Le Rouge et Noir pourrait devoir se passer du secondeur étoile Kyries Hebert, jeudi, contre les Argonauts de Toronto. Le vétéran s’est pointé à l’entraînement en béquilles à la Place TD.

Des béquilles pour Hebert

On le surnomme l’Oiseau fâché à travers la Ligue canadienne de football (LCF). Mais Kyries Hebert pourrait être cloué au sol en vue du prochain match.

Non, le secondeur étoile du Rouge et Noir n’a pas été suspendu une fois de plus par le commissaire Randy Ambrosie. Il est plutôt amoché.

À quel point ?

Hebert s’est pointé au stade en béquilles, lundi matin, en vue de la séance d’entraînement. Tout ça moins de 48 heures après le gain de 21-15 des siens à Hamilton.

« Je n’avais même pas remarqué ça... Ce n’est jamais plaisant qu’un joueur clé se blesse. Mais Kyries, c’est un dur de dur. J’ai bien hâte de voir le diagnostic », a lancé le maraudeur Antoine Pruneau, un brin optimiste de voir son coéquipier en uniforme, jeudi, contre les Argonauts.

La direction se montre évasive sur la nature de la blessure de Hebert, de la durée de son absence. Et même comment il s’est blessé.

« Il faudra que j’en parle aux soigneurs pour en savoir plus », a soutenu l’entraîneur-chef Rick Campbell.

« Je ne sais pas s’il sera prêt ou non en vue de notre prochain match. Mais ce n’est pas aussi sérieux que les béquilles peuvent le laisser présager », a ajouté le coach, l’éternel optimiste lui aussi.

En coulisses, on chuchote que le vétéran ne sera pas du voyage à Toronto. Mais Campbell, lui, répète qu’aucune décision n’a été prise.

Avery Williams serait le joueur appelé à remplacer Kyries Hebert. Il avait pris la relève lorsque le numéro 34 avait raté une partie à Montréal en raison d’une suspension.

Hebert, 37 ans, a réussi 17 plaqués en six parties cette saison chez le Rouge et Noir. Il en avait récolté 110 l’an dernier dans l’uniforme des Alouettes de Montréal, ce qui lui avait valu l’honneur d’être nommé joueur défensif par excellence de la division Est.

Renfort en vue

D’autres changements pourraient être apportés à l’alignement du Rouge et Noir en vue du match contre les Argos.

Le jeune Evan Johnson a renoué avec la première unité de la ligne offensive. Il s’était blessé dans la dernière défaite contre Calgary.

Ce dernier a pris la place du bloqueur étoile Jason Lauzon-Séguin à l’entraînement. Le joueur franco-ontarien a éprouvé des difficultés ces dernières semaines et ne semble pas remis complètement de cette blessure subie au camp d’entraînement.

Toujours à l’attaque, Dominique Rhymes s’alignait en tant que cinquième receveur. On ne l’a pas vu dans un match depuis le deuxième match de la saison à Calgary.

Un qui n’est pas près d’un retour au jeu ? Le plaqueur Ettore Lattanzio dont le nom sera placé à nouveau sur la liste des blessés pour six parties.

Ce dernier avait été opéré à un pouce en mars. « Il s’est blessé ailleurs il y a trois semaines », a indiqué le directeur général Marcel Desjardins.

Marcel Desjardins

Fidèle à son habitude, il n’a pas voulu dévoiler la nature exacte. « Ça pourrait être plus sérieux », a-t-il toutefois concédé.

Desjardins espère tout de même voir Lattanzio sur le terrain d’ici la fin de la saison. L’ancien joueur des Gee Gees d’Ottawa a été le meilleur réserviste de l’équipe lors des deux années précédentes, réussissant notamment 24 plaqués et cinq sacs en 2016.

Un nom va disparaître de la liste des blessés du Rouge et Noir.

Celui de l’ailier défensif Connor Williams. Ça ne signifie pas qu’il revient au jeu. Au contraire. Le joueur a annoncé sa retraite, lundi en fin de journée. On s’y attendait.

Williams, 26 ans, n’a pas disputé de parties depuis la deuxième semaine de la saison 2017, victime d’une commotion cérébrale. Il a été en uniforme pour seulement 34 des 72 parties de l’équipe lors des quatre premières années de la franchise.

+

PAS DE TOUCHÉ ? PAS DE PROBLÈME

Le Rouge et Noir trône au premier rang de la division Est malgré une attaque qui toussote. Il montre seulement deux touchés lors des 14 derniers quarts de jeu.

Une période durant laquelle l’équipe a quand même gagné trois fois en quatre parties grâce au pied droit du botteur recrue Lewis Ward.

Ce que joueurs et dirigeants du Rouge et Noir se sont empressés de rappeler aux médias lundi qui les interrogeait au sujet des ratées de l’offensive. « La mauvaise nouvelle, c’est que nous ne jouons pas notre meilleur football », a concédé l’entraîneur-chef Rick Campbell.

« La bonne nouvelle, c’est que nous trouvons quand même le moyen de gagner. Je suis sûr que les choses vont s’améliorer. »

Le quart-arrière Trevor Harris, lui, a rappelé que l’attaque « réalise de belles choses depuis deux parties ».

Trevor Harris

« Nous n’avons pas été victime de revirements », a-t-il montré en exemple.

« Les touchés viendront. Il suffit d’être patient. »

Harris a rappelé que le Rouge et Noir a cogné souvent à la porte des buts. « Sept de nos séquences offensives ont mené à des points. C’est sûr que nous aimerions que ce soit des touchés et non des placements. Mais ça va venir », a-t-il répété.

L’attaque du Rouge et Noir était un rouleau compresseur lors des trois saisons précédentes. Surtout via la voie aérienne. Même que les équipes adversaires la craignaient. Ça ne semble plus le cas.

Des partisans montrent du doigt le coordonnateur offensif Jaime Elizondo pour ses choix de jeu. Le principal intéressé, lui, a rappelé que l’offensive n’a connu que trois séquences sans gagner un premier essai dans la victoire contre Hamilton.

« Ce qu’il faut faire mieux, c’est le long jeu. Par le passé, nous étions en mesure de compléter de longues passes, ce qui n’est pas le cas jusqu’ici. »

Le vétéran Greg Ellingson a bien failli marquer de la sorte, mais il a échappé une passe de 27 verges dans la zone des buts, samedi, contre les Tiger-Cats. Le Rouge et Noir avait dû se contenter d’un autre placement.