Le receveur ontarien Nathaniel Behar connaît bien la Place TD, domicile du Rouge et Noir. Il a déjà travaillé dans ce stade en plus d’y avoir joué à trois reprises à l’occasion du match Panda. Il avait capté une passe de touché de 65 verges en fin de partie en 2014 pour donner la victoire à Carleton

Behar retrouve la Place TD

La dixième journée du camp d’entraînement du Rouge et Noir était terminée depuis une vingtaine de minutes. Nathaniel Behar se trouvait encore sur le terrain mardi, captant des passes sous une pluie persistante à la Place TD.

L’ancien receveur vedette des Ravens de l’université Carleton s’avérait le seul joueur avec le quart-arrière recrue Bailey Wasdal à ne pas avoir retraité au vestiaire. Il prend les grands moyens pour marquer des points auprès de ses patrons.

« Il y a des choses que j’ai bien faites depuis le début du camp, d’autres moins, a-t-il lancé en se dirigeant vers la rotonde du stade.

«C’est normal. Plus le camp avance, plus les jambes deviennent pesantes pour tout le monde. Mais je serai prêt à briller samedi soir.»

Ce sera place à sa première sortie dans l’uniforme du Rouge et Noir. Les Tiger-Cats de Hamilton seront en ville pour un match hors-concours.

Choix de première ronde des Eskimos d’Edmonton en 2017, Behar s’est joint aux finalistes de la Coupe Grey en février à titre de joueur autonome. Il s’amuse à son retour dans la capitale nationale après deux ans d’absence.

«Je savais qu’un jour, je reviendrais ici pour jouer. C’est devenu mon chez-moi au fil de mes années universitaires. C’est ici que j’ai mes amis, a soutenu l’athlète originaire de London.

«En fait lors du repêchage, j’espérais secrètement que je puisse glisser jusqu’au rang de sélection du Rouge et Noir. Cela dit, j’ai beaucoup appris lors de mes deux années à Edmonton.»

La Place TD, il la connaît bien.

D’abord parce qu’il a déjà joué à cet endroit avec les Ravens au match Panda. Il en a été le héros en 2014, captant une passe de 55 verges sur le dernier jeu de la partie pour le touché victorieux. Des milliers de partisans ont sauté sur la surface pour le féliciter et fêter avec ses coéquipiers et lui.

«Ça ne s’oublie pas ça. On m’en parle encore ici et là», a-t-il avoué.

Pas qu’il s’en plaint. Au contraire.

«C’est nettement mieux que si j’avais manqué un jeu ayant coûté la victoire, comme un botteur qui rate un placement en fin de match !»

Puis Behar a déjà travaillé à la Place TD. Non pas comme gardien de sécurité comme ce fut le cas pour son coéquipier et botteur Lewis Ward, mais plutôt en tant que préposé à l’équipement du Rouge et Noir. Un rôle qu’il a occupé durant les deux premiers camps de l’équipe en 2014 et 2015.

«Avant ça, je travaillais déjà pour l’organisation. Avant même que la construction de ce stade soit terminée, que l’équipe foule le terrain. Je me trouvais dans les bureaux administratifs qui étaient situés sur l’avenue Industrial. J’entrais des données dans l’ordi pour nos dépisteurs.»

C’est ce qui rend son retour si spécial à ses yeux. «Je retrouve plusieurs visages familiers», a-t-il noté. Reste maintenant à se tailler un poste régulier au sein de l’équipe de football. On ne lui a rien promis.

«Et je sais qu’il y a un receveur canadien déjà bien établi ici», a lancé Behar, sourire en coin.

Brad Sinopoli a franchi le cap des 1000 verges lors des quatre dernières saisons. Il a été choisi joueur canadien par excellence de la LCF à deux reprises.

«Tu ne déloges pas un gars comme ça. Mais tu peux apprendre de lui.»

Les entraîneurs jonglent avec l’idée d’aligner un deuxième receveur canadien partant. Ça pourrait ouvrir la porte à Nathaniel Behar.

«Un des trucs que j’ai appris à Edmonton, c’est d’être prêt à toute éventualité. Il y a tellement de choses qui peuvent se produire durant la soixantaine de jeux dans un match.»

Chez le Rouge et Noir, Behar retrouve aussi les Daniel Omara, Justin Howell et Kene Onyeka qui étaient ses coéquipiers chez les Ravens. «Marcher avec eux dans les couloirs du stade nous rappelle toujours nos célébrations au match Panda», a-t-il dit.

+

Laganière passe du Rouge et Noir aux Alouettes

Un ancien espoir du Rouge et Noir se retrouvera derrière un micro lors de la prochaine saison de la LCF.

Alexandre Laganière agira en tant qu’analyste pour la diffusion des parties des Alouettes de Montréal au 98,5 FM. L’équipe québécoise en a fait l’annonce, tout comme Cogeco Média, propriétaire de la station de radio.

Drôle de coïncidence, Laganière effectuera ses débuts la semaine prochaine lorsque... le Rouge et Noir affrontera les Alouettes, le 6 juin, au stade Percival-Molson. « C’est assez excitant comme projet. Ça me permet de continuer à graviter autour du football », a-t-il dit, mardi, en attendant d’accorder une entrevue à l’émission Les Amateurs de sport.

Joueur de ligne offensive, Laganière avait été repêché en septième ronde par Ottawa en 2015. Il avait participé à un match hors-concours contre Hamilton.

Ce fut suffisant pour gagner sa place chez le Rouge et Noir, passant quatre semaines au sein de l’équipe d’entraînement.

« On m’avait finalement retourné à mon équipe universitaire pour une dernière année chez les Carabins de Montréal. On avait signifié de l’intérêt pour que je revienne l’année suivante. »

Mais une déchirure au ménisque d’un genou a amené ce bachelier en marketing aux Hautes études commerciales (HEC) à réfléchir à son avenir. « Je me suis regardé dans le miroir. Je me suis demandé si j’avais assez d’énergie et de passion pour m’entraîner et revenir au jeu », a relaté l’homme de 28 ans, qui avait alors opté pour la retraite.

Laganière se retrouve à la tête de sa propre entreprise, Les Rassembleurs, qui se spécialise en production d’événements et en production de vidéos. Il a animé des galas, dont celui de la Fondation Laurent Duvernay-Tardif en plus de participer à la diffusion web des matches du Bol d’Or l’automne dernier. C’est sans compter son implication dans des activités de mobilisation dans le milieu corporatif. 

« Je me dis que je récolte ce que je sème. J’ai toujours aimé rencontrer des gens,
serrer des mains », a soutenu le colosse de 6’4’’ et 260 livres.