Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les joueurs de Canucks célèbrent leur victoire en prolongation face aux Maple Leafs, dimanche.
Les joueurs de Canucks célèbrent leur victoire en prolongation face aux Maple Leafs, dimanche.

Retour au jeu émotif pour les Canucks

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Débarqués sur la côte du Pacifique mardi, les Sénateurs d’Ottawa ont pu voir de leurs propres yeux si le retour en force des Canucks de Vancouver dimanche était un feu de paille ou pas, eux qui affrontaient les Maple Leafs de Toronto à nouveau tard en soirée. Un match qu'ils ont finalement remporté 6-3.

Après une pause de 24 jours entre leur match précédent et un gain de 3-2 en prolongation, en raison d’une éclosion de COVID-19 qui a affecté presque tous les membres de l’équipe, les Canucks ont une lourde commande pour tenter de revenir dans la course pour une place en séries dans la division canadienne, devant disputer leurs 18 derniers matches de la saison en l’espace de 30 jours, d’ici au 19 mai.

Pas évident alors que certains joueurs ressentent encore les effets du coronavirus

«C’était une excellente victoire, d’être capable de l’emporter quand ça faisait un bout de temps qu’on n’avait pas joué. Plusieurs gars ne se sentaient pas très bien, mais ils ont bataillé avec ardeur. On a tenté de jouer de façon simple et intelligente. C’était bien de voir les ‘boys’ gagner», a souligné mardi le vétéran défenseur Alexander Edler, qui n’a pas terminé la rencontre parce qu’il a écopé d’une majeure et d’une inconduite de partie pour un coup de genou à l’endroit de Zach Hyman, ce qui lui a valu une suspension de deux matches.

Braden Holtby s'impose face à Auston Mattews.

Le gardien Braden Holtby a excellé lors de cette rencontre et l’entraîneur-chef Travis Green a décidé de continuer à faire appel à l’ancien des Capitals même si son numéro un, Thatcher Demko, était disponible pour affronter les Leafs.

Le mot d’ordre chez les Canucks est de ne pas utiliser cette situation comme excuse d’ici la fin de la saison.

«C’était derrière nous l’autre soir quand on a joué. Ce n’est pas un sujet de conversation dans notre chambre, je peux vous dire ça, a affirmé Green en point de presse virtuel. Quand des gars reviennent, ils sont évidemment accueillis à bras ouvert. Mais c’est aux gars dans le vestiaire de faire le travail.»

L’entraîneur peut être intraitable, mais il s’adapte également à la situation, ayant décrété une journée de congé lundi. «C’était un ‘no brainer’ de prendre congé pour recharger les batteries le plus possible alors que certains gars avaient joué plusieurs minutes, ils avaient dépensé beaucoup d’énergie et d’émotions. C’est à nous de ramener les mêmes émotions lors de nos prochains matches», a-t-il ajouté, lui qui a laissé l’ancien Olympique Zach McEwen de côté parce qu’il est «un peu amoché», et non parce qu’il est encore dans le protocole de retour au jeu.

Un des joueurs des Canucks qui est passé par toute la gamme des émotions au cours des dernières semaines est certes l’ancien Leaf Jimmy Vesey, acquis au ballottage le 17 mars dernier. Ce jour-là, il avait conduit sa voiture jusqu’au Centre Canadian Tire et il avait participé à la période d’échauffement d’un match remporté 3-2 en tirs de barrage par Vancouver, mais il avait dû être retranché en raison d’un détail de procédure.

«Le dernier mois a été une expérience unique, mais c’est une année unique pour tout le monde. Beaucoup de choses sont arrivées pour affecter la saison, avec les protocoles et tout ça. Je n’ai jamais rien vécu de tel, avoir à conduire jusqu’à Ottawa et y laisser mon auto, a raconté Vesey. Je pense que j’ai bien composé avec tout ça, j’ai pu jouer pas mal plus (qu’à Toronto). J’espérais bâtir là-dessus, puis il y a eu la quarantaine et tout ça, ça a été très difficile. J’imagine qu’un jour je vais raconter cette année COVID à mes enfants, ce que nous avons dû traverser. Mais quand tu joues dans la LNH, il n’y a jamais une mauvaise journée.»

Au sujet du gain contre les Leafs dimanche, il a ajouté: «C’était une des victoires les plus amusantes de ma carrière professionnelle en raison de tout ce qu’on a dû surmonter pour pouvoir jouer dans les circonstances. C’était une situation difficile après le congé forcé que nous avons eus. Toronto a évidemment un club talentueux, il représente un gros défi pour nous et je trouve que c’était une victoire courageuse. On va tenter de continuer sur cette vague d’émotions... Quand la rondelle est mise au jeu, personne dans la ligue n’a de sympathie pour nous.»