Daniel Omara (94) vient de terminer sa cinquième saison avec les Ravens de l’université Carleton et participe maintenant au camp d’entraînement du Rouge et Noir.

Daniel Omara s’amène au camp du Rouge et Noir

Leur camp d’entraînement a commencé en fin de semaine dernière, mais ça n’empêche pas le Rouge et Noir d’Ottawa de continuer à inviter des joueurs à celui-ci, en attendant les premiers retranchements.

Deux nouveaux joueurs se sont rapportés à l’entraîneur-chef Rick Campbell mercredi matin, dont un qui est bien connu dans le coin, le joueur de ligne offensive Daniel Omara, qui habite dans le secteur Aylmer de Gatineau.

Colosse de 6’ 5’’ et 325 livres âgé de 25 ans, Omara vient de terminer sa cinquième saison avec les Ravens de l’université Carleton. Une campagne où il a effectué un grand changement, passant de la ligne défensive à celle d’attaque.

« Le changement s’est avéré payant parce que je suis rendu ici maintenant », a confié Omara après son premier entraînement à la Place TD.

« Je n’ai pas été choisi au dernier repêchage de la LCF, mais mon agent m’avait dit qu’Ottawa cherchait à me placer sur sa liste de négociation. Ça a pris un peu de temps avant que ça se concrétise, je n’ai su que (mardi) soir qu’ils m’offraient un contrat. J’étais sous le choc, je n’ai eu que huit heures pour me préparer à la première pratique, mais je suis ici et c’est tout ce qui compte. La façon de se rendre importe peu. Maintenant, je vais travailler pour mériter un poste de partant un de ces jours. C’est un processus évidemment, j’ai beaucoup à apprendre vu que j’ai changé de position », a-t-il ajouté.

En s’amenant pour tenter de se trouver une place sur l’alignement, Omara suit les traces de son frère aîné Ron, un secondeur qui a joué deux saisons avec les Tiger-Cats de Hamilton et une avec le Rouge et Noir en 2017 (il a été en uniforme pour huit matches, jouant surtout sur les unités spéciales), avant d’être remercié en janvier 2018 parce qu’il avait refusé une diminution de salaire.

« C’est bien d’avoir une chance de jouer pour l’équipe locale, je peux manger la nourriture de ma maman, je n’ai pas besoin de faire l’épicerie et tout ça. C’est cool, ma famille va pouvoir venir me voir jouer. Je suis vraiment content de pouvoir porter les couleurs de cette équipe, comme mon frère, », souligne le jeune homme qui a obtenu un diplôme en études internationales à Carleton. Ron, l’aîné de la famille à 28 ans, se cherche toujours du boulot dans la LCF.

« J’ai beaucoup appris de lui, surtout en ce qui a trait au travail acharné que ça prend pour réussir à ce niveau-ci. J’espère qu’il va se trouver un club dans la ligue, ce serait spécial de l’affronter sur le terrain un de ces jours, lui en défensive et moi en offensive », note-t-il.

L’autre joueur qui s’est amené au camp mercredi est un receveur de passe américain, DeVonte Dedmon, qui a joué à l’université William & Mary, tandis qu’un autre receveur, Tyler Palka, a été retranché.

Rick Campbell disait aimer voir les compétitions qui se dessinent tranquillement au camp, après les départs de quelques gros noms. « J’aime l’énergie et l’effort déployé par les joueurs. Nous sommes rendus au quatrième jour du camp et il faut passer à travers les jours quatre et cinq alors que les gars commencent à être un peu fatigués. Les joueurs composent bien avec ça et ensuite, nous allons avoir de gros événements qui s’en viennent avec le match simulé de dimanche, avant nos deux matches hors-concours », a-t-il souligné.

+

Le commissaire de la Ligue canadienne de football, Randy Ambrosie

ENTENTE DE PRINCIPE RATIFIÉE PAR LA LCF ET SES JOUEURS

C’était ni plus ni moins une formalité une fois que les camps ont commencé à travers le pays, mais la Ligue canadienne de football a officialisé l’entente de principe pour une nouvelle convention collective avec l’Association des joueurs mercredi.

Un court communiqué de presse envoyé par le bureau du commissaire Randy Ambrosie est venu confirmer la ratification de l’entente par le bureau des gouverneurs de la ligue ainsi que par les joueurs du circuit, une entente bonne jusqu’à la fin de la saison 2021. « Cette nouvelle entente témoigne d’une croissance positive pour notre ligue et d’un investissement renouvelé envers nos joueurs », a déclaré Ambrosie.

La nouvelle a été accueillie avec réserve dans le camp du Rouge et Noir. « Je ne m’impliquais pas dans ce dossier, mais je suis certain que c’est une bonne chose que ce soit réglé, quelques-uns de nos joueurs étaient inquiets. C’est réglé maintenant et on peut se concentrer sur la business de jouer au football », a commenté l’entraîneur-chef Rick Campbell.

Les deux représentants du club au sein de l’AJLCF, Trevor Harris et Jon Gott, n’étant plus avec l’équipe, ce sont les vétérans Brad Sinopoli et Nicolas Boulay qui ont fait le lien avec le syndicat. « J’ai été représentant des joueurs avec Montréal pendant deux ans, donc j’ai été impliqué pour donner de l’information aux joueurs... On est contents de l’entente, on a passé au vote et la majorité des joueurs l’ont accepté. C’est à court terme, d’ici trois ans, on mise que la ligue sera en meilleure santé avec un nouveau club à Halifax et peut-être un nouveau management à Montréal. Entre-temps, on est allé chercher un peu de partage des revenus qui est vraiment intéressant pour les joueurs. On devient un peu des partenaires avec la ligue... On est aussi allé chercher deux ans de couverture pour les blessures à long terme, ce qui était la chose la plus importante pour nous », a confié Boulay. « Ce n’est pas la grosse victoire qu’on aurait pu espérer, mais il faut être réaliste avec la situation financière des équipes », a ajouté celui qui trouve que le camp du Rouge et Noir est « la nuit et le jour » par rapport à celui des Alouettes.