Jonathon Jennings aura la chance de jouer pendant un quart, samedi soir. Son rival pour le poste de quart-arrière partant du Rouge et Noir, Dominique Davis, recevra la même opportunité.

Davis et Jennings ont quinze minutes pour faire leurs preuves

Les matches hors-concours sont cruciaux, disait vendredi matin l’entraîneur-chef du Rouge et Noir d’Ottawa, Rick Campbell.

« Nous allons prendre en considération tout ce qui a été fait durant le camp d’entraînement, mais les deux matches pèseront lourd dans l’équation », affirme-t-il.

C’est une bonne nouvelle pour les Dominique Davis et Jonathon Jennings, les deux quarts-arrière qui luttent pour obtenir le droit de diriger l’attaque dans le match inaugural de la saison régulière.

Les deux Américains savent à quoi s’en tenir.

Ils savent aussi qu’ils n’ont pas le luxe d’attendre avant de se mettre en marche. Samedi soir, ils auront chacun la chance de jouer pendant un quart, lorsque les Tiger-Cats de Hamilton seront à la Place TD.

Davis sera le premier à obtenir son audition. Il travaillera durant le premier quart.

Jennings prendra la relève au deuxième quart.

Ils auront donc 15 minutes pour faire leurs preuves. Top chrono.

C’est comme du speed dating, avec des épaulettes et des chaussures à crampons.

Pas le temps de niaiser !

« Si, dans un drôle de scénario, un gars ne passe pas trop de temps sur le terrain pendant le quart où il sera d’office, je me réserve le droit de modifier mon plan. Nous voulons donner à chacun la chance de travailler pendant quelques séquences à l’attaque », précise Campbell.

L’entraîneur a l’intention d’utiliser quatre quarts, en tout, durant cette soirée. William Arndt et Danny Collins devraient se partager le travail, en deuxième demie.

Fébrilité

Quinze minutes de jeu, c’est court. Sachant qu’ils ont tout à prouver, Davis et Jennings ne vont certainement pas se plaindre.

« Je ne vais pas compter le nombre de séquences à l’attaque dans lesquelles je serai impliqué. Je vais plutôt m’arranger pour que toutes ces séquences comptent », déclare Davis, dans un élan de poésie.

« Tout est une question d’efficacité. Il faut savoir tirer le maximum de l’opportunité qui nous est offerte. Ce que je veux dire, c’est que nous avons un travail à faire. Nous n’avons pas de contrôle sur les décisions qui proviennent de l’extérieur. Nous ne contrôlons que nos performances sur le terrain », commente pour sa part Jennings, plus pragmatique.

« Personnellement, je veux simplement compléter quelques jeux. Si je peux montrer aux dirigeants de l’équipe que je suis capable de faire progresser l’équipe, sur le terrain, j’enverrai un message positif », ajoute l’ancien des Lions de la Colombie-Britannique.

Davis et Jennings travailleront samedi avec un groupe de receveurs qui a passablement changé.

« Il y a eu des changements, mais pas tant que ça, commente Davis. Certains, comme moi, sont ici depuis un bon bout de temps. Ils attendent patiemment qu’on leur donne une vraie chance. »

Davis et Jennings ont hâte d’affronter une brigade défensive différente. Celle du Rouge et Noir est un peu trop efficace à l’entraînement.

« Samedi, les joueurs adverses n’auront pas le choix de compléter leurs plaqués », dit Jennings.

+

SOIR DE CONGÉ POUR VÉTÉRANS

Les habitués de la Place TD pourraient être déçus. Rick Campbell a pris la décision de laisser 17 joueurs de côté pour ce premier match préparatoire.

Antoine Pruneau en fait partie. Brad Sinopoli aussi.

L’entraîneur-chef se fait rassurant.

«Les joueurs qui sont connus du public, les Sinopoli et Pruneau, les Michael Klassen, Brendan Gillanders et E.T. Lattanzio... Tous ces gars sont en santé», jure-t-il.

«Ils ont tous connu de bons camps, jusqu’ici. Nous avons choisi de leur accorder une soirée de repos parce que nous savons exactement ce qu’ils peuvent nous donner. Nous voulons donner la chance à d’autres joueurs, que nous connaissons moins, de faire leurs preuves.»

Campbell insiste. Même si certains joueurs partaient avec une longueur d’avance, au début du camp, rien n’est encore joué.

«J’essaie de m’améliorer à différents niveaux, en tant qu’entraîneur. J’essaie notamment de garder les yeux ouverts. Attribuer des postes à l’avance, ça ne sert la cause de personne. J’essaie vraiment de garder les yeux ouverts en laissant les gars faire leur travail sur le terrain. Si je vous disais aujourd’hui que la plupart des postes ont été attribués, je ne rendrais pas service au Rouge et Noir. Quand les postes sont attribués à l’avance, le risque de laisser filer de bons joueurs augmente considérablement.»

Le Rouge et Noir voudra battre les Tiger-Cats. Du moins, c’est ce que leur entraîneur dit. «Mais nous allons essayer de gagner en respectant notre plan de match, qui prévoit une rotation des joueurs à toutes les positions.»

«Nous voulons que les joueurs nous prouvent qu’ils ont appris des choses, à l’entraînement et dans les salles de réunions. Le moment est venu de nous montrer ce qu’ils peuvent faire.»