Le Rouge et Noir reprend l’entraînement dans l’incertitude

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir reprend l’entraînement dans l’incertitude

Antoine Pruneau était enjoué au début de l’entrevue, un peu moins vers la fin.

Ce qui rend le capitaine du Rouge et Noir heureux ces jours-ci? Fiston Charles Henri fait enfin ses nuits pour la première fois depuis sa naissance, il y 13 semaines.

«Il dort pendant sept à huit heures. Quand je me lève le matin, je suis très content de lui. Tellement que je le félicite», lance le maraudeur québécois en riant.

L’autre truc qui lui arrache un petit sourire en ces temps difficiles? Quelques-uns de ses coéquipiers et lui ont pu recommencer à s’entraîner à la Place TD depuis lundi.

Le Rouge et Noir a pu ouvrir les portes de sa salle de conditionnement physique pour la première fois depuis la mi-mars tout en respectant des règles sanitaires strictes.

«Deux athlètes à la fois avec deux membres du personnel. Tu as un bloc de deux heures, relate le vétéran de six saisons dans la Ligue canadienne de football (LCF).

«Quand on arrive au stade, il faut se désinfecter les mains. Tu dois répondre à un questionnaire et faire prendre ta température. Il faut porter un masque pour se déplacer et tu ne te promènes pas partout. Une fois à ta station, tu peux enlever ton masque et t’entraîner. Une fois que tu as terminé, les poids et autres équipements sont désinfectés.»

Peu de joueurs du Rouge et Noir se sont pointés à la Place TD en cette première semaine.

«Parce que ce n’est pas tout le monde qui est ici. Plusieurs gars sont chez leurs parents. Une bonne partie sera de retour la semaine prochaine. Nous devrions être une douzaine à prendre notre tour pour s’entraîner.»

Les séances d’entraînement individuelles sur le terrain extérieur devront attendre. La surface synthétique doit être changée dans les prochaines semaines. Les travaux qui étaient prévus à la fin mars ont dû être retardés en raison de la COVID-19.

Ottawa s’est offerte comme «ville-bulle» à la LCF

Rouge et Noir

Ottawa s’est offerte comme «ville-bulle» à la LCF

Est-ce qu’Ottawa pourrait agir en tant que ville-hôtesse pour les équipes de la division Est en vue d’une saison écourtée de la Ligue canadienne de football?

Ce serait surprenant, mais ça n’a pas empêché le Rouge et Noir de proposer l’idée aux dirigeants du circuit dans les dernières semaines, a appris Le Droit. «J’en ai parlé un peu aussi au gouvernement ontarien de même qu’à Tourisme Ottawa», confirme le président de l’Ottawa Sports and Entertainment Group (OSEG), Mark Goudie.

Une fête attendra chez le Rouge et Noir

Rouge et Noir

Une fête attendra chez le Rouge et Noir

Ce ne sont pas les débuts dont avait imaginé Paul LaPolice lorsque le Rouge et Noir l’a embauché deux semaines avant Noël.

Au lieu d’être sur le terrain de la Place TD à diriger un camp d’entraînement et apprivoiser sa nouvelle équipe, l’instructeur-chef se tapait lundi en rafale des vidéos de joueurs de ligne offensive. Tout ça dans une demeure récemment acquise à Ottawa, loin de son bureau au stade.

Préparer la vie après le Rouge et Noir

Rouge et Noir

Préparer la vie après le Rouge et Noir

La deuxième semaine des camps d’entraînement de la Ligue canadienne de football tirerait déjà vers sa fin. Cinq matches hors-concours auraient déjà été disputés.

Les Alouettes de Montréal auraient visité le Rouge et Noir à la Place TD. Les Roughriders de la Saskatchewan auraient affronté les Stampeders à Calgary.

Le bonheur derrière un volant

Rouge et Noir

Le bonheur derrière un volant

Ces deux anciens joueurs ont enfilé l’uniforme du Rouge et Noir durant leur longue carrière dans la LCF. Un est maintenant chauffeur d’autobus à Québec, l’autre est pilote d’avion un peu partout au pays.

Récit de deux parcours différents d’une nouvelle vie loin du terrain de football.

Quand la NFL pige à Ottawa

Rouge et Noir

Quand la NFL pige à Ottawa

Leur carrière de quart-arrière a pris fin dans un rôle de substitut à Ottawa, mais Ryan Lindley et Joey Elliott auront trouvé le moyen de renouer avec le football professionnel dans un rôle différent.

Le premier a été entraîneur dans la NFL à Cleveland lors des deux dernières saisons. D’abord en tant que responsable des demis offensifs des Browns puis des quarts-arrière.

La conquête du Rouge et Noir revisitée [PHOTOS]

Rouge et Noir

La conquête du Rouge et Noir revisitée [PHOTOS]

Henry Burris sera assis dans son salon avec ses deux ados, les yeux rivés sur le petit écran. Même chose pour Antoine Pruneau avec son nouveau-né, Charles Henri, bien au chaud dans ses bras.

Plusieurs autres de leurs coéquipiers de l’édition du Rouge et Noir en 2016 risquent d’en faire de même.

TSN rediffusera vendredi soir, sur le coup de 19h, le match de la coupe Grey remportée par Ottawa, il y a trois ans et demi, au stade BMO de Toronto. Une victoire de 39-33 en prolongation contre les Stampeders de Calgary qui mettait fin à une disette de 40 ans sans championnat de la Ligue canadienne de football (LCF) dans la capitale nationale.

«C’est sûr que je vais regarder cette partie... encore. Je possède ma propre copie ici à la maison, avoue Burris, qui avait été nommé joueur par excellence de cette finale.

«En fait, je pense que ce match-là va être diffusé à mes funérailles! Qu’il va jouer en boucle dans le mausolée où mon cercueil se trouvera. Ce fut de loin une des finales les plus divertissantes de l’histoire.»

Pruneau veut une autre parade [VIDÉO]

Rouge et Noir

Pruneau veut une autre parade [VIDÉO]

Il y a eu le match historique, mais aussi la parade inoubliable, deux jours plus tard, sur la rue Bank. Plus de 40 000 personnes avaient fêté le retour de la coupe Grey à Ottawa après une absence de 40 ans.

«Je n’avais jamais rien vécu de la sorte. C’était juste de l’amour qu’on se faisait garocher en pleine face, explique Patrick Lavoie.

«C’était vraiment magique. Quand je revois les photos sur les médias sociaux, ça vient toujours me chercher.»

Une victoire à forte saveur canadienne

Rouge et Noir

Une victoire à forte saveur canadienne

Quand Arnaud Gascon-Nadon regarde l’alignement du Rouge et Noir lors de cette conquête de la coupe Grey, une chose en particulière lui saute aux yeux.

«Nous avions 10 partants canadiens. Habituellement, les équipes de la Ligue canadienne de football miseront sur le minimum de sept... et pas un de plus», rappelle l’ailier défensif québécois.

«Je suis très fier de dire que nous avons battu la meilleure équipe cette année-là avec tous ces joueurs canadiens.»

À LIRE AUSSI: La conquête du Rouge et Noir revisitée [PHOTOS]

> Pruneau veut une autre parade [VIDÉO]

Le Rouge et Noir misait sur trois produits canadiens au sein de la ligne défensive en Gason-Nadon, Connor Williams et Zack Evans. Il y avait aussi Antoine Pruneau au sein de la tertiaire.

Du côté offensif, la ligne comptait sur les Jason Lauzon-Séguin, Nolan MacMillan, Jon Gott et J’Michael Deane. À eux s’ajoutaient le porteur de ballon Kienan LaFrance et le receveur Brad Sinopoli.

Auclair suit les pas de Matthieu Proulx

Rouge et Noir

Auclair suit les pas de Matthieu Proulx

Marcel Desjardins se frotte les mains en regardant la récolte obtenue lors du huitième repêchage de l’histoire du Rouge et Noir.

«J’ai bien dormi», lance le dg franco-ontarien, qui a pu ajouter huit joueurs à son organisation, la semaine dernière. Il était fier surtout d’avoir obtenu le demi défensif Adam Auclair et le plaqueur Michael Hoecht, respectivement aux sixième et 10e rangs.

Kétel Assé: le joueur qui a glissé chez le Rouge et Noir

Rouge et Noir

Kétel Assé: le joueur qui a glissé chez le Rouge et Noir

Son nom devait être appelé parmi les premiers espoirs, et non les derniers, lors du repêchage de la Ligue canadienne de football.

Le Rouge et Noir d’Ottawa a pu choisir Kétel Assé en huitième ronde, il y a trois jours. Seulement huit joueurs ont été sélectionnés après le bloqueur québécois qui a brillé à l’Université Laval.

Nick Arbuckle: utiliser les moyens du bord [VIDÉO]

Rouge et Noir

Nick Arbuckle: utiliser les moyens du bord [VIDÉO]

C’est l’histoire d’un quart-arrière, d’une voiture et d’un arbre en temps de pandémie à Ottawa.

Le quart-arrière, c’est Nick Arbuckle. Un athlète américain âgé de 26 ans qui est déjà populaire auprès des amateurs du Rouge et Noir d’Ottawa. Il n’a pourtant jamais lancé une passe dans l’uniforme de sa nouvelle équipe. Il est très actif sur les médias sociaux depuis son arrivée dans la capitale, à la fin de l’hiver.

Rodger chez les Bombers, Basambombo revient à la maison

Rouge et Noir

Rodger chez les Bombers, Basambombo revient à la maison

Plusieurs espoirs locaux, dont un secondeur gatinois, ont trouvé preneur lors de l’encan annuel de la LCF.

Où commencer? Par Kyle Rodger, qui a disputé son football mineur en Outaouais avant de jouer chez les Carabins de Montréal puis les Gee Gees d’Ottawa. Il va poursuivre sa carrière chez les champions de la coupe Grey.

Winnipeg en a fait son choix de sixième ronde.

Le Rouge et Noir, lui, a pigé souvent dans la région. Plus précisément quatre fois. 

À LIRE AUSSI: Auclair retrouvera des visages familiers à Ottawa

Ottawa a roulé les dés au début du deuxième tour en optant pour le plaqueur défensif Michael Hoecht, qui a vécu pendant un an à Stittsville durant son adolescence.

Le colosse de 6’4’’ et 310 livres se veut un risque. Il a accepté un contrat dans la NFL chez les Rams de Los Angeles, le week-end dernier.

«Si ce n’était pas de ça, nous l’aurions choisi en première ronde. Mais quand nous avons vu qu’il était encore disponible en deuxième ronde, nous n’avons pas hésité», a expliqué le directeur général Marcel Desjardins.

Auclair retrouvera des visages familiers à Ottawa

Rouge et Noir

Auclair retrouvera des visages familiers à Ottawa

Adam Auclair se doutait bien que le Rouge et Noir le réclamerait, jeudi soir, au repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF). Restait à savoir si son nom serait appelé en première ou deuxième ronde.

Le demi défensif de l’université Laval n’aura pas eu à patienter longtemps. Le natif de Québec a été choisi au sixième rang du premier tour.

«Une heure avant le repêchage, j’ai reçu un message texte de la part de Jean-Philippe Bolduc me disant qu’il espérait que je joigne l’équipe», a relaté Auclair en parlant du capitaine des unités spéciales du Rouge et Noir qui s’avère un ancien du Rouge et Or de l’université Laval.

«Je suis content de m’amener à Ottawa, surtout que j’ai de la famille dans le coin. J’ai un oncle qui habite à Gatineau. Ma vieille soeur possède aussi une maison à Gatineau. Ça devrait m’aider à trouver un logement!»

À LIRE AUSSI: Rodger chez les Bombers, Basambombo revient à la maison

Surtout, Auclair se joint à la «French Mafia» du Rouge et Noir, qui compte notamment sur plusieurs anciens du Rouge et Or. En plus de Bolduc, on retrouve Jason Lauzon-Séguin et Marco Dubois.

C’est sans oublier le maraudeur Antoine Pruneau, un ancien des Carabins de l’Université de Montréal.

«Je vais apprendre beaucoup en travaillant avec Antoine», a soutenu le gaillard de 6’2’’ et 205 livres.

«Il m’a coaché l’an dernier au Défi Est-Ouest. Il m’avait refilé plusieurs bons trucs au poste de maraudeur.»

Le Rouge et Noir garde un oeil sur Tanguay

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir garde un oeil sur Tanguay

Stéphane Tanguay a discuté avec des dirigeants du Rouge et Noir dans les dernières semaines. Daniel Basambombo aussi. Reste à voir si un de ces joueurs francophones sera réclamé par l’équipe de leur patelin, jeudi soir, lors du repêchage de la LCF.

«Ça serait le scénario idéal de retourner à Ottawa», avoue Tanguay, un joueur de ligne offensive de six pieds six pouces et 325 livres qui a grandi à Russell.

Le premier ministre Trudeau discute d’une aide potentielle avec la LCF

Football

Le premier ministre Trudeau discute d’une aide potentielle avec la LCF

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que le gouvernement fédéral est en discussions avec la Ligue canadienne de football, qui a demandé mardi qu’on lui vienne en aide financièrement afin d’atténuer l’impact de la pandémie de COVID-19.

M. Trudeau a indiqué aux journalistes que de venir en aide au circuit de 62 ans est un «dossier important» pour la ligue et ses partisans.

«On est en train de regarder comment on peut appuyer différentes organisations. On reconnaît que c’est un enjeu important pour la ligue et pour bien des Canadiens. Et on continue nos discussions avec eux», a fait savoir le premier ministre.

Les commentaires du premier ministre ont été faits au lendemain d’une dépêche de La Presse canadienne, qui a rapporté que la LCF cherchait une aide de 150 millions $ de la part du fédéral.

Le commissaire de la LCF, Randy Ambrosie, a déclaré mardi que la proposition de la ligue comportait trois phases: 30 millions $ maintenant pour gérer l’impact de la crise du coronavirus sur les activités de la ligue; de l’assistance supplémentaire pour une saison régulière écourtée; et jusqu’à 120 millions $ supplémentaires en cas d’annulation de la saison 2020.

Ambrosie a ajouté que l’avenir à long terme de la LCF serait en péril si la saison 2020 devait être annulée.

La LCF a été fondée en 1958 avec la fusion de deux ligues existantes. La coupe Grey, son trophée emblématique, a été attribué pour la première fois en 1909. La grande finale doit cette année avoir lieu le 22 novembre, à Regina, précédée d’une semaine d’activités en marge du championnat.

Le circuit Ambrosie n’a toujours pas abandonné l’idée de présenter une saison 2020, mais il a report le début de ses camps d’entraînement, qui devaient être lancés en mai. Il a aussi repoussé le début de la saison, prévu le 11 juin, au moins jusqu’en juillet.

Plusieurs gouvernements provinciaux ont toutefois indiqué qu’il n’y aurait pas d’événements sportifs devant d’importantes foules cet été, ce qui a été confirmé par les propos du Dr Theresa Tam, l’administratrice en chef de la santé publique au pays, mercredi.

«Pour un certain temps encore, je ne peux songer à une personne en charge de la santé publique dans ce pays qui autoriserait ce genre de rassemblements, a-t-elle déclaré. Bien sûr, nous évaluons la situation de mois en mois, mais quand on dit qu’on allège les mesures, ce n’est pas en ce sens.

«Les rassemblements importants ne feront pas partie de nos vies pour un certain temps.»

Certains sports ont émis l’hypothèse de reprendre les compétitions à huis clos, mais Ambrosie a indiqué que ce scénario serait difficile à adopter pour la LCF, qui tire une portion importante de ses revenus à la billetterie.

Repêchage de la LCF: Thomas Carrier a déjà son plan B 

Rouge et Noir

Repêchage de la LCF: Thomas Carrier a déjà son plan B 

Thomas Carrier a passé la semaine à remettre ses derniers travaux de session à la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa.

Le repêchage de la LCF n’était donc pas trop dans les pensées du futur enseignant. Ça devrait changer, la semaine prochaine, pour le secondeur gatinois qui a été membre de l’alignement partant des Gee Gees lors des quatre dernières saisons.

«C’est sûr que c’est mon petit rêve de jouer au football professionnel. Mais mon monde ne va pas s’effondrer si je ne suis pas choisi. J’ai un plan B. La vie continue comme on peut voir en ce moment.»

Âgé de 25 ans, Carrier fait partie d’une poignée de joueurs des Gee Gees qui sont dans la mire de certaines équipes de la LCF. Son coéquipier gatinois Kyle Rodger et lui devaient participer à un camp d’évaluation régional à Montréal en mars dernier. Les mesures de distanciation sociale les ont privés d’une vitrine importante devant des dépisteurs.

«J’avoue que c’était un peu décevant. Je me préparais avec mes coéquipiers chaque matin dans la salle de musculation, avoue Carrier. Mais en même temps, je voyais ce camp plus comme une expérience unique de faire compétition à certains des meilleurs temps au pays. Je me dis que les dépisteurs ont quand même fait leur travail. Ils ont eu accès à toutes les vidéos de nos parties des dernières saisons.»

L’athlète de cinq pieds et 11 pouces a pris l’habitude de se démarquer lors de joutes importantes. Il a réussi des interceptions lors de deux des trois dernières éditions du Match Panda.

Carrier a rappelé que le repêchage de la LCF réserve son lot de surprises chaque année. «On doit s’attendre à tout.»

«Moi, je continue pour l’instant de me préparer à jouer au football. Peut-être que mon nom sera appelé, peut-être que non.»

Cinq joueurs de l’Outaouais ont été sélectionnés lors des cinq dernières années. En 2015, Edmonton, Calgary et Hamilton avaient choisi respectivement Danny Groulx, William Langlais et Ron Omara.

Mikaël Charland (Ottawa en 2016) et Oumar Touré (Montréal en 2017) ont aussi été réclamés.

Seul Langlais évolue toujours dans la LCF, ayant accepté une prolongation de contrat chez les Stampeders en décembre dernier.

Marc-Antoine Dequoy: un clone de Pruneau, ou presque

Rouge et Noir

Marc-Antoine Dequoy: un clone de Pruneau, ou presque

Est-ce que le Rouge et Noir pourrait se laisser tenter par un autre membre de la tertiaire des Carabins de l’Université de Montréal, six ans plus tard, en première ronde?

On dit de Marc-Antoine Dequoy qu’il est un clone, ou presque, du vétéran maraudeur Antoine Pruneau. Des comparaisons que l’espoir de L’Île-Bizard a entendues depuis quelques saisons.

Repêchage de la LCF: Ottawa déjà assuré d'un joueur local

Rouge et Noir

Repêchage de la LCF: Ottawa déjà assuré d'un joueur local

Le Rouge et Noir aura droit à un choix territorial pour sélectionner un joueur né dans les limites de son territoire.

Ça se passera à la fin du second tour. Il s’agit d’une nouveauté qui a été ajoutée au repêchage en 2019.

Les Alouettes avaient alors mis la main sur le garde Samuel Thomassin. Les Argonauts possédaient aussi un tel choix. C’est encore le cas pour eux ce printemps puisqu’ils ont présenté une des deux pires fiches, la saison dernière, avec le Rouge et Noir.

Quelles sont les limites territoriales pour l’équipe ottavienne ? « La liste de joueurs disponibles pour nous est basée sur un rayon de 120 km à partir de la tour de la Paix », explique le dg Marcel Desjardins.

Ça, c’est en sol québécois. Ça inclut l’Outaouais et une partie des Basses-Laurentides. Du côté ontarien, Ottawa peut piger aussi loin que Kingston et Pembroke.

En coulisses, un dirigeant d’une équipe rivale estime que le Rouge et Noir est désavantagé par rapport aux Argonauts, qui ont accès à un bassin plus grand. « Il y a deux fois plus de gars intéressants sur la liste de Toronto », note-t-il.

Desjardins, lui, n’a pas voulu commenter ce sujet précis.

Le Rouge et Noir pourrait choisir un joueur qui entamera sa carrière dans la NFL en 2020. Un peu comme il l’avait fait dans le passé avec Eli Ankou, d’Orléans, et Mehdi Abdesmad, de Montréal.

« Il ne faut pas avoir peur d’y aller avec un coup de dés. Des fois, ça fonctionne. Par contre, les deux dernières fois pour nous, ça n’a pas trop bien fonctionné. »

Le joueur classé premier par le bureau de recrutement de la LCF, le plaqueur Neville Gallimore, risque d’être encore disponible lorsque viendra le tour du choix territorial du Rouge et Noir. Le joueur natif d’Ottawa est promis à un bel avenir dans la NFL. Les chances de le voir jouer un jour en sol canadien sont très minces.

Repêchage de la LCF: le Rouge et Noir pourrait surprendre

Rouge et Noir

Repêchage de la LCF: le Rouge et Noir pourrait surprendre

Ce sera déjà le huitième repêchage de son histoire. Et pour seulement la deuxième fois depuis 2013, le Rouge et Noir d’Ottawa pourrait opter pour autre chose qu’un joueur de ligne offensive en première ronde.

Dans un long entretien avec Le Droit, le directeur général Marcel Desjardins a ouvert un peu son jeu à l’approche de l’encan de la Ligue canadienne de football (LCF) prévu le 30 avril. Ottawa pourrait piger un futur receveur, un espoir de la ligne défensive ou un éventuel partant au sein de la tertiaire avec le sixième choix au total.

Ottawa ou Montréal? Saunders a préféré le Rouge et Noir

Rouge et Noir

Ottawa ou Montréal? Saunders a préféré le Rouge et Noir

Jalen Saunders portait une tuque rouge durant la vidéoconférence avec les médias d’Ottawa. Un clin d’oeil à l’équipe qui venait de l’embaucher en vue de la prochaine saison.

Reste à voir si l’explosif receveur américain, qui a obtenu des essais dans six équipes de la NFL, aura maintenant l’occasion de jouer un match chez le Rouge et Noir en 2020. «Nous sommes un peu dans le néant en ce moment», a reconnu Saunders, mardi après-midi, en parlant de l’éventuelle reprise des activités des diverses ligues de sport professionnel.

Les mains pleines en attendant le retour de la LCF

Rouge et Noir

Les mains pleines en attendant le retour de la LCF

Entre deux couches à changer et des vêtements de bambin à laver, Jason Lauzon-Séguin a vu passer la nouvelle. Que le début de la saison du Rouge et Noir soit repoussé en juillet l’a tout, sauf surpris.

La Ligue canadienne de football (LCF) a confirmé mardi que ses premiers matches du calendrier régulier n’auraient pas lieu aux dates prévues en raison de la COVID-19. Elle compte respecter les récentes interdictions placées par des villes canadiennes, dont Calgary et Montréal, au sujet de la tenue d’événements sportifs d’ici la fin du mois de juin.

Pas de football de la LCF avant juillet

Rouge et Noir

Pas de football de la LCF avant juillet

Le Rouge et Noir devra patienter avant de disputer un premier match en 2020. La Ligue canadienne de football (LCF) a annoncé mardi que la prochaine saison ne pourra pas commencer avant le début du mois de juillet.

La décision du commissaire Randy Ambrosie ne surprendra aucun amateur. Elle fait suite aux mesures mises à jour par les divers gouvernements pour assurer la santé et la sécurité publique pour freiner la propagation de la COVID-19.

La ville de Calgary avait notamment indiqué, la semaine dernière, qu’elle interdisait la tenue de tout rendez-vous sportif sur son territoire d’ici le 30 juin. Toronto a emboîté le pas au chapitre de tout événement, que ce soit sportif, culturel et communautaire, même si la nouvelle politique comporte une exception pour le sport professionnel.

«Bien qu’il soit maintenant clair que la saison 2020 de la LCF ne pourra pas s’amorcer avant le début du mois de juillet, nous maintenons notre engagement de travailler avec nos équipes, avec l’Association des joueurs de la LCF (AJLCF), avec RDS et avec TSN afin de disputer une saison complète ou une saison qui se rapprochera le plus possible d’une saison complète, a soutenu Ambrosie dans un communiqué de presse.

À quoi ressemblera la prochaine saison de la LCF?

COVID-19

À quoi ressemblera la prochaine saison de la LCF?

Jean-Philippe Bolduc n’est pas tombé en bas de sa chaise. Le vétéran du Rouge et Noir s’attendait à ce que la Ligue canadienne de football (LCF) repousse l’ouverture de ses camps d’entraînement.

La confirmation est arrivée lundi matin sur le coup de 10h30. Aucune date n’a toutefois été fixée pour lancer les activités des neuf clubs du circuit.

Les recrues devaient se rapporter à leurs équipes respectives le 11 mai. Les vétérans, eux, étaient attendus le 17 mai.

«Je comprends la ligue. Elle est à la merci de tout ce qui se passe, souligne Bolduc, qui doit disputer une cinquième saison à Ottawa en 2020.

«Tu veux que tout se termine le plus vite, mais personne n’a idée où on s’en va avec ça. Tu peux juste suivre les recommandations de la santé publique», ajoute-t-il en parlant de la COVID-19.

La LCF devait présenter ses premières parties hors-concours à la fin du prochain mois. Le Rouge et Noir devait notamment affronter les Alouettes de Montréal le 29 mai à la Place TD.

Son premier match du calendrier régulier est prévu le 12 juin contre les Argonauts de Toronto.

La LCF planche sur divers scénarios, dont une saison complète de 18 matches qui commencerait plus tard en juillet. L’idée de disputer moins de parties est aussi étudiée.

Le commissaire Randy Ambrosie a répété lundi qu’il entrevoit toujours que la coupe Grey soit décernée en 2020.

«Selon moi, il faut au moins jouer huit matches, donc une fois contre toutes les équipes, pour qu’un champion de la coupe Grey soit légitime, affirme Bolduc, qui a gagné le trophée en 2016.

«Ça voudrait dire toutefois seulement quatre matches à la maison. Est-ce assez pour les équipes et leurs finances? Tout le monde tient pour acquis que les stades seront pleins quand le sport va recommencer. C’est un autre débat. Beaucoup de gens n’auront pas d’argent.»

Une autre suggestion qui a été lancée ces derniers jours? Que les équipes ne disputent que des matches intra-division, ce qui permettrait de réduire la longueur des déplacements tout en réduisant les dépenses. Par exemple, Ottawa affronterait seulement Toronto, Montréal et Hamilton à plusieurs reprises.

Et qui dit moins de parties signifierait des joueurs qui devraient accepter de gagner moins d’argent en 2020.

Quant aux camps d’entraînement, il reste à voir quelle formule sera retenue par la LCF.

«Est-ce que ce sera un camp de trois semaines? Et si c’est juste d’une durée de sept à 10 jours, ça va être dur... Certains gars s’entraînent avec les moyens du bord en ce moment», note Bolduc.

Des équipes seraient en faveur d’éliminer les matches hors-concours, dit-on en coulisses. Les joueurs, eux, pourraient être moins chauds à l’idée.

«Si tu es un joueur recrue, que tu ne joues pas de parties pré-saison, ça devient dur de montrer aux coaches que tu peux bien plaquer», fait valoir Jean-Philippe Bolduc.

Et même si elle s’avère un circuit canadien, la LCF demeure à la remorque des États-Unis.

«Environ 70% de nos joueurs sont Américains. Nous ne pouvons pas jouer sans eux, rappelle Bolduc.

«Peut-être que ça commencera à aller mieux ici au Canada à la mi-avril ou la fin avril. Mais la réalité sera peut-être différente aux États-Unis avec une population plus importante.»

Le seul événement qui demeure encore à l’horaire de la LCF est le repêchage des joueurs universitaires, le 30 avril.

Repêcher à l’ère de la COVID-19

Rouge et Noir

Repêcher à l’ère de la COVID-19

Aucun club de la Ligue canadienne de football (LCF) n’a mieux repêché que le Rouge et Noir d’Ottawa lors des sept dernières années.

Tous les choix de première ronde depuis 2013 portent encore l’uniforme de la formation ottavienne. De Nolan MacMillan à Antoine Pruneau en passant par Alex Mateas, Jason Lauzon-Séguin, Evan Johnson, Mark Korte et Alex Fontana.

Du renfort pour LaPolice à Ottawa

Rouge et Noir

Du renfort pour LaPolice à Ottawa

Paul LaPolice avait promis de bien s’entourer, sur les lignes de côté, en vue de sa première saison à la barre du Rouge et Noir d’Ottawa. Il a tenu parole.

Le nouvel entraîneur-chef a présenté ses 10 adjoints, mardi matin, lors d’un point de presse tenu dans le vestiaire de l’équipe, à la Place TD. Cinq d’entre eux, Mike Benevides, Bob Dyce, Carey Bailey, Chris Tormey et Greg Knox, ont déjà dirigé des formations.

Le Rouge et Noir a renégocié le contrat de Davis

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir a renégocié le contrat de Davis

Dominique Davis aurait pu bouder ou même dire non au Rouge et Noir quand le téléphone a sonné dans les derniers jours.

L’Américain âgé de 30 ans savait qu’il avait perdu son poste de quart-arrière partant. Qu’on lui demanderait de camper un rôle de réserviste et surtout de toucher beaucoup moins d’argent dans les prochains mois.

Malgré tout ça, Davis a quand même décidé de rester à Ottawa en 2020. L’équipe a confirmé jeudi que le numéro 4 a accepté de restructurer le pacte de deux ans qu’il avait signé l’hiver dernier. « Il fallait ajuster son contrat qui prévoyait qu’il serait payé comme un partant la saison qui s’en vient. Ce n’était plus réaliste », a avoué le directeur général Marcel Desjardins.

Ce dernier a acquis les services de Nick Arbuckle via une transaction en janvier avec les Stampeders de Calgary. Ottawa pourrait verser jusqu’à 470 000 $, bonis inclus, à son nouveau quart-arrière partant.

Desjardins dit avoir même discuté de la situation avec Davis, qui est revenu récemment dans la capitale nationale. Les deux hommes se sont assis à la Place TD. « Le gars comprend la situation, a-t-il dit.

«Il sait que c’est ça la business. Il nous a dit qu’il aime ça ici. Qu’il aime faire partie de l’organisation et qu’il est prêt à faire ce qu’il faut pour aider l’équipe.»

Davis a perdu son poste après avoir réussi seulement cinq passes de touché en 2019. Pire, il a été le meneur de la LCF avec 14 interceptions en 17 parties.

Le Rouge et Noir a connu la deuxième pire saison de son histoire, gagnant seulement trois fois en 18 sorties.

En revanche, Davis n’a pas obtenu beaucoup d’aide à sa première année complète en tant que partant dans les rangs pros. L’équipe n’a jamais eu un véritable coordonnateur offensif. La qualité des receveurs laissait à désirer et la ligne offensive a connu son lot de difficulté à protéger les quarts.

Desjardins estime que Davis n’a jamais pu jouer à son plein potentiel. «Je ne me base pas trop sur ce qui s’est passé l’an passé pour beaucoup de choses», a lancé le DG.

Reste à voir si le nouvel entraîneur-chef Paul LaPolice cherchera à l’incorporer ici et là dans son cahier de jeux. L’an dernier à Winnipeg à titre de coordonnateur à l’attaque, il faisait appel au quart réserviste Chris Streveler lors de quelques séquences offensives complètes durant les matches.

Qu’arrivera-t-il avec l’argent économisé par le pacte revu et corrigé de Davis et la libération du centre-arrière Jean-Christophe Beaulieu, qui devait toucher plus de 100 000 $ la saison prochaine ? Ces dollars auraient déjà été dépensés.

«Pour garder nos propres joueurs cet hiver et embaucher des agents libres», a fait valoir Desjardins.