Le nom de l’entraîneur-chef des Carabins de l’Université de Montréal, Danny Maciocia, circule depuis que le poste est vacant chez le Rouge et Noir depuis la démission de Rick Campbell.

Et si c’était Maciocia?

Danny Maciocia savait exactement pourquoi un journaliste d’Ottawa le contactait. Il aurait pu ignorer la demande d’entrevue. Il n’aurait pas été le premier ces jours-ci.

Mais l’entraîneur-chef des Carabins de l’Université de Montréal a tout fait, sauf ça. Même s’il est débordé à trois jours du match de la coupe Dunsmore entre son équipe et le Rouge et Or de l’université Laval. Le gagnant accédera à la demi-finale nationale.

« Je vais être honnête avec vous. J’ai une semaine très chargée. Et je ne veux pas commencer des rumeurs », a-t-il dit au bout du fil.

On l’appelait au sujet du poste d’entraîneur-chef du Rouge et Noir qui est vacant depuis lundi. Rick Campbell a décidé de mettre un terme à son aventure à Ottawa après six saisons.

Le nom de Maciocia a été lancé en coulisses dans la LCF, surtout que le quinquagénaire québécois avait été un candidat en 2013 avant l’embauche de Campbell.

Est-ce que l’équipe pourrait se tourner vers lui cette fois-ci ? Est-ce que l’ancien coach des Eskimos d’Edmonton se laisserait tenter ?

« J’essaie de faire attention, a dit Maciocia. Je n’ai pas besoin de vous dire que les Alouettes vont probablement faire une annonce dans les prochaines semaines au sujet de nouveaux propriétaires. Ils vont vouloir se trouver un DG. Je suis engagé en ce moment envers l’Université de Montréal et ses joueurs.

«C’est un sujet délicat, a-t-il ajouté. Comme j’ai toujours dit, je ne fermerai jamais des portes. Mais je suis tellement bien ici à Montréal.»

La discussion est revenue sur 2013. Danny Maciocia était un des six candidats.

Le directeur général Marcel Desjardins l’avait rencontré. Les deux hommes se connaissaient depuis leur séjour chez les Alouettes au début des années 2000.

«On s’était parlé du poste à l’époque, mais je n’étais pas prêt à bouger, s’est rappelé Maciocia, qui dirige les Carabins depuis maintenant neuf saisons. On s’était parlé, mais je dirais que c’était plutôt une visite entre deux bons amis. Je considère Marcel comme une très bonne personne. Une bonne tête de football. D’après moi, n’importe qui peut travailler avec lui.»

Un commentaire intéressant, surtout que Campbell a quitté le Rouge et Noir en laissant entendre que sa relation avec Desjardins n’était plus à son goût. Les critiques du DG franco-ontarien lui reprochent son approche glaciale et têtue dans sa gestion de l’équipe.

Maciocia, qui a déjà été directeur général, n’est pas surpris que des amateurs montrent du doigt son ami. «Si on fait ce métier assez longtemps, ça va arriver. La clé, c’est que ça n’arrive pas souvent», a-t-il souligné.

À ses yeux, Desjardins demeure l’homme de la situation.

«Je ne peux pas croire qu’il y a une meilleure personne que lui qui peut diriger tout ça. Il a fait du bon boulot. L’équipe s’est rendue plusieurs fois au match de la coupe Grey avec lui. Elle en a gagné une.

«Je pense qu’il faut prendre un peu de recul, faire preuve de patience. La saison morte s’en vient. Il [Desjardins] va prendre des décisions au sujet du personnel. Il trouvera un entraîneur qui apportera sa vision des choses. [...] Je suis convaincu qu’Ottawa sera parmi les meilleures équipes en 2020.»

Reste à voir si ce sera avec Danny Maciocia sur les lignes de côté.

«Je m’attendais à me faire poser la question, a-t-il rappelé. Comme j’ai dit, le timing est loin d’être idéal de répondre au sujet du poste à Ottawa.»

Pendant ce temps, Rick Campbell est déjà sollicité. Les Lions de la Colombie-Britannique vont demander la permission au Rouge et Noir de lui parler après avoir congédié mercredi leur entraîneur DeVone Claybrooks.

+

Leone et MacMillan chez les étoiles

Signe que le Rouge et Noir a connu une saison difficile, seulement deux de ses joueurs ont été nommés mercredi au sein de l’équipe d’étoiles de la division Est de la LCF.

Nolan MacMillan occupe une des deux positions de garde au sein de la ligne offensive tandis que Richie Leone a été choisi à titre de botteur. Ce dernier a conservé une moyenne de 48,7 verges par dégagement, la deuxième plus élevée au pays.

Les deux vétérans peuvent devenir joueurs autonomes en février.

Leone compte tenter sa chance dans la NFL, lui qui avait obtenu des essais en 2014 puis 2017. Il y a cinq ans, les Ravens de Balitmore l’avaient notamment utilisé dans trois parties hors-concours.

Champions de la division Est, les Tiger-Cats de Hamilton ont vu 13 de leurs joueurs être sélectionnés parmi les étoiles. Les Alouettes de Montréal en comptent neuf, dont le quart Vernon Adams et le porteur de ballon William Stanback.

Le receveur Eugene Lewis, le centre Kristian Matte, l’ailier défensif John Bowman, les secondeurs Henoc Muamba et Patrick Levels de même que les demis Greg Reid et Tommie Campbell font partie aussi des heureux élus chez les Alouettes.

À noter, cinq anciens joueurs du Rouge et Noir se retrouvent parmi les étoiles. Le demi de coin Winston Rose, qui a joué quatre matches en 2017 à Ottawa, a réussi neuf interceptions cette saison chez les Blue Bombers de Winnipeg.

Le receveur Greg Ellingson et le plaqueur Mike Moore, tous deux d’Edmonton, ont aussi porté les couleurs du Rouge et Noir tout comme le plaquer Cleyon Laing (Toronto) et le botteur Sergio Castillo (Colombie-Britannique).