Les Eskimos d'Edmonton ont réussi cinq sacs du quart. Puis les Argonauts de Toronto l'ont plaqué autant de fois derrière la ligne de mêlée, vendredi dernier, à la Place TD.

Burris, la piñata du Rouge et Noir

Henry Burris ressemble plus à une piñata qu'à un quart-arrière étoile depuis deux semaines.
Les équipes adverses s'amusent à frapper le vétéran du Rouge et Noir. Et solidement en plus.
Les Eskimos d'Edmonton ont réussi cinq sacs du quart. Puis les Argonauts de Toronto l'ont plaqué autant de fois derrière la ligne de mêlée, vendredi dernier, à la Place TD.
Heureusement pour l'équipe d'expansion, Burris s'est relevé chaque fois.
Mais tôt ou tard, il va finir par rester clouer au sol s'il n'est pas mieux protégé par sa ligne offensive.
« Il faut apporter des ajustements, c'est sûr », a reconnu le centre Jon Gott.
Les entraîneurs croyaient avoir trouvé une solution en retirant le bloqueur à gauche Nate Menkin en faveur de Jeraill McCuller lors du dernier match. Rien n'a changé. Visiblement, le problème se trouve ailleurs qu'à cette position.
Campbell inquiet
La situation inquiète Rick Campbell, qui n'aime pas voir son joueur le plus important - et le mieux payé - se faire malmener de la sorte.
« Plusieurs autres choses aussi m'inquiètent au sein de cette équipe, a-t-il dit au journaliste du Droit.
« Il faut dire que les autres clubs ont été agressifs en exerçant beaucoup de pression. C'est à nous de faire un meilleur travail en répondant avec de gros jeux, a-t-il ajouté. Si tu réussis de longs jeux comme cette passe de Henry vers Kierrie Johnson vendredi soir en fin de match, l'adversaire va lever le pied et foncera un peu moi vers nous. »
Campbell a toutefois tenu à apporter un bémol.
« Il faut rendre crédit à Henry. Il se montre intelligent. Il n'a pas été victime d'une interception jusqu'ici et il n'a pas échappé le ballon. Il a préféré encaisser des coups au lieu de commettre un revirement. »
Et Burris a même effectué un bloc important sur la séquence qui a mené au placement victorieux de Brett Maher. C'était lors d'une course du demi Chevon Walker.
« Ça démontre qu'il est prêt à tout miser pour le bien de cette équipe, a affirmé Campbell.
« De temps en temps, je vais mettre ma tête sur le bûcher, a mentionné le principal intéressé. Je n'ai pas peur de sacrifier mon corps pour un coéquipier. Souvent, les autres joueurs sont là pour me protéger, pour me donner un peu plus de temps afin de lancer le ballon. »
En trois parties, le Rouge et Noir n'a pas seulement alloué 12 sacs du quart. Il n'a inscrit que quatre touchés, dont un seul lors des 11 derniers quarts de jeu.
Dire que Burris a été le quart-arrière le plus productif de la ligue en 2013. Les années se suivent, mais ne se ressemblent pas.
Un botteur efficace, mais...
Ottawa a gagné contre les Argos en misant uniquement sur son botteur, qui a inscrit tous les points des siens. Maher a réussi six placements.
« C'est très bien d'avoir gagné vendredi, mais à un certain moment, il faudra que l'attaque fasse sa part, a reconnu Henry Burris, qui a complété 17 de ses 30 passes pour 216 verges contre Toronto.
« Tout le monde doit être meilleur. J'ai mal lu certains jeux. Des gars ont échappé des passes. À d'autres moments, nous sommes tombés en panne lors de séquences prometteuses. Il faut continuer à développer une complicité à l'entraînement, à se faire confiance. »
Ce dernier dit ne pas être surpris de se faire étamper par des plaqueurs adverses.
« C'est une tendance dans la ligue depuis le début de la saison. Les lignes défensives sont très agressives. Les quarts se font frapper beaucoup. »
Ottawa ne fait pas exception à la règle.