Caleb Holley a passé les trois dernières saisons avec les Roughriders de la Saskatchewan.

Caleb Holley, de l’Alaska à Ottawa

L’offensive du Rouge et Noir est en transition pour amorcer la saison 2019, mais l’entraîneur-chef Rick Campbell n’anticipe pas de problème.

En plus de lancer un nouveau quart partant dans la mêlée en Dominique Davis, il y aura aussi deux nouveaux receveurs de passe qui chercheront à devenir ses cibles de prédilection, Caleb Holley et Seth Coate. Ils chercheront à faire leur place dans l’ombre de Brad Sinopoli, R.J. Harris et Dominique Rhymes, et à remplacer Greg Ellingson, qui a suivi le quart Trevor Harris à Edmonton.

«Nos receveurs sont un groupe affamé. Il y en a plusieurs qui étaient là la saison dernière et qui ont fait leurs classes avec nous, soulignait Campbell après l’entraînement des siens mercredi à la Place TD, en préparation pour le match inaugural de samedi à Calgary. Certains ont eu l’occasion de jouer un peu, et ils vont avoir une occasion de jouer à temps plein. J’aime l’idée d’avoir des gars motivés, qui veulent se faire un nom.»

C’est particulièrement le cas de Holley, un flanqueur qui a passé les trois saisons précédentes avec les Roughriders de la Saskatchewan. Mis sous contrat comme joueur autonome en février dernier, il n’avait disputé que neuf matches avec eux la saison dernière, captant seulement 14 passes pour 214 verges (aucun touché). En trois saisons, il a cependant totalisé 109 attrapés pour 1476 verges de gain, avec 7 touchés, en 33 parties.

«Je suis prêt pour le début de la saison, j’aime le groupe que nous avons et l’opportunité qui se présente, a-t-il confié. L’équipe a perdu des joueurs clés, mais je pensais pouvoir m’amener ici pour faire des jeux. J’avais juste besoin qu’on me donne la chance de bien cadrer dans un système offensif, et là, je l’obtiens. Ce n’était plus le cas en Saskatchewan, mais ça arrive, c’est ça le football.»

Âgé de 28 ans, Holley avait pris part à un camp des Bills de Buffalo à sa sortie des rangs universitaires, avec l’East Central University en Oklahoma. Il s’était retrouvé là après deux saisons au San Francisco College, lui qui a grandi à Anchorage, en Alaska. «Les gens pensent qu’il n’y a que de la glace en Alaska, mais Anchorage est une grosse ville. J’ai joué du football ‘Pop Warner’ là-bas et on s’est promené à travers les États-Unis, battant de bons clubs en Floride, au Nevada et en Californie», raconte-t-il.

«Holley est vraiment le seul gars qui n’était pas avec nous l’an dernier, donc c’est une situation différente que d’avoir un club rempli de recrues... Je ne le connaissais pas, mais il est un vraiment bon coéquipier et il a été très bon depuis qu’il est ici. Il est un bon joueur de football, il travaille fort et il a fait du bon travail pour bien cadrer avec nos gars ici», a ajouté Campbell au sujet du numéro 80.

En uniforme pour les 18 matches de la saison dernière, le Québécois Julian Feoli-Gudino va pour sa part demeurer un substitut au poste de flanqueur, et ça lui convient bien.

«Ça s’est bien passé au camp, j’ai eu pas mal d’opportunités pendant les matches [hors-concours]. Moi, mon rôle en est vraiment un de support, je crois, pour l’instant. Je suis là si on a besoin de moi. Je pense que les opportunités [de jouer] vont se présenter un peu plus tôt que l’an passé, alors que j’avais un peu de misère avec le cahier de jeu en début de saison alors que là, je suis vraiment confortable», estime l’ancien du Rouge et Or de Laval, dont deux des 11 réceptions en 2018 ont été pour des touchés.

Le Québécois de 31 ans a côtoyé Davis pendant deux saisons à Winnipeg avant de le retrouver à Ottawa et il pense qu’il sera en mesure de faire le travail aussi bien que Trevor Harris. «Moi, je ne vois pas vraiment de différence [au poste de quart], il [Davis] fait très bien depuis le début du camp», a-t-il indiqué.

+

Villalobos vise jouer un «match de la semaine» à la télé mexicaine

La Ligue canadienne de football a annoncé cette semaine qu’elle avait une entente avec une station de télévision mexicaine, MVS, pour présenter un « match de la semaine » sur ses ondes, à commencer par le duel Rouge et Noir/Stampeders de samedi soir à Calgary.

Guillermo Villalobos voit ça d’un bon œil, même s’il ne sera pas du voyage vers l’Alberta en fin de semaine.

Le receveur mexicain a été retenu au sein de l’alignement de pratique pour amorcer la saison, tandis que son compatriote José Maltos sera le botteur de précision substitut (au petit Lewis Ward) pour ce match inaugural de la saison 2019, qui est marquée par l’expérience de la LCF d’obliger chaque équipe à aligner un joueur « mondial » sur son alignement de match.

N’empêche, il aime l’idée que des matches de sa nouvelle ligue puissent être regardés par les membres de sa famille et ses amis. « C’est une nouvelle super excitante pour moi et pour tous les Mexicains qui se retrouvent dans la LCF, a-t-il dit mercredi. On vit un rêve présentement, en tout cas c’est mon cas. Tout le monde à la maison me demandait où ils pourraient regarder les parties, et maintenant j’ai la réponse. Je vais maintenant pousser encore plus fort pour me retrouver éventuellement sur le terrain et jouer devant eux. Mais j’ai encore beaucoup à apprendre ici. »

Villalobos était un des meilleurs receveurs de la Liga de Futbol Americano Profesional (LFA) avec le club de son patelin de Playa Del Carmen. Le Rouge et Noir l’a sélectionné au deuxième tour du repêchage spécial des joueurs de son pays, et il a été retenu de préférence au joueur de ligne Maximiliano Soto ainsi qu’au receveur italien Jordan Bouah à l’issue du camp d’entraînement. Villalobos a capté une passe de 12 verges à la fin du match hors-concours contre Hamilton, avant d’ajouter deux autres réceptions à Montréal, pour 16 verges.

Villalobos a du temps pour essayer de se retrouver dans un alignement de match : le Rouge et Noir devra attendre à la 11e semaine de la campagne, le 24 août en Saskatchewan, avant de faire à nouveau les frais du « match mexicain de la semaine ».