Le secondeur Rico Murray est convaincu que le Rouge et Noir a tout ce qu’il faut pour renverser la vapeur.

Deux revers qui n’effraient pas Murray

À l’automne 2017, Rico Murray a paradé dans les rues de Toronto avec la coupe Grey à bout de bras.

Ses Argonauts de Toronto venaient de remporter le championnat de la LCF malgré une fiche de 9-9 en saison régulière. 

À sa première saison avec le Rouge et Noir d’Ottawa, le secondeur étoile est donc bien placé pour affirmer qu’il n’y a aucune raison de céder à la panique après deux défaites contre des clubs de fond de classement à la mi-saison.

« Je suis dans la ligue depuis 2013. Je pense que c’est la première fois que je fais partie d’une équipe avec une fiche supérieure à ,500 à la mi-saison ! À mes deux premières saisons à Hamilton, nous avions commencé avec des fiches de 1-5 et 1-6. Pourtant, nous avons fait deux présences de suite en finale de la coupe Grey », a-t-il fait remarquer à la sortie de l’entraînement des siens mercredi après-midi.

L’Américain de 31 ans considère la fiche de 6-5 du Rouge et Noir comme un bon coussin pour la suite des choses. Les défaites contre les Alouettes de Montréal et les Lions de la Colombie-Britannique font partie des épreuves d’une longue saison de football.

« (Ces défaites) Ce n’est pas la fin du monde. Nous avons toujours de la place pour nous améliorer, mais c’est le cas de toutes les équipes de notre ligue. C’est la nature du football professionnel. Regardez les Alouettes. Nous avons joué trois fois contre eux. Il y a eu une légère amélioration à chaque match de leur côté. Comme équipe, nous avons effectué des changements  depuis cinq matches et ceux-ci vont finir par payer des dividendes. »

L’ancien des Bengals de Cincinnati de la NFL est convaincu que le Rouge et Noir a tout ce qu’il faut pour renverser la vapeur.

« Il n’y a pas de problème majeur. Il faut faire attention aux petits détails. Des fois, c’est même banal. En révisant les bandes vidéo des matches, on se rend compte que parfois, nos yeux ne regardent pas au bon endroit sur la ligne défensive. Il s’agit seulement de regarder à la bonne place et d’exécuter les jeux qui ont été concoctés par les entraîneurs. »

Le prochain adversaire du Rouge et Noir sera les Roughriders de la Saskatchewan (7-4) samedi. Malgré leurs succès, ils ont formé un club vulnérable aux revirements cette saison. La défensive ottavienne devra exploiter cette faiblesse.

« Le football est souvent comme une partie d’échecs. Il y a des façons de provoquer des revirements. Quand je suis au banc et que j’observe les défensives adverses, je me demande à l’occasion pourquoi nous ne sommes pas meilleurs que celle de l’autre équipe. Nous voulons former la meilleure défensive de la ligue. Nous sommes déjà parmi les premiers dans plusieurs catégories de statistiques. C’est un défi à notre portée de devenir les meilleurs de la ligue. Il s’agit d’être disciplinés et concentrés pour capitaliser sur les jeux mis en place par nos entraîneurs », a dit celui qui a réalisé trois interceptions ainsi que 32 tacles défensifs cette saison.

Si les deux derniers revers ont été difficiles à avaler pour les partisans du club, le Rouge et Noir partage toujours le premier rang de sa division et Murray jure que ses coéquipiers demeurent positifs malgré leurs récents ratés.

« Le moral est bon. Notre objectif est d’être un club de la coupe Grey. C’est un défi qui nous anime. J’ai des coéquipiers qui veulent continuer de s’améliorer tous les jours alors tout ça est encourageant. »