DeVonte Dedmon disputera seulement son deuxième match avec le Rouge et Noir jeudi soir.

DeVonte Dedmon: courir pour son ami assassiné

Ses coéquipiers ont déjà commencé à le taquiner à quelques heures du prochain match du Rouge et Noir. Ils lui prédisent un retour de botté pour un touché, jeudi soir, à la Place contre les Stampeders de Calgary.

Ça arrache un sourire à DeVonte Dedmon, qui disputera seulement un deuxième match régulier avec les finalistes de la coupe Grey. L’athlète de 5’10’’ et 185 livres avait marqué un touché de la sorte lors d’une partie hors-concours en mai, ramenant le ballon sur 100 verges.

« J’aime la dynamique du football canadien où tu disposes d’une immunité de cinq verges pour capter le ballon et commencer à courir », a dit l’Américain de la Virginie, qui a été boudé par la NFL à sa sortie des rangs collégiaux l’hiver dernier.

« Le Rouge et Noir est la seule équipe qui a été prête à m’accorder une chance », a-t-il rappelé.

Une blessure à la fin du camp d’entraînement lui a coûté les quatre premières parties du calendrier régulier. Dedmon a effectué ses débuts la semaine dernière à Winnipeg, effectuant quelques retours spectaculaires, dont un de 34 verges.

« C’était une soirée émotive », a-t-il avoué. Particulièrement lors de l’hymne national.

« Je ne pouvais pas m’empêcher de pleurer. J’ai pensé à tous ces gens qui m’ont aidé le long de mon parcours vers cette première partie, a-t-il expliqué avant d’apporter un bémol. Mais ce n’est pas la première fois que je verse des larmes de la sorte avant le botté d’envoi. Ça m’est déjà arrivé dans les rangs collégiaux et même à l’école secondaire. J’aime tellement ce jeu. »

Il reste que Dedmon, 23 ans, a le cœur gros ces derniers mois. Un de ses bons amis est décédé en mars.

Nate Evans était un de ses coéquipiers chez le Tribe du collège William & Mary, à Williamburg. Il a été assassiné à sa sortie d’un restaurant.

« C’est un gars qui a toujours cru en moi, qui ne cessait de me répéter sur le terrain que j’allais réussir un gros jeu, a-t-il relaté. Si tu me vois regarder vers le ciel avant le match, c’est que je pense à lui. »

Dedmon a rendu hommage à Evans lors de cette joute hors-concours durant laquelle il avait marqué un touché sur un retour de botté. Il avait inscrit les initiales de son ami sur ses espadrilles à crampons.

« De même que le numéro 3. J’aimerais bien le refaire, mais on m’a expliqué que les règlements ne le permettent pas. »

Ça ne l’empêchera pas de penser à Evans jeudi contre les Stampeders, qui seront privés de certains membres importants de leurs unités spéciales, dont le Gatinois William Langlais.

Qui sait ? DeVonte Dedmon pourrait profiter d’une faille ou deux dans la couverture adverse pour galoper jusqu’à la zone des buts.

À quel point se sent-il déjà à l’aise dans son rôle de spécialiste des retours ? « J’ai l’impression de me retrouver dans un jeu vidéo à quel point ça semble facile par moments », a-t-il dit.

+
LE ROUGE ET NOIR FAIT APPEL AU « ULTIMATE WARRIOR »

Quand il s’est amené à Ottawa en mai, le receveur mexicain Guillermo Villalobos s’était assuré d’avoir sa trousse de peinture à visage dans ses bagages.

Ça lui servira enfin, deux mois plus tard. La recrue participera à une première partie en carrière dans la LCF contre les Stamps. Il sera le substitut du vétéran Julian Feoli-Gudino en plus d’évoluer au sein des unités spéciales.

L’entraîneur-chef Rick Campbell n’a pas exclut de l’utiliser sur certaines séquences offensives. Surtout que le Rouge et Noir cherche des solutions à son attaque anémique.

«Je suis excité. Je rêve à ce moment de jouer chez les pros depuis que je suis petit», a dit Villalobos, qui détient quelques records chez les receveurs dans la Liga de Futbol Americano Profesional (LFA), un circuit semi-pro dans son pays natal.

L’athlète de Playa Del Carmen retenait aussi l’attention là-bas par son image. Il avait le visage peint lors de chaque match. Un peu à la manière du défunt lutteur de la WWE, Ultimate Warrior.

«Il y a de bonnes chances que je décide de me peindre le visage jeudi soir», a-t-il dit.

Villalobos affirme être prêt pour ce nouveau défi. Un discours qui aurait été différent, a-t-il avoué, lors de ses premiers jours à Ottawa.

«Les deux premières semaines ici ont été très difficiles. J’ai dû apprendre plus de 200 concepts de jeu. C’était beaucoup de choses à assimiler. Je devais m’habituer aussi au rythme de jeu plus rapide.»

Son ajout à l’alignement n’est pas l’unique changement en vue du match contre Calgary.

Le vétéran demi de coin Chris Randle retrouvera son poste de partant après avoir été laissé de côté à Winnipeg. 

Le populaire Sherrod Baltimore écopera et sera relégué à un rôle de réserviste, du moins en début de match. 

Le jeune Justin Howell, un produit des Ravens de Carleton, sera le maraudeur en raison des blessures à Antoine Pruneau et Kishawn McClain.