Eli Ankou

Ankou attend l'appel de la NFL

Eli Ankou passera les trois prochains jours  les yeux rivés au petit écran. Il suivra le repêchage de la NFL en attendant que son nom soit appelé.
L'ailier défensif d'Orléans est dans la mire de plusieurs clubs. Les Cowboys de Dallas, les Rams de Los Angeles et les Chargers de Los Angeles l'ont mis à l'essai ces dernières semaines. Deux autres équipes l'ont aussi rencontré. Une d'elles, les Packers de Green Bay, aimerait le réunir, dit-on, à son ancien coéquipier Kenny Clark, qui a joué avec lui à UCLA.
C'est sans compter ces formations qui l'ont appelé.
«Chaque jour depuis deux semaines, je parle à un club», a souligné Ankou, mercredi, au bout du fil.
Ce dernier se trouve en Californie où il a passé les quatre dernières années dans la NCAA. Il était sur la plage au moment de l'entrevue téléphonique. Ses parents Nicole et Adolphe se trouvaient à ses côtés. Ils ont effectué le voyage afin de suivre le repêchage en sa compagnie.
«On relaxe en ce moment. Il n'y a plus rien que je puisse faire. C'est entre les mains des équipes.»
Ankou, qui fait 6'3'' et 325 livres, a participé en janvier au NFLPA Collegiate Bowl, une joute mettant en vedette des espoirs en vue de l'encan de la NFL. Il a aussi tenu sa propre journée d'évaluation physique 
«Je m'apprête à écrire la prochaine page d'un gros livre», a affirmé l'ancien étudiant de l'école secondaire Béatrice-Desloges. Ce dernier a effectué ses débuts au football au milieu de son adolescence. Il pratiquait auparavant le karaté et le soccer.
Les Panthers de Cumberland ont été sa première équipe de football. Les entraîneurs l'ont mis à l'essai à diverses positions, de secondeur à demi défensif en passant par porteur de ballon avant de lui trouver un domicile permanent au sein de la ligne défensive.
«J'y pense ces jours-ci. Ça fait bizarre de savoir que maintenant, je suis si près de la NFL.»
La première ronde du repêchage de la NFL aura lieu jeudi. Puis vendredi, ce sera place aux rondes deux et trois.
Les quatre autres tours se dérouleront samedi.
«Je préfère ne pas avoir d'attentes. Ça peut être tellement imprévisible le repêchage», a affirmé Eli Ankou.
Et si jamais l'athlète âgé de 22 ans n'est pas réclamé, il pourra toujours se joindre à une formation à titre de joueur autonome.
«Tout ce que je veux, c'est d'obtenir une chance au sein d'une équipe», a-t-il dit.
Et si jamais ce scénario ne se produit pas également, il y aura toujours la Ligue canadienne de football, qui tiendra son repêchage le 7 mai.