Aleksa Gardijan tentera de se tailler une place au sein de l'équipe canadienne qui participera aux championnats du monde à Budapest.

Retrouvailles familiales en vue aux Mondiaux juniors de water-polo

Aleksa Gardijan est submergé d'examens scolaires à la veille de son départ vers l'Ouest canadien où un autre test important l'attendra, cette fois-ci dans l'eau.
Le joueur de water-polo de Gatineau se rendra à Calgary dimanche. Il tentera de se tailler une place au sein de l'équipe nationale senior qui participera aux championnats du monde en juillet, à Budapest.
À 19 ans, la recrue fera partie des plus jeunes espoirs à se batailler avec des vétérans pendant 10 jours sous le regard de l'entraîneur Giuseppe Porzio. Elle s'avère réaliste dans ses attentes.
« Je n'ai rien à perdre. Si je réussis, je fais le voyage en Hongrie et ce sera tant mieux. Si ça ne fonctionne pas, je vais avoir quand même acquis de l'expérience. »
Le garde de 6' et 190 livres sait déjà qu'il représentera au moins le Canada à un autre événement international durant l'été. Il fait partie de la formation inscrite aux championnats du monde juniors qui auront lieu du 1er au 13 août à Belgrade.
Une compétition qui aura une saveur différente pour sa famille et lui.
« Je suis né ici, mais mes parents viennent de la Serbie, raconte-t-il.
«Ça sera assez spécial. Pas mal tous mes cousins, cousines et grands-parents habitent à Belgrade ou en banlieue. Probablement que tout le monde viendra à nos parties. C'est comme ça chaque fois.»
C'est que Gardijan a déjà disputé à un tournoi en Serbie, il y a six ans. Il était membre à l'époque de l'équipe nationale cadette.
Une semaine qu'il n'a pas oubliée.
«Mes grands-parents étaient venus m'encourager à chaque partie. C'est une des seules fois que j'ai la chance de les voir.»
Son rôle est déjà bien arrêté en vue des Mondiaux juniors. Il s'agira du même qu'il a dû remplir l'été dernier lorsque le Canada a mis la main sur l'or aux championnats panaméricains.
«Je vais surtout surveiller le centre adverse. C'est un rôle défensif, mais important», explique-t-il.
Gardijan et ses coéquipiers se retrouveront dans un groupe complété par l'Italie, la Hongrie, l'Égypte et l'Afrique du Sud. L'alignement canadien s'avère identique à celui de l'an dernier.
«C'est excitant de savoir que c'est la même équipe. Nous sommes assez forts», a soutenu le produit du club de water-polo de Gatineau.
Mais est-ce que le Canada sera assez redoutable pour se faufiler jusqu'au podium ? La réponse, on l'aura dans deux mois et demi.