Trevor Harris a mené le Rouge et Noir à la Finale de la Coupe Grey en complétant six passes de touché dans un gain de 46-27 contre les Tiger-Cats.

Encore au match de la coupe Grey

Trevor Harris a fait taire ses détracteurs avec fracas. Le Rouge et Noir aussi dans une autre finale de l’Est mémorable et parsemée de flocons de neige, dimanche après-midi, à la Place TD.

Le quart-arrière a lancé six passes de touché, un nouveau record dans un match éliminatoire de la LCF. Résultat, ses coéquipiers participeront au match de la coupe Grey pour une troisième fois en quatre ans après avoir humilié les Tiger-Cats de Hamilton par la marque de 46-27 devant 24 108 amateurs. Ils affronteront les Stampeders de Calgary, dimanche prochain à Edmonton, dans une reprise de l’édition 2016 remportée par Ottawa.

« Le dude vient de répondre à tout le monde qui doutait de lui. Je pense qu’on peut arrêter de dire toutes ces choses à son sujet », se réjouissait le bloqueur étoile SirVincent Rogers en regardant Harris se pointer dans le vestiaire après l’éclatante victoire.

Son ami venait de compléter 29 de ses 32 passes pour 367 verges. Dire que des pseudo-experts lui reprochaient de n’avoir jamais remporté une partie d’envergure auparavant.

« Ce n’est pas un coup de chance cette performance de sa part. Trevor était très bien préparé. Et ça se voyait sur le terrain dans cette finale de l’Est. Il savait exactement ce qu’il faisait », a souligné Brad Sinopoli, un des 10 receveurs à capter au moins une passe.

Greg Ellingson a été la cible favorite avec huit attrapés et 144 verges.

« C’est drôle comment en saison régulière, je semblais incapable de lancer une passe de touché au point de sauver ma vie », a lancé Harris en parlant des insuccès du Rouge et Noir dans la zone payante. Souvent durant l’été, le Rouge et Noir avait dû se contenter de placements.

Pas cette fois-ci. Quatre de ses six passes de touché ont été sur des distances de 22 verges ou moins. Son sourire sur le podium après le match en disait long. Il s’est même permis un rare commentaire teinté d’humour.

« C’était vraiment une victoire d’équipe, de la ligne offensive aux receveurs... La French Mafia a fait le travail », a affirmé Harris en faisant référence aux touchés des receveurs francos Jean-Christophe Beaulieu et Marco Dubois.

Le Rouge et Noir a bien protégé son quart-arrière. Il n’a accordé aucun sac.

Après que les deux équipes ont échangé des placements dans les 15 premières minutes de jeu, l’attaque s’est mise en marche au second quart, visitant la zone des buts à trois reprises. C’était 27 à 6.

Les champions de l’Est se sont même donné un coussin de 26 points au début du dernier quart quand Ellingson a capté une passe de touché de 50 verges.

Cette finale de l’Est détonnait par rapport aux deux précédentes présentées en 2015 et 2016 à Ottawa. Deux finales serrées.

La victoire à sens unique de l’édition 2018 n’a pas surpris l’entraîneur-chef Rick Campbell. Il sentait qu’un dimanche spécial les attendait.

« Ce matin, je savais que mes joueurs étaient dans un bon état d’esprit. Je savais que nous avions de très bonnes chances de gagner si nous n’étions pas victimes d’une malchance en début de match. »

Le Rouge et Noir a même créé sa propre chance. Anthony Cioffi, Jonathan Rose et Sherrod Baltimore ont chacun intercepté le quart-arrière des Tiger-Cats, Jeremiah Masoli, qui n’a complété que 28 de 41 passes pour 315 verges et un touché. Deux des interceptions en première demie ont mené à des touchés.

Reste à voir si Harris, Cioffi et compagnie pourront répéter la même performance contre les Stampeders, une équipe qui les a vaincus à deux reprises en saison régulière.

Le sommaire du match