Rouge et Noir

Deux autres départs chez le Rouge et Noir

Le séjour de Rico Murray et A.C. Leonard aura duré une seule saison à Ottawa. Les deux joueurs joueront ailleurs en 2019 après avoir accepté jeudi des offres de clubs rivaux.

Murray retourne chez son ancienne équipe, les Tiger-Cats de Hamilton. Leonard en fait de même et enfilera à nouveau les couleurs des Roughriders de la Saskatchewan.

Rouge et Noir

Le quart-arrière Jonathon Jennings s'amène à Ottawa

Jadis considéré un futur quart-arrière étoile dans la Ligue canadienne de football, Jonathon Jennings espère relancer sa carrière à Ottawa.

L’Américain âgé de 26 ans a accepté mercredi un contrat d’une saison de la part du Rouge et Noir, qui se cherche un nouveau pivot pour diriger son attaque en 2019. Les finalistes de la Coupe Grey ont perdu la veille les services du vétéran Trevor Harris, qui s’est joint aux Eskimos d’Edmonton.

« J’avais besoin de repartir à zéro. C’est ce qu’on m’offre ici. En prime, je vais travailler avec un coordonnateur à l’attaque qui a fait ses preuves et qui pourrait me permettre de m’épanouir », se réjouissait Jennings au bout du fil.

Ce dernier a passé ses quatre premières saisons dans la LCF chez les Lions de la Colombie-Britannique. Il était le troisième quart le productif du circuit en 2016 derrière Mike Reilly et Bo Levi Mitchell avec 5226 verges par la voie aérienne et 27 passes de touché.

Les choses se sont gâchées par la suite. Il a été victime de 26 interceptions contre 24 passes de touché dans les deux dernières saisons.

« Je me suis blessé à l’épaule droite sur un plaqué encaissé lors du premier jeu du quatrième match en 2017. Sans m’en rendre compte, j’ai modifié par la suite ma façon de lancer le ballon et mes problèmes ont commencé. J’ai finalement réalisé ce qui clochait l’an passé... »

Jennings devra batailler contre le substitut de la saison dernière à Ottawa, Dominique Davis, pour le poste de quart-arrière partant du Rouge et Noir. Ça fait son affaire.

« L’organisation ne m’a fait aucune promesse », a-t-il confirmé lorsque joint par téléphone à Columbus où il passe ses hivers.

Les Argonauts de Toronto tentaient aussi de l’attirer chez eux.

Le Rouge et Noir croit qu’autant Jennings que Davis peuvent diriger son attaque la saison prochaine. « J’ai beaucoup confiance en nos entraîneurs pour sortir le meilleur de ces deux gars-là », a dit le directeur général Marcel Desjardins.

Deux quarts âgés de moins de 30 ans qui, en plus de posséder un bras canon, s’avèrent très mobiles. Jennings a une moyenne de 5,3 verges par jeu au sol dans la LCF.

« Peut-être ce qui nous manquait un peu... si pas beaucoup auparavant », a reconnu Desjardins.

L’embauche de Jonathon Jennings a été applaudie par le futur membre du Temple de la renommée, l’ancien quart Henry Burris.

« Parfois, tu as besoin d’un changement d’air et d’évoluer dans un nouveau système de jeu pour donner un électro-choc à ta carrière. Il est tout aussi talentueux que les autres. C’est maintenant temps pour lui de polir son jeu », a affirmé le seul joueur dont le numéro a été retiré par le Rouge et Noir.

Rouge et Noir

Hécatombe chez le Rouge et Noir

Le Rouge et Noir a encaissé un dur plaqué mardi lors de l’ouverture du marché des joueurs autonomes de la Ligue canadienne de football (LCF). En l’espace de deux heures, il a perdu quatre des cinq morceaux les plus importants de son attaque, dont Trevor Harris.

La dangereuse attaque du Rouge et Noir a été démantelée en l’espace de deux heures, mardi, lors de l’ouverture du marché des joueurs autonomes de la LCF.

L’équipe a perdu non seulement son quart-arrière numéro un, mais également son receveur étoile, son bloqueur le plus dominant et le deuxième porteur de ballon le plus productif du circuit en 2018. Trevor Harris, Greg Ellingson et SirVincent Rogers poursuivront leur carrière chez les Eskimos d’Edmonton tandis que William Powell s’est joint aux Roughriders de la Saskatchewan.

«Ce n’était pas nécessairement le scénario que nous voulions, a concédé le directeur général Marcel Desjardins durant une conférence téléphonique.

Mais c’est un divorce auquel ses adjoints et lui s’attendaient tout de même depuis un certain temps. Des rumeurs envoyaient notamment Harris dans la ville albertaine où il retrouve son ancien entraîneur des quarts à Toronto.

«Ce n’est rien de surprenant du tout, a soutenu Desjardins.

«La seule chose que je peux dire, c’est que certains joueurs ne voulaient pas être de retour pour une raison ou une autre. Dans d’autres cas, c’était une question soit d’argent ou l’organisation avait décidé d’aller dans une direction différente.»

Harris, qui a mené le Rouge et Noir au match de la Coupe Grey, a accepté un pacte de deux ans évalué à 1,1 million $. Il venait de connaître la meilleure saison de sa carrière, dépassant pour la première fois le cap des 5000 verges par la passe.

Est-ce que ça aurait coûté trop cher pour garder Trevor Harris à Ottawa? Il avait touché un salaire de 450 000 $ en 2018.

«Oui», a répondu Desjardins. Il était hors de question pour lui de déroger de son échelle salariale.

Le DG franco-ontarien avait déjà une bonne idée du sort de Harris à la fin janvier, a-t-il dit. Plus précisément au moment où l’équipe a mis sous contrat le substitut Dominique Davis.

Harris, lui, confirme avoir convaincu Ellingson, sa cible favorite, de le suivre chez les Eskimos. «Je l’ai appelé», a-t-il expliqué aux médias d’Edmonton.

Les Eskimos ont facilité la décision du receveur en lui offrant 250 000 $ par année, une augmentation de salaire importante. Ajoutez à cela que le Rouge et Noir n’était plus aussi amoureux de lui.

Quant à Rogers, la lune de miel était aussi terminée. Il jonglait avec l’idée de jouer ailleurs depuis la fin de la saison.

Dans un gazouillis, le vétéran a fait allusion au «traitement offert à d’autres vétérans de l’équipe» pour expliquer en partie son départ. Il n’a pas aimé que son ami Powell soit écarté des deux derniers matches réguliers, ce qui lui a coûté des bonis reliés aux performances.

Parlant de Powell, il ne faisait tout simplement plus partie des plans du Rouge et Noir, a appris Le Droit.

Tous ces départs ont piqué au vif les amateurs. Ils rêvaient de conserver intact le noyau de l’attaque dans l’espoir d’une quatrième participation en cinq ans au match de la Coupe Grey.

«Je peux comprendre. Ce sont des joueurs à des positions populaires», a lancé Marcel Desjardins à ce sujet. Mais il a rappelé que l’organisation a été capable de dénicher de nouveaux joueurs d’impact par le passé. Qu’il a confiance d’aligner à nouveau «une équipe qui sera compétitive et excitante à regarder» en 2019.

«L’équipe sera plus jeune. Ça ne sera pas une mauvaise chose», a-t-il précisé.

Harris, Ellingson, Powell et Rogers étaient âgés dans la trentaine.

«Je ne sais pas si reconstruction est le terme approprié, mais ça sera différent», a reconnu Desjardins.

+

Rouge et Noir

Le plan B du Rouge et Noir?

Le Rouge et Noir se retrouve plongé dans l’incertitude pour la première fois de son histoire au poste de quart-arrière, quelques heures avant l’ouverture du marché des joueurs autonomes, mardi midi, dans la Ligue canadienne de football (LCF).

Les finalistes de la coupe Grey pourraient perdre les services de leur vedette Trevor Harris. Ils ont été incapables de s’entendre avec le vétéran âgé de 32 ans, qui a dépassé le cap des 5000 verges par la passe pour la première fois de sa carrière en 2018.

Rouge et Noir

Klassen jouera deux autres saisons avec le Rouge et Noir

Une des vedettes défensives du dernier match de la coupe Grey chez le Rouge et Noir disputera deux saisons additionnelles à Ottawa.

Le plaqueur albertain Michael Klassen s’est entendu avec l’organisation sur un nouveau pacte. Il aurait pu devenir joueur autonome dans quatre jours.

Des équipes de l’Ouest canadien l’avaient dans leur mire après une saison marquée par 28 plaqués et quatre sacs.

«Je vais être honnête. C’était difficile pour moi au début de l’an dernier de jouer dans l’est du pays, loin des miens. Mais Ottawa et ses partisans m’ont permis de retomber amoureux du football, a expliqué le colosse de 6’5’’ et 285 livres, originaire de Calgary.

«Depuis que je suis revenu chez moi après la saison, je piaffe d’envie de revenir à Ottawa. Je suis heureux d’avoir été capable de conclure une entente avec l’équipe.»

Sa mise sous contrat signifie que tous les joueurs canadiens en uniforme pour le Rouge et Noir lors du dernier match de la coupe Grey seront de retour en 2019. Klassen avait réussi quatre plaqués dans le revers contre les Stampeders de Calgary.

Ce dernier avait retenu l’attention dans les jours précédant la finale avec ses longs cheveux. Il faisait la promotion de la «coupe Longueuil» dans toutes ses entrevues.

«Ce n’est pas seulement une coupe de cheveux, c’est un mode de vie», avait répété Klassen, sourire aux lèvres. Ce qui lui avait valu d’être taquiné autant par ses coéquipiers que par ses adversaires.

Trois mois plus tard, il en rit encore. En fait, il en a rajouté à ce sujet.

«Mes cheveux seront encore plus longs quand je me pointerai au camp d’entraînement. Ça sera une coupe encore plus glorieuse que l’an dernier», a lancé Klassen au bout du fil.

Klassen le restaurateur

Le joueur de ligne défensive âgé de 27 ans compte revenir dans la capitale dès le mois prochain. Sa famille a commencé à brasser des affaires dans la région.

«Mon père Joe a fondé un restaurant de fruits de mer durant les années 1980 à Calgary. Joey’s Restaurants est devenu une chaîne populaire dans l’Ouest canadien. Nous avons même maintenant une franchise à Kanata», a expliqué Michael Klassen.

Cet amour pour la restauration, il l’a partagé avec les amateurs du Rouge et Noir la saison dernière. Le botteur de dégagement américain Richie Leone et lui ont filmé plusieurs capsules diffusées sur les medias sociaux durant lesquelles on voit la paire cuisiner.

Bye Bye SirV et Powell?

Klassen, qui a joué quatre saisons à Montréal et une autre à Calgary avant de passer à Ottawa l’an passé, se montre enthousiasme en vue du calendrier 2019. Il a rappelé que la défensive restera intacte, ou presque.

Seulement Rico Murray et Kyries Hebert ne seront pas de retour.

«Pourquoi changer une formule gagnante? Nous avions plusieurs jeunes l’an dernier qui ont acquis beaucoup d’expérience sur le tas. Ça promet en vue de la prochaine saison.»

Reste à voir qui jouera à l’attaque.

Le Rouge et Noir ne s’est toujours pas entendu avec le quart Trevor Harris, le porteur de ballon William Powell, le receveur Greg Ellingson et le bloqueur SirVincent Rogers.

À travers la LCF, on s’attend à ce que Rogers, Powell et même Ellingson évoluent ailleurs en 2019.

Rouge et Noir

Rose reste avec le Rouge et Noir

Une autre journée à son bureau de la Place TD, un autre dossier sur sa pile impressionnante que Marcel Desjardins a réglé dans les dernières heures.

Le DG du Rouge et Noir s’est entendu mardi avec le demi de coin étoile Jonathan Rose sur un nouveau pacte d’un an. Tout ça à une semaine de l’ouverture du marché des joueurs autonomes dans la Ligue canadienne de football.

Rouge et Noir

Le Rouge et Noir «ne peut pas perdre» Harris

Les amateurs du Rouge et Noir sont nerveux. Il ne reste qu’une semaine à leur équipe pour s’entendre avec Trevor Harris dont l’avenir à Ottawa semble plus nébuleux que jamais.

Les finalistes de la coupe Grey pourraient bien perdre leur quart-arrière vedette lorsque le marché des joueurs autonomes de la Ligue canadienne de football (LCF) ouvrira ses portes le 12 février sur le coup de midi. L’Américain âgé de 32 ans sera alors un des noms les plus convoités après avoir dépassé le cap des 5000 verges pour la première fois de sa carrière, la saison dernière ;

Rouge et Noir

Contrat de deux ans pour Lauzon-Séguin avec Ottawa

Jason Lauzon-Séguin poursuivra sa carrière à Ottawa. Le joueur de ligne à l’attaque franco-ontarien a signé un nouveau contrat d’une durée de deux ans avec le Rouge et Noir, vendredi.

Le rôle qui lui sera confié n’est pas encore parfaitement déterminé.

En décembre, lorsqu’il étudiait ses options, le joueur de 28 ans confiait au Droit qu’il voulait surtout se retrouver dans une situation où il pourra jouer.

Il a perdu son poste dans la formation partante, la saison dernière, au profit du Dominicain Josue Matias.

Il était sur les lignes de côté, au début du match de la Coupe Grey.

Le directeur général du Rouge et Noir, Marcel Desjardins, est bien prêt à lui rendre un rôle important.

« Je dirais que oui... En même temps, nous ne promettons pas de postes dans la formation débutante à personne. Les joueurs qui commandent un salaire important doivent quand même se présenter au camp et compétitionner », déclare-t-il.

On peut quand même croire que Lauzon-Séguin se présentera au camp avec un poste à perdre.

« Il a un bel avantage, reconnaît Desjardins. Il peut jouer à la position de bloqueur. »

Le DG est même capable de résumer, en quelques lignes, ce que son protégé doit faire pour que tout se passe bien.

« Quand Jason est à son meilleur, il est agressif. Je dirais que c’est la plus grosse différence, dans son jeu. Par moments, il peut devenir passif. Quand il tombe dans ce piège, au lieu de s’imposer, il a tendance à réagir à ce que font ses adversaires de la défensive. »

« Il devra trouver plus de constance à ce niveau. En même temps, il devra prendre conscience qu’il peut jouer avec n’importe quel autre joueur de notre ligue. »

Desjardins a connu un vendredi assez occupé, au bureau. Il a également consenti un pacte d’une durée d’une saison au joueur de ligne défensif Avery Ellis.

Rouge et Noir

Davis revient, Harris attend

Le Rouge et Noir a annoncé le retour d’un quart-arrière en vue de la prochaine saison, mais ce n’est pas Trevor Harris. Du moins pas pour l’instant.

Il était passé 18h vendredi soir quand le directeur général Marcel Desjardins a confirmé la prolongation de contrat de deux saisons décernée à Dominique Davis. Ce dernier était le substitut de Harris en 2018, complétant 24 de ses 39 passes pour 373 verges.

Davis, 29 ans, a marqué trois touchés par la voie aérienne et six autres au sol.

Reste à voir le rôle qu’il occupera en juin lorsque le Rouge et Noir disputera son premier match régulier contre les Stampeders de Calgary.

«La seule chose que je peux dire, c’est qu’il peut certainement compétitionner pour être un partant, a dit Desjardins au Droit.

«Est-ce que ce sera ce scénario ici? Ça reste à être déterminé.»

La question s’avère pertinente. L’avenir de Harris, qui a mené Ottawa au match de la coupe Grey en novembre dernier, s’avère plus que jamais incertain. Le quart numéro un des champions de l’Est peut devenir joueur autonome en février.

Son agent et lui semblent décidés à offrir au plus offrant les services du vétéran âgé de 32 ans. Surtout que plusieurs adversaires du Rouge et Noir, dont les Riders, les Lions et peut-être même les Eskimos et Stampeders, seront à la recherche d’un nouveau général pour leur attaque aérienne.

Trevor Harris pourrait se retrouver dans un autre uniforme que celui rouge et noir en 2019. Ce scénario qui semblait peu probable l’automne dernier fait maintenant peur aux partisans.

«C’est possible. Est-ce que je crains ça? Je ne peux pas regarder ça comme ça», a soutenu Desjardins, qui espère toujours assurer le retour de Harris pour une troisième saison à Ottawa.

Randle en renfort

En attendant, le DG a continué son travail pour solidifier la défensive. Après avoir mis sous contrat le demi de coin Sherrod Baltimore, il a embauché vendredi le demi défensif étoile Chris Randle, libéré plus tôt en janvier par les Blue Bombers de Winnipeg pour des raisons financières.

Le vétéran de sept saisons dans la LCF a réussi neuf interceptions depuis trois ans, marquant notamment deux touchés en 2017. Il a déjà évolué sous les ordres de l’entraîneur-chef du Rouge et Noir, Rick Campbell, quand celui-ci était coordonnateur défensif chez les Stampeders de Calgary.

«C’est un gars qui joue encore à un très haut niveau. Nous aimons sa polyvalence. Il peut autant jouer à l’intérieur de notre tertiaire qu’à l’extérieur. Puis il a bon caractère.»

Est-ce que son arrivée signifie la fin du séjour à Ottawa de membres importants de la tertiaire? Le demi défensif Rico Murray et le demi de coin Jonathan Rose sont à la recherche d’un nouveau contrat.

Desjardins a été évasif. «Est-ce possible? Oui. Mais ce n’est pas nécessairement la fin pour certains joueurs», a-t-il affirmé.

Le marché des joueurs autonomes de la Ligue canadienne de football sera lancé le 12 février.

En plus de Harris, Rose et Murray, le Rouge et Noir pourrait perdre les services des Ellingson, Powell, Rogers et Lauzon-Séguin.