Olivier Rochon aura 32 ans lors des prochains Jeux d’hiver. Sera-t-il de la partie ?

Rochon loin de la neige

Le terrain de jeu du skieur acrobatique Olivier Rochon changera dans les prochains mois. Les applaudissements de la foule seront remplacés par des... jappements de chien.

L’athlète gatinois, qui a terminé cinquième aux derniers Jeux olympiques, a entamé son année sabbatique de la compétition en se dénichant un travail en Outaouais. Il est devenu animalier à un centre canin.

« Je suis assistant aussi à des cours de dressage. J’aime ça, lance-t-il au bout du fil. J’ai grandi avec des chiens. Mes parents en ont. J’en ai deux. J’ai notamment hérité de celui de ma sœur quand elle est devenue maman. »

Rochon aurait pu parler pendant encore longtemps de son amour pour ses pitous et ceux des autres.

« C’est une de mes passions. Puis je cherche un domaine dans lequel me diriger après ma carrière sportive. Je regarde en même temps d’autres options scolaires... des techniques qui pourraient m’intéresser. »

Le sauteur âgé de 29 ans a pris la décision de faire un trait sur la saison 2018-2019 durant l’hiver dernier. Il avait toutefois gardé le tout à lui-même, annonçant seulement ses plans au printemps.

« Je prends une année sabbatique parce que je suis fatigué physiquement, mais surtout mentalement. Le dernier cycle olympique a été très difficile. »

Rochon a dû surmonter plusieurs blessures. Ses deux chevilles lui ont causé des problèmes au fil des derniers hivers.

C’est sans compter cette fracture du plancher orbital qui avait mis un terme plus tôt que prévu à saison 2016-2017.

Puis deux semaines avant les Jeux, il s’est étiré des ligaments à un genou. Un bobo que Ski acrobatique Canada et son sauteur vedette avaient gardé bien secret.

« Je n’avais pas pu sauter avant les Jeux lors de notre camp d’entraînement au Japon. Rendu là, j’avais hâte de finir les Jeux pour me reposer. »

Reste qu’il a bien failli aboutir sur le podium lors des finales à PyeongChang.

Olivier Rochon rappelle que plusieurs médaillés aux JO depuis une décennie étaient âgés « entre 29 et 35 ans ». Il aura 32 ans en février 2022 lors du prochain rendez-vous olympique hivernal à Pékin, en Chine.

Reste à voir s’il y sera. Reste à voir s’il aura le goût de renouer avec la compétition après son année sabbatique. C’est le plan de concourir en 2019-2020.

Mais par le passé, des athlètes ont changé d’idée après avoir goûté à un quotidien loin de la neige et d’un horaire rigoureux.

Olivier Rochon a souligné qu’il continue l’entraînement en gymnase. Il est revenu dans son patelin au printemps après avoir vécu longtemps à Québec.

Sa copine habite à Chelsea avec lui. « Ça fait du bien de revenir en Outaouais. J’étais parti en 2004 pour étudier en quatrième secondaire à Montréal », a rappelé Rochon, qui était alors membre de l’équipe canadienne junior de gymnastique masculine.