Le passage des Predators de Nashville à Montréal attire forcément les projecteurs sur le défenseur P.K. Subban. Celui-ci a livré quelques batailles le long de la bande avec les joueurs du Canadien, dont Brendan Gallagher.

Rinne vole un point au Canadien

MONTRÉAL — S’il y avait eu une justice, le Canadien aurait ajouté deux points au classement samedi. Mais Pekka Rinne ne semble pas connaître la définition de ce terme.

Le gardien finlandais, qui a repoussé 47 rondelles, a été de marbre lors de la session de tirs de barrage et il a été la figure dominante d’un gain de 3-2 des Predators, au Centre Bell. Rinne a été particulièrement spectaculaire en prolongation, en bloquant les 10 tirs du Tricolore. En fusillade, il a repoussé les tentatives de Jonathan Drouin et de Max Pacioretty, après que Paul Byron eut raté la cible.

«Il est l’un des cinq meilleurs dans la ligue et il y a une raison», a noté Drouin. «Il est grand, il a une longue portée. On a bien joué, on a patiné, on a créé des chances, mais on n’a pas mis la rondelle dans le filet.»

«Pekka a été ridicule, formidable», a admis son coéquipier Ryan Johansen. «Sans lui, on n’avait aucune chance. C’est grâce à lui qu’on a gagné. Le Canadien a travaillé fort pour obtenir des occasions et ils nous ont donné du fil à retordre. On aurait pu être meilleurs dans notre zone. Il n’a pas fait que des arrêts faciles. Des déplacements transversaux, d’un poteau à l’autre.»

Ryan Ellis a été le seul buteur lors des tirs de barrage. Premier joueur dépêché par Peter Laviolette, le défenseur a battu Carey Price d’un tir dans la partie supérieure gauche.

20e but de Gallagher

Brendan Gallagher avec son 20e  de la saison à son 55e match, et Drouin avec son 8e tard en troisième période, ont réussi à déjouer la vigilance de Rinne. Gallagher a atteint le plateau des 20 buts pour la deuxième fois de sa carrière après sa récolte de 24 en 2014-2015. À ce rythme et s’il parvient à éviter les blessures, le petit attquant a une chance de se rendre à 30 buts.

«Je voulais être meilleur, cette saison. Cela dit, j’ai eu plus de plaisir à marquer 10 buts l’an dernier que 20 cette année. Ç’a été une saison frustrante pour tout le monde», a dit Gallagher.

«Chaque équipe a besoin de joueurs comme lui», a indiqué Claude Julien. «Même s’il ne joue pas son meilleur match, il donne toujours son meilleur effort. Il est constant, c’est un joueur de caractère et il donne de l’énergie. Les gars qui travaillent comme ça méritent d’être récompensés. Ça rentre cette année. J’aime son attitude, ses coéquipiers l’aiment. Tu gagnes avec ce genre de joueur.»

Scott Hartnell (8e) et Kevin Fiala (18e) ont trouvé le fond du filet contre Price, qui a réalisé 30 arrêts et qui n’a rien eu à se reprocher sur les deux buts dont il a été victime.

«On a fait du bon travail en échec-avant pour finir nos mises en échec et on n’a pas donné la chance à leurs défenseurs, qui sont de bons patineurs, de se lancer en attaque», a indiqué Julien  au sujet du plan de match du Canadien pour contrer la mobilité des défenseurs des Predators.

Le CH méritait mieux

Face à l’une des meilleures équipes dans la LNH, une équipe que plusieurs observateurs voient défiler avec la Coupe Stanley en juin prochain, le Canadien a livré l’une de ses meilleures performances de la saison.

«Tout ce que je peux dire, c’est qu’on méritait un meilleur sort. Ce soir, il y avait deux bons gardiens et ç’a gardé le match serré. Je n’ai rien de négatif à dire de notre équipe parce que du début à la fin, on a joué un match très solide. On a tout fait pour gagner et on aurait dû gagner», a commenté Julien.

Combatifs, les patineurs mont-réalais se sont imposés sur le plan de la robustesse, au point où, après deux périodes, ils totalisaient presque deux fois plus de mises en échec que leurs adversaires (27 contre 14).

Le Canadien ne reverra pas ses partisans avant le 22 février. Entre-temps, il disputera ses quatre prochaines rencontres à l’étranger, à commencer par mercredi face à l’Avalanche du Colorado. Ce périple mènera les hommes de Julien en Arizona jeudi, à Las Vegas samedi et à Philadelphie le mardi suivant.

***

Cinq moments marquants du match

Rinne s'illustre devant Galchenyuk

Après environ dix minutes où les défensives se sont montrées étanches de part et d'autre, le Canadien a été en mesure de déployer son avantage numérique pour la première fois de la rencontre lorsque Filip Forsberg a écopé une pénalité pour avoir retenu Karl Alzner, en zone du Tricolore. Les hommes de Claude Julien n'ont obtenu qu'un seul tir vers Pekka Rinne, mais un vrai, de la part d'Alex Galchenyuk. Oublié à la gauche de Rinne, Galchenyuk a reçu une passe du revers de Max Pacioretty et sans hésiter, il a décoché un vif tir qui a forcé le gardien des Predators à réaliser son meilleur arrêt de la période.

*

Gallagher sonné

Brendan Gallagher et P.K. Subban se sont échangé des paroles pas toujours gentilles et quelques petits coups de crosse pendant leurs présences simultanées en première période et les deux anciens coéquipiers semblaient reprendre là où ils avaient laissé au moment de retraiter au vestiaire. Mais dès la première minute de jeu de la période médiane, Gallagher a été contraint de retraiter au vestiaire après avoir donné contre la bande dans le coin droit de la zone des Predators à la suite d'une mise en échec avortée à l'endroit de Subban. Il y est demeuré pendant environ cinq minutes avant de reprendre sa place sur le banc des joueurs.

*

La revanche de Gallagher

À sa première présence sur la patinoire après son détour vers le vestiaire, et près de 20 secondes après la fin d'une punition mineure où le Canadien a excellé en désavantage numérique, Brendan Gallagher a ouvert la marque. Le combatif ailier droit s'est présenté en zone des Predators après que Artturi Lehkonen eut soutiré le disque à Filip Forsberg à la ligne bleue des Predators. Devant P.K. Subban, Gallagher a décoché un premier tir que le défenseur a bloqué. Sur le jeu, Subban a semblé perdre l'équilibre et Gallagher a profité de l'occasion pour récupérer la rondelle. Seul dans l'enclave, il a trouvé le fond du filet grâce à un tir qui a semblé se faufiler entre le bras droit et le corps de Pekka Rinne.

*

De retour à la case de départ

Après le filet de Brendan Gallagher, le Canadien a imposé son rythme dans les trois zones et créé plusieurs bonnes chances de marquer. Mais les Predators ont profité de l'une de leurs rares bonnes occasions pour égaler le score. Du cafouillage devant le filet de Carey Price a permis à Scott Hartnell d'inscrire son huitième de la saison avec un peu plus de trois minutes à écouler à l'engagement, poussant le disque dans une cage déserte après avoir reçu une passe de Nick Bonino.

*

Drouin prolonge le plaisir

Alors qu'il restait 1:14 à écouler au troisième engagement, Jonathan Drouin a décidé que le Canadien n'avait pas dit son dernier mot et qu'il pourrait bénéficier de plus de temps pour montrer de quoi il se chauffait. Suite au but de Kevin Fiala, à 12:19 de la troisième période, les hommes de Claude Julien ont redoublé d'ardeur pour prolonger le plaisir. Avec Carey Price au banc, le Tricolore a profité d'un sixième patineur sur la glace. Drouin en a profité pour battre Rinne d'un superbe tir frappé placé au-dessus du bloqueur. Ryan Ellis a cependant eu le dernier mot en tirs de barrage.