Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir recrute un quart de la NFL

Le Rouge et Noir veut miser sur Nick Arbuckle en 2020, mais prépare tout de même un plan B, C et D si le quart-arrière américain décide de lui faire faux bond le mois prochain sur le marché des joueurs autonomes.

L’organisation compte maintenant six quarts sous contrat après avoir annoncé mardi l’embauche de Taryn Christion, qui s’est promené dans la NFL lors des six derniers mois. Le natif de Sioux Falls a participé en août au camp d’entraînement des Cowboys de Dallas, aboutissant ensuite sur l’équipe de réserve des Steelers de Pittsburgh en octobre.

Rouge et Noir

Pas de contrat pour Boulay à Ottawa

Un des membres de la « French Mafia » du Rouge et Noir ne sera pas de retour, la saison prochaine, à Ottawa.

Le vétéran Nicolas Boulay poursuivra sa carrière ailleurs, en 2020. « La décision a été prise par l’organisation », a-t-il confirmé au Droit.

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir passe en mode séduction

Appelez ça La Grande Séduction, version Rouge et Noir.

Au lieu de tenter de recruter un médecin comme le village fictif de Sainte-Marie-la-Mauderne, l’équipe de football aura quelques jours pour épater le nouveau quart-arrière numéro un qu’elle souhaite mettre sous contrat d’ici le 11 février. Non, Marcel Desjardins ne cachera pas de l’argent ici et là dans la Place TD comme dans le long métrage québécois.

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir prône la patience avec Arbuckle

Quatre jours plus tard, ça jasait encore de la transaction qui a permis au Rouge et Noir de mettre la main sur le quart-arrière américain Nick Arbuckle.

Il s’agissait d’un des sujets de discussions en coulisses, mardi, lors de l’ouverture des assises hivernales de la Ligue canadienne de football (LCF) à Blue Mountain, en Ontario. Tous les dirigeants des neuf équipes y participent, dont Marcel Desjardins.

Le DG franco-ontarien a cédé un choix de troisième ronde vendredi aux Stampeders afin d’obtenir les droits sur Arbuckle, qui peut devenir joueur autonome le mois prochain. 

Si le quart accepte un contrat avec Ottawa, sa nouvelle formation va inverser aussi son choix de première ronde, le tout premier au total, avec Calgary, qui doit sélectionner sixième en ce moment en mai.

« J’espère qu’on pourra le mettre sous contrat, mais on ne sait jamais », a lancé Desjardins au bout du fil.

Ce dernier a déjà jasé « brièvement » avec Arbuckle. « Pour me présenter, parler un peu de ce que nous pouvons lui offrir ici à Ottawa », a-t-il précisé.

L’agent du joueur a aussi été approché. Mais aucune négociation n’a eu lieu pour l’instant, a confirmé Desjardins.

En fait, la patience sera de mise pour les amateurs qui souhaitent une mise sous contrat rapide du nouveau quart-arrière numéro un du Rouge et Noir.

« C’est un peu difficile en ce moment. Nos coaches ne seront pas à Ottawa avant la fin du mois. Je ne m’attends pas à ce que ce soit quelque chose qui sera réglé d’ici quelques jours », a affirmé Desjardins.

Âgé de 26 ans, Nick Arbuckle a obtenu sept départs chez les Stamps en 2019 pendant l’absence de Bo Levi Mitchell. Il a complété 73,1 % de ses passes, un sommet dans la LCF.

D’autres statistiques ? Il a amassé 2103 verges par la voie aérienne, dont 11 touchés, tout en étant intercepté que cinq fois. Il a ajouté quatre touchés au sol.

« C’est un gars qui ne prend pas beaucoup de mauvaises décisions sur le terrain. Il distribue bien le ballon, a souligné Desjardins.

«Selon les informations que nous avons obtenues, c’est un gars intelligent qui est capable d’assimiler rapidement l’information. Puis il a gagné beaucoup de matches.»

Le nouvel entraîneur-chef Paul LaPolice a eu son mot à dire dans la transaction qui a amené Arbuckle à Ottawa. Reste à voir s’il pourra le convaincre d’apposer sa signature sur un pacte avant l’ouverture du marché des joueurs autonomes.

Les Argonauts de Toronto avaient aussi discuté avec Calgary afin d’obtenir les droits du quart américain de 6’1’’ et 213 livres. Leur nouvel entraîneur-chef, Ryan Dinwiddie, a dirigé Nick Arbuckle chez les Stamps la saison dernière à titre d’instructeur des quarts.

Le Rouge et Noir espère refaire le même coup qu’en février 2016 quand il avait embauché Trevor Harris. Ce dernier avait connu du succès durant les quelques départs obtenus auparavant lors de son séjour chez les Argos.

On connaît la suite. Harris est devenu un des meilleurs quarts de la LCF, menant Ottawa au match de la Coupe Grey en 2018. Il a quitté l’organisation l’an dernier, se joignant aux Eskimos.

Son départ a laissé un gros trou à l’attaque que Dominique Davis, Jonathon Jennings et Will Arndt n’ont pu combler la saison dernière.

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir obtient les droits sur Arbuckle

Le Rouge et Noir d’Ottawa va explorer une première option pour se doter d’un nouveau quart-arrière partant en vue de la prochaine saison.

Il a conclu un échange pour obtenir les droits sur Nick Arbuckle vendredi.

Le DG Marcel Desjardins a cédé un choix de troisième ronde aux Stampeders de Calgary pour ce faire.

Comme Arbuckle deviendra joueur autonome le 11 février, une sélection conditionnelle au repêchage fait également partie du troc dans l’éventualité où le passeur américain de 26 ans s’entend sur les modalités d’un contrat avec la formation de la capitale nationale.

Substitut de Bo Levi Mitchell, Arbuckle a bien fait quand il a été appelé à le remplacer pour cause de blessure alors qu’il a complété 174 de ses 248 passes (73,1 %) pour 2247 verges de gain, avec 11 touchés et 5 interceptions en neuf parties.

Il en était à sa deuxième saison dans la LCF et il a présenté une fiche de 4-3 comme partant à Calgary.

Bon dernier dans la LCF en 2019, le Rouge et Noir a joué à la chaise musicale avec ses trois quarts, Dominique Davis, Jonathon Jennings et Will Arndt, après le départ de Trevor Harris pour Edmonton au cours de la saison morte précédente.

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir embauche Eger

Le nouvel entraîneur-chef du Rouge et Noir d’Ottawa Paul LaPolice ne se la coule pas douce pendant la période des Fêtes, alors qu’il a annoncé lundi l’embauche de Charlie Eger comme entraîneur des porteurs de ballon de l’équipe.

Eger est un entraîneur d’expérience, lui qui était auparavant coordonnateur offensif intérimaire à l’Université Clarion. Avant cela, Eger a passé six saisons comme entraîneur adjoint à l’Université Seton Hill, travaillant comme coordonnateur offensif tout en entraînant la ligne offensive (2014-17) et en servant de coordonnateur du recrutement. 

« Charlie a passé les deux derniers camps d’entraînement avec Winnipeg en tant qu’entraîneur de système offensif et a une carrière d’entraîneur remarquable à son actif, a dit LaPolice par voie de communiqué.  « Nos joueurs vont aimer travailler avec lui et nous sommes heureux d’ajouter un entraîneur de son calibre au sein de notre groupe d’entraîneurs avec le Rouge et Noir. »

Outre les Blue Bombers, Eger a aussi travaillé au niveau professionnel lors des activités d’équipe organisées (OTA) des Rams de St. Louis et des Steelers de Pittsburgh.

Rouge et Noir

Bourassa restera chez le Rouge et Noir

Un autre membre de la French Mafia du Rouge et Noir sera de retour à Ottawa en 2020.

Le spécialiste des longues remises Louis-Philippe Bourassa a accepté vendredi un nouveau pacte de deux ans. Choix de quatrième ronde en 2017, il a entamé 50 parties lors de ses trois premières saisons dans la Ligue canadienne de football.

LCF

Deslauriers veut devenir DG «un jour»

Éric Deslauriers se souvient encore très bien de la date. « Le 3 décembre 2018 », lance-t-il au bout du fil.

Ce jour en question, l’ancien receveur gatinois recevait une nouvelle qui a eu l’effet d’un plaqué dévastateur. Les Alouettes de Montréal le mettaient à la porte après 12 saisons à l’emploi de l’organisation, dont trois à titre de coordonnateur du repêchage.

Rouge et Noir

Prolongation de contrat pour Nolan MacMillan

Jouer ailleurs que dans son patelin ne s’est jamais avéré une option pour Nolan MacMillan, qui disputera une septième saison chez le Rouge et Noir en 2020.

Premier choix au repêchage de l’histoire de la franchise en 2013, le garde originaire d’Arnprior a accepté mardi une prolongation de contrat de deux ans. Il a été choisi le joueur de ligne offensive par excellence de l’équipe l’automne dernier.

« Je me considère chanceux d’avoir été membre du Rouge et Noir depuis ses débuts. Je tenais à demeurer ici, même si nous venons de connaître une saison difficile », a-t-il dit.

Ottawa a terminé au dernier rang de la LCF avec une fiche de 3-15. Douze mois plus tôt, le club participait au match de la coupe Grey pour une troisième fois en quatre ans. « J’ai confiance en nos propriétaires de même qu’en notre directeur général Marcel Desjardins », a-t-il ajouté.

MacMillan, qui fait 6’6’’ et 294 livres, est l’un des trois joueurs de l’édition originale du Rouge et Noir qui portent toujours les couleurs de la concession. Antoine Pruneau et Nigel Romick seront aussi de retour en 2020.

Les trois se sont tous retrouvés à l’infirmerie à l’automne.

MacMillan a subi une blessure à un genou, ratant les quatre derniers matches du calendrier régulier. « Il connaissait jusque-là la meilleure saison de sa carrière, a souligné Desjardins.

«C’est un leader tranquille. Il est très physique et il n’a pas peur de s’imposer quand c’est nécessaire.»

Ce qui rassure aussi le Rouge et Noir ? MacMillan n’a pas eu à subir une opération au genou
en question.

«D’ici janvier, tout devrait être de retour à la normale», a assuré le joueur âgé de 28 ans.

Ça, c’est une des trois bonnes nouvelles dans son cas. Il y a aussi ce nouveau contrat, mais également la naissance du premier enfant de son couple. La petite Camilla a vu le jour le 21 novembre dernier.

Benevides dirigera la défensive

Entre deux couches à changer, Nolan MacMillan a gardé un œil sur les changements à survenir au sein du personnel d’entraîneurs dans le dernier mois.

Rick Campbell est parti. Tous ses adjoints aussi, sauf le coordonnateur des unités spéciales, Bob Dyce.

Paul LaPolice a pris la barre de l’équipe. Il a embauché mardi l’ancien entraîneur-chef des Lions de la Colombie-Britannique, Mike Benevides, à titre de coordonnateur défensif.

La semaine dernière, le Rouge et Noir avait annoncé la venue d’un ancien de la NFL, Bob Wylie, à titre d’instructeur de la ligne offensive.

«J’ai été surpris de voir tous ses changements, a commenté MacMillan. Mais je suis heureux de la venue de Paul LaPolice, surtout quand on sait à quel point nous en avons arraché la saison dernière à l’attaque.

«J’ai eu l’occasion de lui jaser lundi. Il semble très méticuleux et très motivé à nous enseigner ses tactiques offensives. C’est quelque chose qui a fait défaut la saison dernière à la suite du départ de notre coordonnateur offensif Jaime Elizondo. Aucune fondation n’avait été coulée pour notre attaque.»

Rouge et Noir

Lewis Ward se rapproche de la NFL

Les Vikings du Minnesota l’avaient invité chez eux vendredi dernier pour le voir botter. Puis lundi, Lewis Ward se trouvait en Ohio pour tenter d’épater les dirigeants des Bengals de Cincinnati.

Ce n’est qu’un début pour la vedette du Rouge et Noir, qui tente d’obtenir un contrat dans la NFL après deux saisons fructueuses à Ottawa. Un autre essai l’attend mardi à Atlanta.

Rouge et Noir

Bye bye les pantoufles sous LaPolice

Portant un gaminet blanc du groupe rock les Ramones, Antoine Pruneau se trouvait au fond d’une pièce de la Place TD, les bras musclés bien croisés.

Le vétéran du Rouge et Noir était un des joueurs qui écoutaient attentivement la conférence de presse de l’équipe, lundi après-midi. On y présentait le nouvel entraîneur-chef Paul LaPolice.

Une fois que tous les médias ont quitté la salle, le capitaine de la défensive a pris le temps de serrer la main de son nouveau patron et se présenter. La paire a discuté pendant presque 10 minutes.

Rouge et Noir

La deuxième fois fut la bonne pour LaPolice

Tôt ou tard, Paul LaPolice devait aboutir sur les lignes de côté à Ottawa, une ville avec laquelle le coach américain du New Hampshire possède plusieurs liens intéressants.

L’homme âgé de 49 ans a été présenté officiellement lundi en tant que nouvel entraîneur-chef du Rouge et Noir à la Place TD. Un poste qu’il a failli obtenir en 2013.

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir se tourne vers LaPolice

Le Rouge et Noir a pigé chez les champions de la coupe Grey pour dénicher son nouvel entraîneur-chef.

L’équipe de la LCF a embauché Paul LaPolice, qui était coordonnateur offensif des Blue Bombers de Winnipeg lors des trois dernières saisons. Le père de famille de trois enfants a accepté samedi soir un contrat de trois ans.

Football

Bébé et nouveau contrat pour Langlais

William Langlais passe ses journées à guérir sa cheville droite tout en changeant des couches et en poursuivant ses études à distance.

Le centre-arrière gatinois des Stampeders de Calgary est devenu papa à la fin de l’été. « Un petit gars âgé maintenant de quatre mois », lance-t-il fièrement au bout du fil.

Leon Langlais est une des raisons pourquoi l’athlète âgé de 29 ans a décidé de rester une saison de plus en Alberta. Ce dernier a accepté une prolongation de contrat la semaine passée, retirant du même coup son nom du marché des joueurs autonomes en février prochain.

« Ça me convient de rester ici. Je viens d’avoir un enfant. Ma blonde est originaire d’ici. Ses parents sont ici. Puis j’ai toujours aimé ça ici à Calgary. L’équipe me traite bien », relate Willian Langlais, qui vient de terminer sa cinquième année chez les Stamps.

« Le choix était facile. »

Ce qui a été moins facile pour lui ? La dernière saison. Autant sur le plan individuel que collectif.

Les Stampeders ont été éliminés en demi-finale de l’Ouest. Du même coup, ils n’ont pu défendre leur titre de champion devant leurs partisans.

Le match de la coupe Grey avait lieu à Calgary, il y a une dizaine de jours. Ce sont les Blue Bombers de Winnipeg qui se sont retrouvés dans le vestiaire des Stampeders, le 24 novembre.

« Nous avions participé à la finale lors des trois dernières années. C’est plate de ne pas être du match quand ça se passe à la maison. Mais ça montre à quel point c’est dur de se rendre jusqu’au bout. Il y a de bonnes équipes dans la ligue. »

Ajoutez à cela que les Stampeders étaient amochés depuis le début du calendrier régulier. Ils ont dû se débrouiller durant une partie de l’été sans leur quart-arrière vedette Bo Levi Mitchell.

« Et nous avions perdu aussi plusieurs joueurs durant l’hiver. Des gars qui ont obtenu leur chance dans la NFL et d’autres qui ont obtenu un contrat ailleurs dans la ligue », souligne Langlais, qui a lui aussi dû soigner des bobos.

On ne l’a vu en action que pendant neuf parties, dont huit au sein de l’alignement partant. Tout ça en raison de ce que le personnel médical croyait être au début une entorse à une cheville subie le 6 juillet contre les Roughriders de la Saskatchewan.

« J’essayais de bloquer l’ailier défensif A.C. Leonard. Il est tombé contre le derrière de ma jambe », explique Langlais.

« Je suis revenu par la suite trop vite au jeu. J’ai joué trois matches, mais je continuais à avoir mal. Je me disais que ça ne pouvait pas être une entorse. »

Des tests plus poussés ont démontré que le cartilage de la cheville droite était en piteux état.

L’ancien joueur des Griffons du Cégep de l’Outaouais a renoué avec l’action au milieu de l’automne. Il a même effectué un retour de botté en demi-finale de l’Ouest contre Winnipeg.

« Je ne me sentais pas encore à 100 %. Les changements de direction étaient un peu plus difficiles. Mais j’étais content de jouer », souligne-t-il.

William Langlais n’avait jamais passé autant de temps à l’infirmerie auparavant. Il avait raté seulement cinq parties lors des quatre saisons précédentes.

Pas question de revivre pareil scénario en 2020.

« J’ai recommencé à aller au gym, à bouger et à effectuer des étirements. Mais pas trop vite. Je vais laisser le temps à ma cheville de guérir. »

Rouge et Noir

La NFL s’intéresse à Ward et Leone

Au moins trois joueurs du Rouge et Noir obtiendront un essai dans la NFL en décembre, dont les deux botteurs de l’équipe.

Lewis Ward et Richie Leone participeront à une séance d’entraînement privé des Bengals de Cincinnati. Ils devraient aussi être convoqués par au moins une ou deux autres formations.

Il s’agit d’une saison difficile pour les botteurs actuels des 32 équipes de la NFL. Plusieurs clubs cherchent des solutions de rechange en vue de la saison 2020, regardant au nord de la frontière.

Leone a déjà participé aux camps d’entraînement des Ravens de Baltimore et des Cardinals de l’Arizona, respectivement en 2014 et 2017. Il excelle dans les longs dégagements. Ward, lui, a réussi 69 tentatives de placement consécutives en saison régulière de juin 2018 à août 2019.

Quant au secondeur américain Kevin Brown, il a confirmé qu’un essai l’attend la semaine prochaine chez les Bears de Chicago. Ses coéquipiers Anthony Cioffi et Avery Williams pourraient être les prochains joueurs du Rouge et Noir à obtenir des nouvelles de clubs de la NFL.

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir s'entend avec Gabriel Polan et plusieurs autres

Le Rouge et Noir a mis sous contrat 13 joueurs mardi, dont quelques choix au repêchage.

Dans le lot, on retrouve le porteur de ballon québécois Gabriel Polan. Sélectionné en troisième ronde en 2019, l’espoir du Vert et Or de l’Université de Sherbrooke avait quitté Ottawa après une seule séance au camp d’entraînement des recrues en mai.

Deux autres produits du Québec font partie des nouveaux embauchés. Le plaqueur Clément Lebreux (Rouge et Or de l’université Laval) avait été l’avant-dernier choix au total lors du dernier encan de la LCF. Il fait 6’4’’ et 300 livres. Quant à James Tyrrell, des Stingers de Concordia, il a été le meilleur receveur de la conférence québécoise la saison dernière, captant 52 passes pour 779 verges et deux touchés.

Le garde d’Aylmer et ancien joueur des Ravens de Carleton, Daniel Omara, a aussi accepté une nouvelle entente avec le Rouge et Noir.

Quatre joueurs américains se sont aussi entendus avec l’organisation. Le quart-arrière Ross Comis, qui fait 6’ et 195 livres, retient l’attention. À sa dernière saison collégiale à UMass en 2018, il a complété 122 de 194 passes pour 1799 verges, 14 touchés et seulement trois interceptions. 

Rouge et Noir

Rick Campbell aboutit chez les Lions

Un mois plus tard, Rick Campbell a trouvé un nouvel emploi dans la LCF. Pendant ce temps, le Rouge et Noir continue sa recherche pour lui trouver un successeur à titre d’entraîneur-chef à Ottawa.

Campbell a été embauché lundi pour diriger les Lions de la Colombie-Britannique en 2020. L’équipe du Pacifique a conservé une fiche de 5-13 la saison dernière.

Rouge et Noir

Ottawa pourrait piger chez les Stamps

Le Rouge et Noir commencera dans les prochaines heures à rencontrer les candidats potentiels pour son poste vacant d’entraîneur-chef.

Une liste qui comprend maintenant les noms de Paul LaPolice et Mark Kilam. Le premier a été coordonnateur offensif chez les Blue Bombers de Winnipeg, qui ont gagné la coupe Grey dimanche dernier contre Hamilton. Le second s’avère le coordonnateur des unités spéciales des Stampeders de Calgary depuis 10 saisons en plus d’avoir occupé le rôle d’entraîneur adjoint pour la première fois en 2019.

Rouge et Noir

Desjardins a déjà approché un candidat pour remplacer Campbell

Le Rouge et Noir devra patienter au moins une douzaine de journées avant de rencontrer certains candidats potentiels pour son poste vacant d’entraîneur-chef.

Le directeur général Marcel Desjardins a rappelé au Droit que la Ligue canadienne de football (LCF) a mis en place un règlement empêchant les équipes de discuter pendant les éliminatoires avec tout entraîneur sous contrat avec un club adverse. « Aucune entrevue ne peut avoir lieu avant au moins 48 heures après la fin du match de la coupe Grey », a-t-il souligné.

Ottawa se retrouve sans instructeur-chef depuis le départ de Rick Campbell survenu trois jours après la conclusion de la dernière saison. Le club de la capitale venait de terminer au fond du classement avec une fiche de 3-15.

Desjardins n’a pas perdu de temps pour entamer ses recherches. Il a confirmé avoir déjà approché un candidat sans toutefois en révéler l’identité.

« Une première discussion quand même rapide pour savoir s’il y avait un intérêt mutuel. Puisque c’est le cas, je ne veux pas commenter plus. »

Impossible de savoir si c’est un des adjoints de Campbell lors des deux dernières saisons. Le coordonnateur des unités spéciales Bob Dyce a déjà dirigé les Roughriders de la Saskatchewan tandis que le coordonnateur défensif Noel Thorpe a été finaliste l’hiver dernier pour diriger les Lions de la Colombie-Britannique et les Argonauts de Toronto.

Les noms des deux hommes ont circulé en coulisses à travers la LCF.

D’autres possibles candidats selon nos sources ? Le coordonnateur offensif des Tiger-Cats de Hamilton, Tommy Condell, de même que l’ancien entraîneur-chef des Lions, DeVone Claybrooks.

Il y a six ans, le Rouge et Noir avait considéré les anciens instructeurs Marcel Bellefeuille et Danny Maciocia avant d’arrêter son choix sur Campbell.

Marcel Desjardins a répété avoir mis sur papier une longue liste de critères. « La personne qui va en cocher le plus devrait être la personne qui sera choisie », a-t-il expliqué.

Encore là, le dg franco-ontarien se fait discret.

« La seule chose que je vais dire, c’est ce que j’ai déjà mentionné lors de la conférence de presse. Je veux quelqu’un qui possède de l’expérience dans la Ligue canadienne de football. Je vais garder le reste des critères pour moi-même pour l’instant. »

Ottawa vise toujours avoir un nouvel entraîneur-chef en service avant la période des Fêtes. Des discussions se poursuivent aussi avec certains joueurs pouvant profiter de leur pleine autonomie en février.

Le Rouge et Noir s’est entendu en fin de saison avec cinq vétérans canadiens, dont le receveur Brad Sinopoli, le centre Alex Mateas et le membre des unités spéciales, Jean-Philippe Bolduc.

Parmi les joueurs dont le contrat vient à échéance, on retrouve le garde Nolan MacMillan, les botteurs Lewis Ward et Richie Leone, de même que les secondeurs Avery Williams et Kevin Brown de même que les demis défensifs Sherrod Baltimore et Anthony Cioffi.

Le demi de coin Jonathan Rose, qui a raté la majeure partie de la dernière saison en raison d’une blessure au cou, ne sera pas de retour à Ottawa. Sa carrière s’avère même compromise.

Un œil sur les Alouettes

Un autre dossier sur lequel les partisans du Rouge et Noir devraient garder un œil dessus ? Ce qui se passera chez les Alouettes de Montréal, toujours sans propriétaire.

L’équipe a indiqué vendredi qu’elle entamera la recherche d’un nouveau directeur général. Il ne serait pas surprenant qu’elle regarde vers Ottawa où le directeur du personnel des joueurs, Jean-Marc Edmé, vient de compléter sa quatrième saison. Il possède 13 années d’expérience dans la LCF, dont huit chez les Alouettes.

Edmé, 39 ans, a participé au dépistage des rangs professionnels et collégiaux chez le Rouge et Noir en plus de donner un coup de main dans la négociation de contrats. L’ancien centre-arrière a joué son football collégial chez les Cheetahs de Vanier en plus de porter les couleurs du Vert et Or de l’Université de Sherbrooke.

Rouge et Noir

Et si c’était Maciocia?

Danny Maciocia savait exactement pourquoi un journaliste d’Ottawa le contactait. Il aurait pu ignorer la demande d’entrevue. Il n’aurait pas été le premier ces jours-ci.

Mais l’entraîneur-chef des Carabins de l’Université de Montréal a tout fait, sauf ça. Même s’il est débordé à trois jours du match de la coupe Dunsmore entre son équipe et le Rouge et Or de l’université Laval. Le gagnant accédera à la demi-finale nationale.

Rouge et Noir

Qui sera le nouvel entraîneur-chef du Rouge et Noir?

Le Rouge et Noir espère embaucher un nouvel entraîneur-chef d’ici Noël.

Le directeur général Marcel Desjardins a déjà une idée du type de candidat recherché pour succéder à Rick Campbell. « La personne doit posséder de l’expérience dans la Ligue canadienne de football. Il n’a pas besoin toutefois d’avoir été entraîneur-chef auparavant », a-t-il souligné.

Deux noms ont déjà commencé à circuler en coulisses. D’abord celui de Tommy Condell, coordonnateur offensif des Tiger-Cats de 2013 à 2015 puis cette saison. Chaque fois, son attaque a été parmi les meilleures de la LCF.

À LIRE AUSSI: L'entraîneur Rick Campbell quitte le Rouge et Noir

> Discours émotif pour Rick Campbell

Condell, qui a gagné la coupe Grey en 2017 chez les Argos, connaît bien Ottawa. Il a été entraîneur des quarts et des receveurs des Renegades en 2004 et 2005.

Si Ottawa tient à lui jaser, il devra patienter possiblement après le match de la coupe Grey disputé à la fin novembre.

« L’embauche d’un Condell pourrait peut-être aider Ottawa à attirer le quart Jeremiah Masoli, qui peut devenir joueur autonome cet hiver. En plus, Tommy est perçu comme le prochain coordonnateur qui devrait obtenir sa chance comme entraîneur-chef », a suggéré au Droit un dirigeant d’une équipe rivale.

Le coordonnateur défensif actuel du Rouge et Noir, Noel Thorpe, pourrait aussi être un candidat. Les Lions de la Colombie-Britannique et les Argonauts de Toronto lui ont jasé l’hiver dernier afin de devenir leur entraîneur-chef.

« Je vais ratisser large », a promis Desjardins. 

En 2013, il avait rencontré six candidats, dont Marcel Bellefeuille et Danny Maciocia, avant d’opter pour Campbell.

Des rumeurs laissent entendre que l’ancien entraîneur-chef des Eskimos d’Edmonton, Chris Jones, pourrait revenir dans la LCF. 

Il fait partie en ce moment du personnel d’instructeurs des Browns de Cleveland, dans la NFL.

Rouge et Noir

L'entraîneur Rick Campbell quitte le Rouge et Noir

Trois ans après avoir crié de joie en soulevant la coupe Grey en 2016, Rick Campbell pleurait, lundi, à la Place TD.

D’abord durant un point de presse où l’entraîneur-chef du Rouge et Noir a confirmé son départ après six saisons à la barre de l’équipe. Plus tard, les émotions ont eu raison de lui une fois de plus dans l’ascenseur l’amenant avec sa copine sur la galerie de presse pour une dernière entrevue radiophonique.

« Je vous dirais que je suis désolé. Mais je ne suis pas désolé. Je suis triste », a soutenu l’homme âgé de 48 ans aux médias. Il venait de prendre une pause pour se resaisir durant ses remerciements et essuyer ses joues.

« Marcher sur la rue Bank, durant la parade de la Coupe Grey. Vous vous en souvenez ? Je marchais dans mon quartier ! C’était génial. Je vais garder tous ces bons souvenirs en mémoire. Et je vais les chérir. »

À LIRE AUSSI: Qui sera le nouvel entraîneur-chef du Rouge et Noir?

> Un discours émotif pour Rick Campbell

Ça, c’était déjà il y a trois ans. Tout était au beau chez le Rouge et Noir.

Aujourd’hui ? La franchise traverse sa première crise depuis sa naissance. Ottawa a terminé au dernier rang avec une fiche de 3-15, 11 mois après avoir participé au match de la coupe Grey pour une troisième fois en quatre ans sous les ordres de Campbell.

Plusieurs joueurs-clés avaient déjà quitté le navire avant le début de la saison. Les Harris, Powell, Ellingson et Rogers ont décidé de joueurs ailleurs en 2019.

C’est sans compter la démission du coordonnateur offensif Jaime Elizondo à un mois du camp d’entraînement. Un signe que quelque chose clochait chez le Rouge et Noir.

Ce que Campbell a reconnu avec un commentaire qui en disait long lundi. « Je suis fier de cette organisation. Je n’aimais pas voir des gens quitter avec un goût amer dans leur bouche. La liste commençait à être longue », a-t-il déclaré.

Voilà maintenant à son tour de quitter après avoir été l’unique entraîneur-chef de l’histoire du club. La raison ? Ce n’était plus la lune de miel entre le directeur général Marcel Desjardins et lui, paraît-il.

Le coach a rencontré la haute direction de l’équipe à ce sujet samedi. En aucun temps il n’aurait demandé à obtenir le poste de son patron immédiat. « Rick n’est pas ce genre de dude », a précisé le président Mark Goudie plus tôt en matinée.

Rouge et Noir

Un discours émotif pour Rick Campbell

Rick Campbell a livré un discours très émotif lorsqu’il s’est présenté devant les journalistes, lundi matin, dans le salon des médias de la Place TD. Nous avons traduit l’essentiel de son message et nous vous le présentons aujourd’hui.

«Ottawa... Je ne connaissais pas très bien cette ville, au départ. Je ne connaissais personne, en fait. J’ai simplement constaté que les gens d’OSEG avaient une vision. Ils voulaient développer un projet pour toute la communauté. Je pense à Roger (Greenberg), John (Ruddy), John (Pugh), Jeff (Hunt) et Bill (Shenkman)... J’apprécie tout ce qu’ils ont fait pour moi. Et je veux remercier Marcel (Desjardins) de m’avoir offert ma première opportunité de travailler comme entraîneur-chef. 

Je suis heureux d’avoir pu côtoyer autant de gens de qualité dans l’entourage de l’équipe. Je trouve ça difficile, aujourd’hui. Je comptais sur l’appui de 11 bons adjoints, cette saison. J’étais entouré de gens de talent qui n’ont pas été capables, ensemble, de livrer la marchandise.

À LIRE AUSSI: L'entraîneur Rick Campbell quitte le Rouge et Noir

> Qui sera le nouvel entraîneur-chef du Rouge et Noir?

Nous avons tous des familles. Nous avons des maisons. Les entraîneurs de football mènent de drôles de vie. Nous devons nous déplacer aux quatre coins de l’Amérique du Nord pour vivre notre passion. J’ai apprécié l’implication de chaque membre du groupe.

J’ai croisé des joueurs, hier soir. J’ai pu en croiser quelques-uns par hasard alors que je rentrais à pied à la maison. C’est très difficile pour moi. Antoine Pruneau, Brendan Gillanders, Brad Sinopoli... Je ne pourrai pas tous les nommer. Il y a Nolan MacMillan... Je pense surtout aux gars qui sont avec nous depuis le tout début. Ce sont de bonnes personnes. Ce sont de solides individus. Le Rouge et Noir est vraiment chanceux de pouvoir compter sur ces gens. J’espère qu’on va toujours leur offrir le soutien et l’encadrement dont ils ont besoin. Ils vont me manquer.

C’est dur.

Voilà. Ce sont mes remerciements. Je suis convaincu que j’oublie des gens. Je veux remercier la Ville. Les partisans. Nous avons vécu ensemble des moments magiques que je n’oublierai jamais. Marcher sur...»

NDLR: Campbell s’accorde alors une pause de plusieurs secondes. Il verse quelques larmes.

«Je vous dirais que je suis désolé. Mais je ne suis pas désolé. Je suis triste.

Marcher sur la rue Bank, durant la parade de la Coupe Grey. Vous vous en souvenez? Je marchais dans mon quartier! C’était génial. Je vais garder tous ces bons souvenirs en mémoire. Et je vais les chérir.»

Rouge et Noir

Davis se voit partant en 2020

Une question planait sur le Rouge et Noir, dimanche, au moment où les joueurs vidaient leur casier après une saison à oublier. Qui sera le quart-arrière partant de l’équipe en 2020 ?

Ottawa, qui a terminé le calendrier régulier avec une fiche de 3-15, a utilisé trois joueurs à cette position depuis juin. Aucun des aspirants n’a impressionné.

Ça n’empêche pas Dominique Davis de croire que ce sera lui l’heureux élu. Du moins il l’espère.

« J’estime toujours que je suis leur homme, que je peux redresser cette barque », a soutenu l’Américain de 30 ans.

« Mais ce n’est pas entre mes mains cette décision. C’est à Marcel et la direction de décider. On verra ce qui arrivera. »

Davis avait rencontré ses patrons plus tôt en matinée à la Place TD. Ces derniers lui auraient refilé un message d’espoir.

« Ils m’ont dit que je serais de retour la saison prochaine », a-t-il confié, conscient que beaucoup de choses peuvent changer d’ici le prochain camp d’entraînement en mai.

Le Rouge et Noir pourrait fort bien magasiner pour un quart partant sur le marché des joueurs autonomes. Jeremiah Masoli (Hamilton), Matt Nichols (Winnipeg), Nick Arbuckle (Calgary) et McLeod Bethel-Thompson (Toronto) seront les principaux quarts disponibles.

Il reste une saison au contrat liant Davis au Rouge et Noir. Peut-être qu’il devra se contenter d’un rôle de substitut, un peu comme il l’avait fait en 2018 derrière Trevor Harris.

« J’espère que j’aurai la chance de montrer à cette ville, à cette équipe, que je suis l’homme de la situation », a dit le numéro 4, qui avait hérité du poste de partant au camp d’entraînement.

Ses statistiques ont démontré tout sauf qu’il pouvait remplacer Harris, parti en février chez les Eskimos d’Edmonton.

En 10 parties, Davis a complété 200 passes pour 2216 verges, cinq touchés mais surtout 14 interceptions, un sommet dans la LCF. Le vétéran Jonathon Jennings a été appelé à prendre la relève, mais c’était pire.

Signe que Jennings ne s’attend pas à revenir l’an prochain, on ne l’a pas vu dimanche dans le vestiaire. Will Arndt a été l’autre quart utilisé. Et il n’a pas saisi l’opportunité.

C’est pourquoi Dominique Davis a entamé le dernier match, vendredi, contre les Alouettes. Il n’a pas mal paru.

Ce dernier dit avoir changé sa façon de se préparer en fin de saison. Il a commencé à faire de la méditation et lire des livres.

« Je pense que ma façon de jouer dans les derniers matches s’avère plus représentative du quart que je suis », a-t-il dit.

Davis a complété 31 de ses 41 passes à ses deux derniers départs, n’étant pas intercepté. Ça risque de ne pas être suffisant toutefois pour obtenir le rôle de quart numéro un le printemps prochain.

D’autres questions venaient à l’esprit dimanche lors de la dernière visite des joueurs au stade. Qui sera de retour dans quelques mois ?

Certains veulent tenter leur chance dans la NFL. Les botteurs Richie Leone et Lewis Ward devraient obtenir un essai cet hiver après avoir été les deux meilleurs joueurs du Rouge et Noir en 2019.

L’ailier défensif J.R. Tavai, qui a réussi sept sacs, pourrait aussi intéresser des clubs au sud de la frontière, tout comme le secondeur Avery Williams et le demi défensif Anthony Cioffi.

Le tout premier choix de l’histoire de la franchise en 2013, Nolan MacMillan, pourrait avoir disputé son dernier match à Ottawa. Le garde de 6’6’’ et 294 livres a écoulé la dernière année de son contrat.

Un autre joueur de longue date, Ettore Lattanzio, sera aussi à la recherche d’un nouveau pacte.

Lundi, ce sera place au bilan de fin de saison du directeur général, Marcel Desjardins. Il sera flanqué de l’entraîneur-chef Rick Campbel.

Leur patron immédiat, le président Mark Goudie, sera toutefois absent.

Rouge et Noir

Saison enfin terminée pour le Rouge et Noir

Le Rouge et Noir a perdu son dernier match de la saison vendredi soir, mais il s’est au moins assuré le retour de cinq joueurs importants en vue de 2020.

La partie était vieille de seulement quelques minutes lorsque l’équipe a annoncé sur l’écran géant de la Place TD que des prolongations de contrat de deux saisons avaient été accordées au receveur Brad Sinopoli, le centre Alex Mateas de même que trois membres des unités spéciales, Jean-Philippe Bolduc, Nigel Romick et Brendan Gillanders. Une nouvelle qui a suscité peu de réactions dans la foule.

Rouge et Noir

Un Rouge et Noir met fin à sa carrière

Un vétéran du Rouge et Noir a créé une surprise en annonçant sa retraite à quelques heures du dernier match de la saison prévu vendredi soir à la Place TD.

Mike Klassen met fin à une carrière de sept saisons dans la Ligue canadienne de football (LCF), dont les deux dernières à Ottawa. Il avait entamé sa carrière en 2013 chez les Alouettes de Montréal.

Âgé de seulement 28 ans, le plaqueur albertain s’est servi des médias sociaux, vendredi matin, pour annoncer son départ.

«Ce fut tout une aventure. J’ai donné 11 ans de ma vie à ce sport. En cette dernière journée de la saison, j’annonce ma retraite, a-t-il écrit, sans rien perdre de son sens de l’humour.

«J’ai connu deux défaites au match de la coupe Vanier. Deux défaites au Mitchell Bowl, une défaite en finale de l’Est et deux défaites au match de la coupe Grey! Vous pouvez le voir deux façons possibles... Soit que je suis un grand perdant ou soit que j’ai été chanceux de jouer et contribuer au sein de très bonnes équipes!»

Klassen, qui était un des joueurs les plus appréciés dans le vestiaire du Rouge et Noir, a été limité à huit parties en 2019 en raison de blessures, réussissant 22 plaqués et deux sacs. Il s’avérait toujours sous contrat en vue de la prochaine saison.

Le colosse de 6’5’’ et 285 livres avait récolté quatre plaqués lors du match de la coupe Grey l’an dernier. Il avait surtout retenu l’attention dans les jours précédant la finale avec ses longs cheveux, faisant ouvertement la promotion de la «coupe Longueuil» dans toutes ses entrevues.

Jeudi, Klassen s’était pointé au stade déguisé en l’ancien lutteur Hulk Hogan. Le tout avait fait rigoler ses coéquipiers qui traversent la pire saison de l’histoire du Rouge et Noir.

Ottawa a perdu ses 10 derniers matches et montre une fiche de 3-14.

Même s’il est blessé, Klassen a annoncé qu’il participerait à la période d’échauffement qui précédera le match contre les Alouettes vendredi soir. «Je suis chanceux d’enfiler les épaulettes une dernière fois ce soir», a-t-il écrit.

Rouge et Noir

Tous les yeux sur Campbell et Desjardins

Il s’avère l’unique entraîneur-chef de la jeune histoire du Rouge et Noir. Rick Campbell complétera sa sixième saison à la barre de l’équipe, vendredi soir, lors du passage des Alouettes de Montréal à la Place TD.

Est-ce qu’il s’agira toutefois de sa dernière sortie ? La question se pose alors que la franchise modèle est secouée par sa première crise majeure depuis ses premiers pas sur le terrain en 2014.

Rouge et Noir

Pruneau défend Desjardins

Le ciel était grisâtre et le moral se trouvait à plat, lundi matin, quand le Rouge et Noir a repris l’entraînement à la Place TD en vue de son dernier match d’une saison horrible.

Ça souriait peu. La séance avait des allures d’une visite au salon mortuaire avant que le corps soit enterré vendredi après la visite des Alouettes de Montréal.

Rouge et Noir

Ottawa s’assure... du dernier rang

Un an après avoir passé près de gagner la coupe Grey pour une deuxième fois en trois saisons, le Rouge et Noir s’est assuré le titre du pire club de la Ligue canadienne de football en 2019.

Qu’elle le veuille ou non, la franchise mérite cette étiquette après avoir offert une autre performance honteuse, samedi après-midi, à Toronto. Elle a subi une dixième défaite de suite, s’inclinant 39-9 contre les Argonauts de Toronto.