Trevor Harris et William Powell méritent d’être en lice pour le titre de joueur le plus utile du Rouge et Noir en 2018.

Dilemme en vue chez le Rouge et Noir

Brad Sinopoli, William Powell ou Trevor Harris ? Ou pourquoi pas Lewis Ward ? Qui est le joueur le plus utile du Rouge et Noir en 2018 ?

C’est le dilemme auquel seront confrontés les journalistes qui voteront dans les deux prochaines semaines pour les honneurs individuels. Un exercice qui sera répété dans les huit autres villes qui possèdent une concession de la Ligue canadienne de football (LCF).

Le receveur Sinopoli s’apprête à battre un record vieux de 15 ans détenu par Ben Cahoon. Quant à Powell, il pourrait devenir le premier porteur de ballon à franchir le cap des 1500 verges depuis Jon Cornish en 2013.

Harris, lui, a complété 69,7 % de ses passes, le plus haut sommet chez les quarts. Il n’a aussi été intercepté que 11 fois.

Le botteur recrue Lewis Ward connait une saison historique.

Et il y a Ward. Jamais un botteur n’a remporté le titre de joueur le plus utile dans l’histoire récente. Mais la recrue du Rouge et Noir vient de réussir ce qu’aucun autre botteur n’a pu faire auparavant. Être parfait lors de ses 45 dernières tentatives de placement.

« Il y a de bons candidats », a reconnu Harris, mardi, au retour à l’entraînement du Rouge et Noir.

Mais le vétéran a mis une chose au clair. Il n’a pas la tête aux honneurs individuels.

« Juste le prochain match qui est très important », a martelé Harris, qui venait d’être nommé un des trois joueurs de la semaine dans la LCF.

Ses coéquipiers et lui affronteront à nouveau les Tiger-Cats, samedi, à Hamilton. S’ils gagnent, ils s’assurent du premier rang de la division Est.

« Pour y arriver, il faudra commencer le match comme nous avons terminé le premier », a noté Harris.

Brad Sinopoli pourrait être en lice comme joueur le plus utile du Rouge et Noir pour la saison 2018.

Ottawa (9-7) tirait de l’arrière 22-6 à un certain moment, vendredi, en première demie. De retour sur le terrain après la mi-temps, il a dominé 21-6 pour gagner 35-31.

« Nous ne pouvons pas être au neutre encore une fois en première moitié de partie », a répété le numéro 7.

Le Rouge et Noir a gagné le titre de sa division en 2015 et 2016 avant de terminer deuxième l’an dernier.

« Tu veux finir en tête afin d’obtenir une semaine de relâche et ne pas être obligé de disputer la demi-finale de l’Est. Ça te permet de guérir des bobos tout en te préparant encore mieux en vue de ton prochain match », a reconnu le demi de coin Rico Murray.

Parlons justement des blessures.

Quatre joueurs qui étaient à l’infirmerie ces dernières semaines pourraient effectuer un retour au jeu à Hamilton.

Les secondeurs Kevin Brown et Avery Williams ont participé à la séance d’entraînement tout comme les réservistes canadiens Justin Howell et Dan West. Du renfort qui aidera la défensive. « La profondeur de notre tertiaire a été mise à rude épreuve lors du dernier match », a rappelé l’entraîneur-chef Rick Campbell.

+

Rico Murray du Rouge et Noir a été le coéquipier de Brandon Banks pendant quatre saisons à Hamilton.

UNE PENSÉE POUR SON AMI BANKS

Le Rouge et Noir aura une épine en moins dans le pied quand il affrontera à nouveau les Tiger-Cats dans trois jours.

Ses rivaux seront privés de leur receveur vedette Brandon Banks, qui s’est cassé la clavicule lors du dernier match à Ottawa. Il bataillait pour une passe quand le demi défensif Rico Murray a réussi à donner un coup de poing sur le ballon.

Les deux joueurs, qui sont des amis de longue date, ont mal chuté sur le terrain.

«J’ai été le plus chanceux des deux», a avoué Murray, qui n’a subi aucune blessure.

Ce dernier s’est relevé et célébrait son plaqué quand il a réalisé que Banks était mal en point. «Des gars sur les lignes de côté m’ont raconté avoir entendu un son inhabituel quand Brandon est tombé. Ça dit tout», a-t-il souligné.

Banks avait capté huit passes pour 133 verges en plus de marquer un touché dans ce match important contre le Rouge et Noir avant de se retrouver à l’infirmerie. Sa saison est maintenant terminée.

«Une bonne nouvelle si tu es un partisan d’Ottawa, mais une mauvaise nouvelle pour notre ligue. Il (Banks) est un des joueurs les plus spectaculaires. C’est une lourde perte.»

Murray a été le coéquipier de Banks pendant quatre saisons à Hamilton avant de passer à Toronto. Vendredi, c’est lui qui avait la tâche de surveiller comme une mouche le rapide receveur des Ti-Cats.

Tantôt, il a mal paru. Tantôt, il était efficace.

«Je lui ai envoyé un texto pour prendre de ses nouvelles durant le week-end», a raconté le vétéran du Rouge et Noir, visiblement peiné de voir un ami se retrouver avec une clavicule brisée.