Les Lions de la Colombie-Britannique seront les visiteurs, samedi à la Place TD.

Comment arrêter l'attaque des Lions ?

L'attaque aérienne des Lions de la Colombie-Britannique s'enrichit. Les demis insérés Emmanuel Arceneaux, Bryan Burnham et Nick Moore sont des cibles de qualité. À l'extérieur, Chris Wiliams prend du mieux et ne demande qu'à prouver qu'il est toujours un des plus rapides flanqueurs au Canada.
« Ce ne sera pas un défi facile », reconnaît l'entraîneur-chef Rick Campbell.
Son équipe, le Rouge et Noir d'Ottawa, aura le mandat de contenir ces Lions, samedi, à la Place TD.
« Ils ne manquent certainement pas de joueurs qui sont doués sur un terrain de football, poursuit Campbell. Nous sommes quand même capables de nous débrouiller contre eux. Il faudra leur donner des looks différents. Il faudra les couvrir de manière différente. Il faudra leur montrer des choses qu'ils ne voient pas trop souvent. »
Une belle façon de garder le ballon loin des receveurs des Lions serait d'appliquer une plus grande pression sur leur quart-arrière.
Ça tombe bien. Jonathan Newsome va effectuer ses débuts en Rouge et Noir.
Newsome, un colosse de 235 livres, n'a pas eu le parcours le plus facile au cours des dernières années. Il a d'abord été largué par un club de la NFL, à l'hiver 2016. Les Colts d'Indianapolis ont pris cette décision quand il a eu maille à partir avec la Justice.
Il semblait en voie de faire oublier tout ça. Il a rebondi au Canada. Il a connu un certain succès en Saskatchewan, l'été dernier.
Dans des circonstances nébuleuses, les Roughriders lui ont montré la porte à leur tour ce printemps.
Newsome s'est rapidement trouvé du travail à Ottawa. Les dirigeants du Rouge et Noir voient en lui un joueur qui est capable de terroriser les quarts adverses.
Mais voilà. Newsome a passé le dernier mois et demi sur la liste des blessés. Il n'était pas en état d'aider sa nouvelle formation.
« Man, je me suis ennuyé du football. Je n'avais jamais été absent pendant une si longue période auparavant », a confié le joueur, à la veille de son retour au jeu.
« Je me répétais constamment que la vie ne nous impose pas d'épreuves que nous sommes incapables de surmonter. J'ai été patient. Le temps est maintenant venu de reprendre ma place sur le terrain. »
Sa place sera vraisemblablement à l'extrémité gauche de la ligne défensive.
Chimie
Arnaud Gascon-Nadon sera l'autre ailier défensif partant du Rouge et Noir face aux Lions.
Le Québécois a une façon bien à lui d'analyser le succès de son équipe, la semaine dernière, à Hamilton. « Il y avait de la chimie entre les joueurs sur le terrain. On voyait bien que cette chimie s'installait. Certains joueurs évoluent à la même position depuis deux ou trois semaines. Ça commence à paraître. Ça va finir par cliquer. La même chose nous est arrivée l'an dernier », dit-il.
Il ne voit pas pour autant d'un mauvais oeil l'ajout d'un joueur de talent.
« Newsome, c'est d'abord et avant tout un athlète. C'est un joueur qui est capable de mettre de la pression de plein de façons différentes. Il sera un bel atout pour nous. Il peut se déplacer, il peut jouer des deux côtés de la ligne. Au besoin, il pourra aussi devenir secondeur. »
Newsome refuse de se voir ainsi. « Un entraîneur nous a dit cette semaine qu'il faut vivre là où nos pieds se trouvent. Ça veut dire qu'il faut vivre dans le moment. C'est ce que j'essaie de faire chaque jour », commente-t-il.
Leroy Blugh soigne sa santé
Leroy Blugh est une légende vivante de la LCF. Pourtant, il manque à l'appel depuis trois semaines, à la Place TD, et personne (ou presque) n'avait remarqué.
Blugh, qui a été un joueur d'impact pendant 15 saisons, occupe maintenant le poste d'entraîneur de la ligne défensive à Ottawa. Or, il a quitté son poste quand il a reçu d'inquiétants avertissements quant à sa santé.
« Les gens qui connaissent Leroy savent qu'il a déjà eu de sérieux problèmes. La bonne nouvelle, c'est que ce n'est pas si grave, cette fois », indique son patron immédiat, Rick Campbell.
« Il nous manque beaucoup depuis trois semaines, mais nous ne sommes pas trop pressés de le revoir. Nous voulons d'abord qu'il se concentre sur sa santé. Nous voulons qu'il nous revienne quand il sera en forme. »
« En attendant, tous les entraîneurs et les joueurs peuvent avoir une pensée quotidienne pour Leroy. Nous sommes en santé. Il faut l'apprécier. »
Arnaud Gascon révèle un secret. Leroy Blugh n'est pas complètement parti. « Il regarde toutes nos séances d'entraînement sur vidéo et il reste en contact avec nous tous. Il est le corps et l'âme de notre ligne défensive. C'est lui qui s'assure que tout se passe de la bonne façon. »