Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le quart-arrière du Rouge et Noir, Nick Arbuckle
Le quart-arrière du Rouge et Noir, Nick Arbuckle

Arbuckle «n’a aucune raison de vouloir quitter» Ottawa

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Les amateurs du Rouge et Noir s’inquiètent de l’avenir du quart-arrière partant de l’équipe. Est-ce que Nick Arbuckle acceptera de restructurer son contrat dans les prochains jours?

Si l’Américain âgé de 27 ans refuse, il sera libéré sans avoir joué un match à Ottawa après avoir été acquis en janvier 2020. Tous les quarts partants de la LCF sauf deux ont accepté de revoir à la baisse leur rémunération en raison des pertes financières encaissées par les équipes durant la pandémie.

En plus d’Arbuckle, il y a Matt Nichols qui n’a pas revu son contrat chez les Argonauts de Toronto.

Le pacte actuel du quart du Rouge et Noir prévoit le versement d’un boni estimé à 150 000 $ le 1er février. C’est pourquoi il s’agit de la date butoir fixée par l’organisation.

Arbuckle pourrait toucher jusqu’à 490 000$ en 2021 selon le document original qui le lie à l’équipe.

«Je suis optimiste que nous en viendrons à une entente», a soutenu l’agent Rob Fry au Droit.

«Nick a pris la décision de signer à Ottawa il y a un an. Sa femme et lui aiment la ville. Le personnel d’entraîneur est encore le même. C’est le même alignement aussi. Nick n’a aucune raison de vouloir quitter.»

Les neuf clubs de la Ligue canadienne de football (LCF) ont déjà fait savoir leur intention de dépenser seulement à la hauteur du plancher salarial fixé à 4,75 millions $ par la convention collective. C’est moins que les 5,35 millions $ du plafond salarial.

Autre signe qu’il y a moins d’argent disponible?

Le quart vedette des Tiger-Cats de Hamilton, Jeremiah Masoli, a accepté un contrat d’une saison estimée à 287 000 $ en vue de 2021. Diverses clauses peuvent lui permettre de faire gonfler sa rémunération à 365 000 $.

Son boni à la signature est de 125 000 $.

Masoli, 32 ans, pouvait devenir joueur automne le mois prochain.

Ces chiffres pourraient venir influencer les discussions entre le clan Arbuckle et l’équipe qui se déroulent depuis le temps des Fêtes.

Le quart-arrière du Rouge et Noir, Nick Arbuckle

«Il y a une compréhension mutuelle qu’il doit y avoir une réduction salariale afin de répondre à une situation assez unique. C’est une question maintenant de s’entendre sur ce qui est une réduction équitable et juste», a expliqué Fry.

«Les deux parties utilisent leurs propres comparatifs pour faire valoir leur position. À la fin de la journée, il faut trouver un juste milieu avec lequel Nick et le Rouge et Noir sont à l’aise.»

L’agent n’est pas entré dans les détails des demandes de son client. Même chose du côté du directeur général Marcel Desjardins, reconnu comme un redoutable négociateur.

Est-ce qu’il est confiant de pouvoir restructurer le contrat du quart?

«C’est toujours possible. Est-ce que je suis optimiste? Ça va dépendre de quelques affaires... Mais c’est faisable.»

Ces quelques affaires, c’est l’argent. Plus précisément le montant total du contrat revu et corrigé en 2021.

Ce qu’on sait? Le Rouge et Noir cherche toujours à renégocier le contrat du receveur Brad Sinopoli.

Puis il y a le sort de certains noms connus qui peuvent devenir joueur autonome le 9 février prochain. Lesquels parmi les Jason Lauzon-Séguin, Evan Johnson, Don Unamba, Avery Williams, Ettore Lattanzio et Mike Wakefield joueront-ils ailleurs qu’à Ottawa?

Desjardins n’a pas voulu parler de joueurs en particulier. Mais il a affirmé que des décisions difficiles devront être prises afin de respecter le budget de l’équipe. Un ou deux hauts salariés écoperont, à moins d’un revirement de situation.

«Il y a des gars qui ne seront pas de retour», a-t-il martelé.