Le gardien numéro un des Olympiques de Gatineau, Robert Steeves, a raté deux entraînements cette semaine afin de reposer son genou droit.

Robert Steeves joue de prudence

Robert Steeves ne s'est pas entraîné avec ses coéquipiers des Olympiques hier matin, obtenant une deuxième journée de congé consécutive après deux rassurantes sorties en 24 heures le week-end dernier.
Le gardien de 20 ans devait encore subir quelques traitements de physiothérapie pour la blessure au genou qui l'a incommodé récemment, mais il devrait être en mesure d'être à son poste ce soir alors que son ancien club, le Titan d'Acadie-Bathurst, s'amènera au Centre Robert-Guertin.
La bonne nouvelle pour les Olympiques, c'est d'abord que la blessure n'est pas reliée à l'opération qui lui avait fait rater la moitié de la saison l'an passé, et que ce n'est pas quelque chose qui devrait l'incommoder pour le reste de la présente campagne.
Rien de grave
«Ce n'est pas au même genou, a révélé Steeves pendant qu'il regardait ses coéquipiers suer sur la patinoire. Mon genou a juste bloqué (lors d'une pratique) et ça m'a causé quelques problèmes, mais tout est rentré dans l'ordre maintenant. On va juste faire des petites choses pour me garder en santé, mais c'est correct. Je me sentais bien devant le filet en fin de semaine, en tout cas.»
Steeves se disait rassuré de savoir que les examens pratiqués sur son genou n'ont révélé rien de trop grave à part un genre de contusion. Acquis de Bathurst à l'été 2012, il avait subi une fracture latérale du condyle du fémur de son genou gauche au camp d'entraînement, revenant ensuite au jeu à la mi-décembre. Il s'agissait d'une blessure rare, sauf qu'il avait eu le même problème à 16 ans, cette fois au genou droit, celui qui est présentement affecté.
«Tout ce qui touche à mes genoux, ça m'effraie beaucoup. C'était déjà bizarre que j'aie le même problème aux deux. C'est bien de voir que cette fois-ci, ce n'était rien de grave, que tout est stable», a-t-il ajouté à ce sujet.
Steeves n'avait pas besoin de telles complications après avoir connu une séquence difficile à la fin décembre, début janvier, alors qu'il a été retiré du match à cinq reprises en sept départs. Le tout coïncidait avec la période des échanges dans la LHJMQ, alors que la rumeur prêtait l'intention aux Olympiques de tenter d'améliorer leur sort devant le filet.
Devant le filet ce soir
Le cerbère originaire de Moncton s'est cependant bien débrouillé en fin de semaine, repoussant 66 tirs sur 71 lors du revers en tirs de barrage de 3-2 à Blainville-Boisbriand samedi et du gain de 4-3 à Shawinigan le lendemain. Auparavant, il était d'office lors du gain de 7-2 contre Rimouski
«Ça faisait du bien après une passe plus difficile. Je me sentais sharp, a-t-il dit. C'est certain que j'étais un peu nerveux, j'ai entendu certaines choses (pendant la période de transactions). Mais j'en ai traversé quelques-unes par le passé. C'est bien de rester ici et qu'ils aient confiance en ma capacité de rebondir. Je suis content. J'espère faire comme l'an passé, arriver en séries au sommet de ma forme, car nous avons un club qui pourrait surprendre bien du monde.»
Son entraîneur Benoît Groulx a dit que c'est plus par «mesure de précaution» que son gardien numéro un a obtenu un congé hier, vu qu'il ressentait un certain «inconfort». «Mais à moins d'une surprise, je m'attends à ce qu'il soit devant le filet (ce soir). Notre but est de la faire jouer pour qu'il reprenne son rythme, après en avoir arraché pendant le temps des Fêtes. Il a été excellent à Blainville. Pour nous, il nous faut un gardien numéro un qui va être stable devant le filet, qui va être solide sur une longue période de temps. C'est ce qu'on vise avec lui», a-t-il souligné.