottawa (8-7) ressemble à Docteur Jekyll et Monsieur Hyde depuis le début de la saison.

Tantôt, on a l’impression d’avoir sous les yeux un sérieux aspirant à la coupe Grey. L’attaque est dévastatrice, la défensive est pingre.

Puis arrive ce match à Edmonton qui n’avait rien d’une œuvre de Picasso, samedi dernier, contre les Eskimos. Ottawa menait 16-14 après 30 minutes de jeu. Mais le club de la capitale a ensuite été dominé 20-0 en deuxième demie.

« C’est dur de gagner quand ton attaque est incapable de rester sur le terrain et que ta défensive est ensuite incapable d’en débarquer. On ne s’aidait pas. C’était clairement une défaite d’équipe », a lancé Harris.

Le Rouge et Noir avait aussi éprouvé des problèmes similaires la semaine précédente dans un revers contre Winnipeg. Ces deux revers ont permis au Ti-Cats de le rejoindre au sommet de la division.

La bonne nouvelle ?

« Nous sommes encore dans une bonne position malgré les hauts et les bas que nous avons vécus cette saison. Il suffit de gagner deux de nos trois dernières parties de la saison », a répété l’entraîneur-chef Rick Campbell.

Deux victoires permettront à sa formation de remporter le championnat de la division pour une troisième fois en quatre ans.

« Ça commence par gagner une première fois ce vendredi », a rappelé Campbell.

Ça commencera aussi par mieux protéger Harris. Le quart âgé de 32 ans a été victime de 10 sacs dans les deux dernières parties.

C’est beaucoup pour un joueur qui a entamé le calendrier régulier amoché.

« Je me sens assez bien pour jouer au football, mais pas assez bien pour jouer avec mon garçon à la maison pendant des heures, a commenté Harris lorsque questionné sur son état de santé.

«Je ne suis pas le seul joueur qui ne se sent pas super à ce temps-ci de l’année. Mais je m’assure de suivre tous les traitements médicaux nécessaires.»

Visiblement, le Rouge et Noir cherche par tous les moyens à mieux le protéger. À quel point ? Ses entraîneurs songent à lancer une recrue internationale, Josue Matias, dans la mêlée en tant que bloqueur à droite.

Le titulaire de ce poste, Jason Lauzon-Séguin, éprouve des difficultés depuis plusieurs semaines.

Il semble que la patience de ses patrons tire à sa fin.

Campbell a dit que l’équipe prendra une décision mercredi au sujet de la composition de sa ligne offensive. La dernière fois qu’elle a aligné deux bloqueurs non canadiens, c’était en 2015.

Une période durant laquelle le quart-arrière Henry Burris avait connu la meilleure saison de sa carrière, étant nommé joueur par excellence dans la LCF. SirVincent Rogers et Colin Kelly occupaient alors les rôles de bloqueur.

Que sait-on au sujet de Matias ?

Il est devenu en 2015 le premier joueur d’origine dominicaine à se joindre à une équipe de la NFL. Les Titans du Tennessee l’avaient mis sous contrat.

Blessé à un tendon reliant son tibia au genou, Matias a été libéré deux ans plus tard. À 6’5’’ et 310 livres, il s’avère le deuxième joueur le plus imposant chez le Rouge et Noir derrière Nolan MacMillan.

Son dernier match de football remonte au camp d’entraînement des Stampeders de Calgary. Seulement quelques heures après avoir été libéré en juin, il recevait un appel d’Ottawa.

«C’était plaisant de s’entraîner aujourd’hui au sein de la première unité offensive. On verra ce que le reste de la semaine réserve», a soutenu l’athlète âgé de 25 ans.

+

Powell, le joueur oublié

Un chiffre retient l’attention en décortiquant les statistiques de la dernière défaite du Rouge et Noir. Le meilleur demi offensif de la LCF, William Powell, ne s’est vu remettre le ballon que... neuf petites fois dans le match. Il a amassé un maigre 40 verges contre les Eskimos. C’était la troisième fois que Powell courait à 10 reprises ou moins dans une partie en 2018. Les deux autres fois ? Des défaites contre Calgary et la Colombie-Britannique. Bref quand Powell ne court pas, son club ne gagne pas. Comment expliquer que le Rouge et Noir a peu utilisé son joueur vedette dans une partie si importante ? La question du Droit a chatouillé l’entraîneur-chef. « Tu penses qu’il est notre meilleur joueur ? Je vais dire ça aux autres joueurs que tu as dit ça, a commencé par répondre Rick Campbell en riant. Il est un bon joueur de football, a-t-il ajouté. Nous appelons plus de jeux de courses que ça paraît, mais il faut parfois changer ce jeu à la ligne de mêlée...  C’est un bon joueur et il faut trouver une façon pour lui donner le ballon. » Quant à Powell, il a avoué être un brin frustré. « Frustré de ne pas avoir gagné plus de verges que ça lors des fois qu’on m’a fait confiance. »

Williams rejoint Pruneau à l’infirmerie

Au lieu de se vider, l’infirmerie du Rouge et Noir se remplit. Le secondeur Avery Williams n’a pas terminé le dernier match, victime d’une blessure au haut du corps. La recrue était absente à l’entraînement et tout indique qu’elle ratera la rencontre au sommet avec les Tiger-Cats. « Ce n’était pas beau sur le coup lors du match, mais il (Williams) dit mieux se sentir maintenant. Nous espérons le revoir plus tôt que tard », a soutenu Rick Campbell. On verra bien. C’était le même discours il y a deux semaines au sujet du maraudeur Antoine Pruneau. Le vétéran québécois, qui a été opéré à une main, a toutefois manqué les deux dernières parties. Et rien ne laisse présager un retour au jeu sous peu. Sur une note plus positive, le plaqueur ontarien Ettore Lattanzio a obtenu du temps de jeu au sein de la première unité défensive à l’entraînement. Sa présence aiderait à renflouer une ligne qui a éprouvé des problèmes à contrer le jeu au sol depuis deux semaines.