«Je trouve que je n'ai pas vraiment l'air d'un joueur de foot», a déclaré Antoine Pruneau.

Antoine Pruneau, l'imposteur

À l'aube de sa quatrième saison dans la Ligue canadienne de football, avec sa bague de la coupe Grey au doigt, Antoine Pruneau souffre toujours du syndrome de l'imposteur.
« On vient tellement tous de milieux différents. Tu sais, les Américains débarquent, ils n'ont jamais vraiment entendu parler du Sport interuniversitaire canadien. Là, ils voient passer Antoine Pruneau... Ils doivent trouver que j'ai l'air d'un petit gars qui s'apprête à passer l'Halloween, déguisé en joueur de football... »
Un « petit » gars ?
Vraiment ?
« Bien, je trouve que je n'ai pas vraiment l'air d'un joueur de foot. Regarde Pat Lavoie ! Lui, tu as l'impression qu'il est à sa place sur un terrain d'entraînement. Moi, je n'ai l'air de rien », explique la vedette québécoise du Rouge et Noir d'Ottawa.
Il est quand même à l'aise avec tout ça.
Il est surtout à l'aise avec son rôle.
À pareille date, l'an dernier, Pruneau s'apprêtait à entreprendre l'année à titre de secondeur. Quelques performances moyennes lui ont brièvement fait perdre son poste au sein de la brigade défensive.
Quand il a refait surface, en fin de saison, il évoluait à une nouvelle position.
Il occupera le poste de maraudeur, vendredi soir, lorsque la saison régulière prendra son envol à la Place TD.
Un rôle crucial s'il en est un.
« Il y a beaucoup de responsabilités au niveau des communications. Surtout avec le nouveau système de jeu que nous venons d'adopter... Je deviens un peu l'artisan. Je dois m'assurer que tout le monde reste tout le temps sur la même page. À ce jour, je dirais que ça se passe vraiment bien. »
Les Américains qui débarquent pour faire l'essai du football canadien comprennent assez rapidement que le « petit gars qui passe l'Halloween » a paraphé un imposant contrat l'hiver dernier parce que la direction du Rouge et Noir croit en lui.
« La chimie s'installe tout naturellement », indique-t-il.
Pruneau, à son poste, devient en quelque sorte le point d'encrage de toute la ligne tertiaire. Cette dernière a subi d'importantes pertes durant la saison morte. Des joueurs qui ont joué un rôle très important dans la conquête de la coupe Grey, qu'on croyait difficilement remplaçables, ont été remplacés.
« Je constate que nous aurons encore beaucoup de profondeur cette année, commente l'ancien des Carabins de l'Université de Montréal. Notre starting five, s'il ne change pas, sera composé de cinq gars qui travaillent très bien ensemble. Homme pour homme, nous serons encore capables de gagner bien des batailles. Là, des gars comme Sherrod Baltimore et Corey Tindal sont prêts à s'ajouter au groupe. Adam Berger attend son tour, lui aussi. C'est un athlète incroyable. »
« Je n'ai pas hâte que certains joueurs se blessent, mais je suis bien conscient que ça va se produire. Les gars qui vont se greffer à notre groupe, à ce moment-là, vont apporter quelque chose aux RedBlacks. C'est certain. »
À Gatineau
Le Rouge et Noir a été chassé de la Place TD par leurs cousins du Fury, mardi. Ils ont donc tenu leur entraînement sur la rive québécoise, au stade Mont-Bleu.
Pruneau a hâte que le premier match arrive. « Ça va faire du bien de frapper quelqu'un d'autre qu'un coéquipier. »
« Les prédictions, à cette période de l'année, ça ne veut rien dire. Mais je suis content de me frotter à un club qui traîne une bonne réputation, comme les Stamps, dès le départ. »