Choisi deux fois joueur canadien par excellence dans la Ligue canadienne de football, Brad Sinopoli vient de se blesser. En plus, des rumeurs circulent concernant son avenir avec le Rouge et Noir d’Ottawa.

Au tour de Sinopoli de se blesser

La saison du Rouge et Noir ressemble de plus en plus à un épisode de trop d’un mauvais film d’horreur. Le prochain match de l’équipe a lieu justement un.... vendredi 13, à Vancouver.

Et il y aura un acteur important en moins dans l’alignement face aux Lions de la Colombie-Britannique. Après le maraudeur Antoine Pruneau, voilà au tour au vétéran receveur Brad Sinopoli de se blesser. Il n’a pas accompagné les siens dans l’Ouest canadien.

La nouvelle est tombée jeudi après-midi alors que ses coéquipiers s’apprêtaient à s’entraîner légèrement au BC Place.

« C’est désolant. Nous préférons jouer de prudence et éviter que sa blessure mette fin à sa saison », a soutenu l’entraîneur-chef Rick Campbell.

Peut-être que ce match sans Sinopoli pourrait s’avérer un aperçu de l’avenir du Rouge et Noir.

À travers la Ligue canadienne de football (LCF), on commence à spéculer à voix basse si le séjour du joueur de 31 ans tire à sa fin à Ottawa. Pas qu’il a ralenti, même s’il montre sa pire production offensive depuis son embauche en 2015. Et pas qu’il n’est pas apprécié de ses coéquipiers et patrons.

Mais son contrat viendra à échéance durant l’hiver.

Et jusqu’ici, Sinopoli demeure évasif sur son retour en 2020 en vue d’une sixième année.

« J’aime la ville et l’organisation. J’ai aimé mon temps ici. Idéalement en tant que joueur, je veux rester au même endroit le plus longtemps possible... C’est la seule chose que je peux dire à ce sujet, si ce n’est que parfois, la décision ne repose pas uniquement dans les mains du joueur », a-t-il dit au Droit, mercredi, avant le départ de l’équipe vers Vancouver.

La direction de l’équipe voudra sûrement retenir ses services, surtout après avoir perdu ses vedettes Trevor Harris, Greg Ellingson, Diontae Spencer, William Powell et SirVincent Rogers l’hiver dernier. Mais peut-être que Sinopoli sera tenté de jouer ailleurs au sein d’une formation qui mise déjà sur un quart-arrière numéro un.

Ses droits seront reluqués par la majorité des adversaires du Rouge et Noir.

Sinopoli a été choisi deux fois joueur canadien par excellence dans la LCF en 2015 et 2018. Il a dépassé le cap des 1000 verges lors des quatre saisons précédentes.

Cette année, il n’a été ciblé que 76 fois par les quarts Dominique Davis, Jonathon Jennings et Will Arndt, captant 47 passes pour 461 verges en 11 parties.

Le numéro 88 a capté au moins 86 passes à chacune de ses cinq premières saisons à Ottawa.

Sinopoli dit ne pas avoir en tête son prochain contrat.

« Je ne regarde jamais trop en avant. Il y a tellement de choses qui peuvent se produire durant une saison et même un match. Je me dis que ce genre de dossier va se régler par lui-même à la fin de l’année », a-t-il soutenu.

« Toute mon attention est tournée vers la prochaine partie. Une fois la saison terminée, je vais m’asseoir et jeter un coup d’œil là-dessus. »

Son avenir sera un de nombreux dossiers importants sur le bureau du directeur général Marcel Desjardins.

Un de ses coéquipiers a déjà obtenu une prolongation de contrat. Le garde Evan Johnson, qui peut aussi évoluer en tant que bloqueur à droite, a accepté une nouvelle entente en vue de la saison 2020, rapportait l’Ottawa Sun la semaine dernière.

+

UN OEIL SUR RENÉ ET GALLIMORE

Si la tendance se maintient, le Rouge et Noir choisira tôt lors du prochain repêchage en mai 2020.

Ça tombe bien. Deux joueurs locaux, dont un demi défensif franco-ontarien, font partie des cinq plus beaux espoirs selon le premier classement du bureau de recrutement de la LCF publié jeudi.

Le plaqueur Neville Gallimore d’Ottawa arrive au premier rang. Il entame sa dernière saison en tant que partant chez les Sooners de l’Oklahoma, dans la NCAA. En deux matches cette année, il a déjà réussi quatre plaqués, un sac et provoqué un échappé.

Le colosse de 6’2’’ et 301 livres a été le premier Canadien à être choisi pour participer au All-American Bowl de l’armée américaine.

Quant à Patrice René, aussi natif d’Ottawa, il se pointe en cinquième position. Ce dernier occupait un rôle de partant au sein de la tertiaire des Tar Heels de North Carolina avant de subir une blessure majeure au genou droit au début de la nouvelle saison. Il s’agit d’une déchirure du ligament croisé antérieur.

En 2018, René a connu sa meilleure saison avec 31 plaqués, deux interceptions, cinq passes rabattues et un échappé recouvré en 11 départs. Le joueur défensif de 6’2’’ et 208 livres sera admissible à une dernière saison chez les Tar Heels en 2020, s’il décide de faire l’impasse sur le repêchage.

« On les connaît déjà un peu, a dit le directeur général du Rouge et Noir, Marcel Desjardins, au sujet de René et Gallimore. Mais de là à dire qu’on a déjà visionné et analysé des vidéos d’eux, non. Nous ne sommes pas rendus jusque-là. »

Le nom d’un joueur de ligne offensive des Ravens de Carleton se trouve aussi au classement du bureau de recrutement. Jesse Lawson se pointe au 20e rang.

La LCF publiera une mise à jour du classement à deux autres reprises, soit en décembre puis avril. Des recruteurs, des directeurs du personnel des joueurs et des directeurs généraux des neuf franchises du circuit contribuent à cet exercice.