Rouge et Noir

Gott ne sera pas partant à Winnipeg

Un des visages les plus connus de la franchise du Rouge et Noir d’Ottawa depuis son arrivée dans la LCF il y a cinq ans, Jon Gott, semble soudainement se retrouver sur la voie d’évitement.

Le vétéran de 32 ans qui est aussi connu pour son imposante barbe que pour son travail sur la ligne offensive a laissé entendre lui-même après l’entraînement de mercredi qu’il ne sera pas un partant vendredi soir lorsque son club rendra visite aux Blue Bombers de Winnipeg.

Rouge et Noir

Bourassa aussi régulier que Ward

Le petit botteur du Rouge et Noir d’Ottawa Lewis Ward a établi un nouveau record de la Ligue canadienne de football samedi quand il a réussi son 22e placement consécutif, un sommet pour une recrue.

L’ancien des Gee Gees de l’Université d’Ottawa a mérité amplement toutes les choses positives qui ont été écrites ou dites à son sujet, évidemment. Mais pour être aussi régulier qu’une horloge, ce qui est son cas alors qu’il n’a raté qu’un botté de précision en 26 tentatives (lors du premier match de la saison), Ward doit obtenir de l’aide du centre attitré aux longues remises, le Québécois Louis-Philippe Bourassa.

Rouge et Noir

Trevor Harris parmi les étoiles de la semaine

Le quart-arrière Trevor Harris du Rouge et Noir d’Ottawa, le secondeur Adam Bighill des Blue Bombers de Winnipeg et le demi offensif Chris Rainey des Lions de la Colombie-Britannique ont mérité les mentions d’honneur de la dernière semaine d’activités dans la Ligue canadienne de football.

Harris a totalisé des gains par la passe de 487 verges, un sommet personnel en carrière, et un touché lorsque la formation ottavienne a consolidé sa première position dans la section Est grâce à une victoire de 24-17 aux dépens des Alouettes de Montréal.

Bighill a obtenu sept plaqués défensifs, dont un sac du quart, et il a provoqué une perte de ballon pour aider les Blue Bombers à inscrire in extremis une victoire de 29-23 face aux Tiger-Cats de Hamilton.

Rainey a totalisé des gains de 135 verges sur des retours de bottés, dont un retour de 79 verges sur un dégagement pour un touché, lorsque les Lions ont défait les Eskimos d’Edmonton 31-23.

Rouge et Noir

Pruneau de retour à son poste

En quatre saisons et demie avec le Rouge et Noir, Antoine Pruneau n’a raté qu’un seul match et ce n’est pas cette semaine qu’il va en manquer un deuxième.

Le secondeur/maraudeur n’a pas terminè le match de samedi contre les Alouettes de Montréal en raison de ce qui semblait être un claquage à la jambe droite, mais ça ne l’a pas empêché d’être de retour sur le terrain avec ses coéquipiers quand ils ont repris l’entraînement afin de se préparer à rendre visite aux Blue Bombers de Winnipeg vendredi soir.

Rouge et Noir

Powell a bien choisi son moment

William Powell avait été limité à 50 verges ou moins à ses quatre sorties précédentes, mais le demi vedette du Rouge et Noir d’Ottawa ne s’inquiétait pas trop du jeu au sol de son équipe.

« Ça va revenir, on a juste à continuer à me donner le ballon et je vais trouver les trous », avait-il dit vendredi, à la veille de l’affrontement contre les Alouettes de Montréal.

Rouge et Noir

Pas de respect pour «Johnny Football»

La grande visite de Johnny Manziel suscite un certain intérêt dans la capitale nationale, mais il n’effraie apparemment pas le Rouge et Noir d’Ottawa.

Le responsable du compte Twitter de l’équipe a demandé aux partisans de l’équipe «combien de ces gars-là vont réussir des interceptions contre Johnny Football» en rendant public l’alignement complet pour le match de samedi soir à la Place TD contre les Alouettes de Montréal.

Manziel, faut-il le rappeler, a lancé quatre interceptions la semaine dernière à ses débuts en saison régulière dans la LCF, après son acquisition il y a deux semaines des Tiger-Cats de Hamilton, dans un revers de 50-11 contre ces derniers au Stade Percival-Molson.

«Je ne lis pas ces choses-là, nos responsables du contenu digital font leur affaire, c’est leur travail. Cela n’a rien à voir avec notre équipe, nos entraîneurs, nos joueurs. C’est complètement séparé. Je sais que c’est amusant, mais on n’a rien à voir avec ça», a commenté l’entraîneur-chef Rick Campbell après la pratique des siens, et avant que le gazouillis en question soit retiré de la circulation.

Le secondeur Antoine Pruneau, qui a déjà exprimé le souhait que moins d’attention soit portée à l’arrivée dans la LCF de l’ancien premier choix des Browns de Cleveland, estimait de son côté que c’était de bonne guerre dans les circonstances, sauf qu’il ne serait pas allé aussi loin. «Ce n’est pas le genre de commentaire que vous verriez sur mon compte Twitter. Je vais discuter du match après celui-ci. Si on l’a intercepté cinq fois, ça se peut que tu m’entendes parler et être bien content qu’on l’ait fait. Avant le match, j’aime mieux garder mes réserves. Ce commentaire-là a été fait en fonction de ce qu’on a vu la semaine dernière, et en une semaine de football, il peut se passer bien des affaires. Les insuccès qu’ils ont connus, ça leur permet de corriger beaucoup de choses. Ils vont être prêts à nous affronter», a noté Pruneau, dont le club cherchera à rebondir d’un revers de 42-41 à Toronto.

Figure polarisante aux États-Unis depuis qu’il a gagné un trophée Heisman à sa première saison à l’université Texas A&M, où il avait popularisé un signe d’argent avec ses doigts quand il réussissait un gros jeu, Manziel s’est amené dans la LCF après trois ans d’inactivité, lui qui n’a joué que deux saisons à Cleveland avant d’être suspendu quatre matches pour avoir violé la politique antidopage de la NFL. Il a aussi été trouvé coupable d’avoir agressé une ancienne copine.

À son arrivée à la Place TD avec l’entraîneur-chef des Alouettes Mike Sherman ainsi que quelques autres joueurs, Manziel est apparu cependant bien humble et il n’a dit que les bonnes choses, quoique le sujet du manque de respect du Rouge et Noir à son endroit n’est pas venu sur le tapis.

«C’est bénéfique pour nous chaque fois qu’on va sur le terrain. J’ai eu cinq ou six pratiques avant le match de la semaine dernière et vous avez pu voir qu’on en avait besoin de plus que ça... Il y a beaucoup à apprendre, la courbe d’apprentissage n’est pas plus grande que lorsqu’on passe du collège à la NFL, mais j’ai grandi en jouant le style de la NFL. Tu arrives ici et c’est très différent, surtout au niveau des systèmes défensifs. Il y a des choses à apprendre, mais ça prend du temps et des répétitions. J’ai eu une mauvaise journée (contre Hamilton), mais on a un autre match et je me suis préparé pour ça, après avoir eu le sentiment de laisser tomber mon équipe. J’ai appris qu’il ne faut pas laisser les fenêtres se refermer avant de faire une passe, a indiqué Manziel.

Ancien récipiendaire du trophée Heisman (en 2012 à sa première année universitaire), le quart de 25 ans espère relancer sa carrière dans la LCF comme bien d’autres quarts américains avant lui, et il s’inspire du parcours d’un Doug Flutie, qui l’a contacté avant qu’il s’amène au Canada. «Je le connais depuis que j’ai gagné le Heisman et nous avons établi une bonne relation depuis quatre ou cinq ans. Il m’a contacté et il m’encourage, c’est toujours grandement apprécié», a-t-il dit au sujet de l’ancien des Argonauts, des Lions et des Stampeders, qui est ensuite retourné dans la NFL avec les Bills de Buffalo.

Rouge et Noir

Beaulieu remplit les souliers de Lavoie

Le Rouge et Noir d’Ottawa avait causé une certaine surprise l’hiver dernier en échangeant le vétéran centre arrière Patrick Lavoie aux Alouettes de Montréal en retour de Jean-Christophe Beaulieu.

À l’approche de la mi-saison, et à la veille du retour de Lavoie dans la capitale, où il a été un membre de l’organisation ottavienne pendant ses quatre premières saisons (incluant celle couronnée par la conquête d’une coupe Grey), Beaulieu n’a pas trop à se plaindre de la façon dont les choses ont tourné pour lui, contrairement à celui qu’il a remplacé deux fois plutôt qu’une, à Montréal quand Lavoie a été choisi au repêchage d’expansion, et maintenant à Ottawa.

Rouge et Noir

Sinopoli pourrait manquer à l’appel

Le Rouge et Noir d’Ottawa risque de devoir se débrouiller sans son meilleur receveur de passe, Brad Sinopoli, samedi lors de la visite des Alouettes de Montréal.

L’ancien quart des Gee Gees de l’Université d’Ottawa s’est blessé à une cheville à la fin de l’entraînement de mardi et il a passé celui de mercredi à la Place TD le long des lignes de côté. 

Après coup, l’entraîneur-chef Rick Campbell a déclaré qu’il représentait « un point d’interrogation » pour le prochain match des siens.

« Il m’achalait pour participer aux exercices, mais je lui ai dit de se contenter de regarder. On veut qu’il revienne le plus en santé possible. Il y a encore une chance qu’il joue, on verra comment ça va progresser. Il s’est fait mal d’une façon un peu bizarre et c’est mineur, mais on ne “niaisera” pas avec ça. On veut qu’il soit en santé le plus rapidement possible », a indiqué Campbell.

C’est un gros morceau de l’attaque qui manquerait à l’appel contre les Alouettes si Sinopoli doit bel et bien s’absenter, lui qui est le receveur de passes comptant le plus de réceptions (52) dans toute la Ligue canadienne de football. Il est troisième au chapitre des verges amassées par la passe (641).

L’absence de sa cible favorite pourrait forcer le quart Trevor Harris à se tourner plus souvent vers son autre vétéran demi inséré, Greg Ellingson, qui n’a capté que 31 passes (pour 373 verges) jusqu’à maintenant cette saison, troisième au sein de l’équipe (et 10e dans la LCF) alors que Diontae Spencer a capté un ballon de plus que lui.

« On n’occupe pas la même position, donc ce n’est pas moi qui vais remplacer Brad s’il est absent. Ce serait une perte pour nous, mais ce sera à Julian (Feoli-Gudino) ou JC (Jean-Christophe Beaulieu), ou un autre Canadien de remplir ce rôle. Si le ballon va à un autre endroit, ça va être dicté par la couverture adverse et nos formations, a souligné Ellingson mercredi. C’est un sport d’équipe, mais c’est certain que des gars comme Diontae et moi, et tous les autres receveurs sur le terrain, vont devoir compenser. »

L’Américain originaire de la Floride a réitéré qu’il ne s’inquiète pas trop de sa production qui à la baisse, lui qui a capté 96 passes pour 1459 verges de gain la saison dernière, avec 12 touchés, lui qui n’a qu’un maigre majeur à sa fiche en 2018.

« Les statistiques vont s’accumuler comme elles vont le faire et je vais regarder ça à la fin de l’année pour comparer avec ce que j’ai fait par le passé. Je fais mon travail, je connais mes tracés, je bloque quand je peux le faire et lorsque le ballon est lancé en ma direction, je tente de l’attraper pour faire des jeux. Je ne contrôle rien d’autre que ça. Tant qu’on gagne et que nous sommes au premier rang dans l’Est, je suis heureux. C’est certain que comme joueur, tu veux faire des jeux et aider l’équipe à gagner, mais parfois, il faut contribuer d’une autre façon », fait-il remarquer.

Campbell, pour un, ne croit pas que l’athlète de 29 ans a ralenti sa cadence cette année. 

« Il a travaillé fort toute l’année. Parfois, les statistiques viennent dans un cycle. Je pense que s’il continue à travailler de la même façon, les gros matches vont venir. Diontae (Spencer) est en la preuve alors qu’il a eu un gros match la semaine dernière (à Toronto) », estime Campbell au sujet de son joueur qui n’a eu que 12 attrapés lors des quatre dernières sorties des siens, après en avoir eu 19 lors des trois premières. « Ça fait longtemps que Greg est un bon joueur pour le Rouge et Noir, son éthique de travail n’a pas changé et je m’attends à des gros matches de sa part bientôt... On veut certes faire un effort pour lui lancer le ballon plus souvent », a-t-il ajouté.

+

Rouge et Noir

Manziel attendu de pied ferme

Il a beau avoir connu un premier départ désastreux, l’attention risque d’être encore tournée vers le nouveau quart des Alouettes de Montréal Johnny Manziel cette semaine alors qu’il s’amènera à l’autre bout de la 40/417 pour affronter le Rouge et Noir d’Ottawa samedi à la Place TD.

Le vétéran demi de sûreté Antoine Pruneau pense que l’ancien premier choix des Browns de Cleveland ne mérite pas vraiment d’être au centre de toutes les conversations, après avoir lancé quatre interceptions dans un revers de 50-11 aux mains des Tiger-Cats de Hamilton vendredi dernier.

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir s’effondre à Toronto

Incroyable, mais trop vrai. Une avance de 24 points n’aura pas été suffisante pour le Rouge et Noir, jeudi soir, à Toronto.

Le receveur Armanti Edwards a inscrit un touché avec une seconde à écouler en temps réglementaire pour donner une victoire de 42-41 aux Argonauts. Il a capté une passe de 23 verges de McLeod Bethel-Thompson, échappant à la couverture serrée du demi défensif Corey Tindal.