Il n'y aura pas de spectateurs admis dans les arénas du Québec au début de la prochaine saison de la LHJMQ.
Il n'y aura pas de spectateurs admis dans les arénas du Québec au début de la prochaine saison de la LHJMQ.

Retour au jeu à huis clos le 1er octobre dans la LHJMQ

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
La prochaine saison dans la LHJMQ débutera bel et bien le 1er octobre, mais sans spectateurs dans les arénas du Québec, dont le centre Robert-Guertin, domicile semi-officiel des Olympiques de Gatineau. Cette mesure pourrait bien durer toute la saison, prévient le commissaire Gilles Courteau.

«Ce que j’ai partagé aux membres depuis le début des discussions, c’est d’envisager pour les 12 équipes du Québec une saison complète à huis clos. Si au cours de la saison, il y a une évolution et que la Santé publique nous permet d’avoir des spectateurs, on considérera ça comme un bonus. Au moment où on se parle, la décision a été prise sur la recommandation que j’ai faite que ce serait à huis clos», a expliqué Gilles Courteau lors d’une conférence virtuelle à la suite de l’annonce de retour au jeu faite en début d’après-midi. La prochaine saison se déroulera normalement à cinq contre cinq et avec contact. 

Après quelques jours de tergiversations, les membres ont voté favorablement vendredi en faveur du retour au jeu le 1er octobre, à la suite des discussions avec les gouvernements des quatre provinces concernées, dont le Québec, ainsi que les agences de Santé publique. Dans son allocution, le commissaire Courteau a réitéré à plusieurs occasions qu’étant donné que les joueurs sont également des étudiants, il était important de prendre une décision rapide malgré des éléments encore inconnus. Des négociations se poursuivent avec les provinces des Maritimes, mais il est déjà déterminé qu’il y aura des spectateurs au Nouveau-Brunswick pour les Wildcats, le Titan et les Sea Dogs avec un pourcentage de capacité tout en respectant une distanciation physique d’un mètre. 

Gilles Courteau ne l’a pas abordé ouvertement, mais sans spectateurs au Québec, les revenus seront grandement affectés et une aide gouvernementale sera nécessaire pour permettre aux équipes de passer à travers la tempête. Sans entrer dans les détails, le commissaire de la LHJMQ a simplement confirmé les «discussions positives avec les quatre provinces à différents égards». 

Cette décision de la LHJMQ contraste avec les deux autres ligues canadiennes qui ont opté pour démarrer leurs activités en décembre. Gilles Courteau a expliqué que le premier facteur qui permet à son circuit de démarrer plus tôt, c’est en raison de l’absence d’équipes aux Etats-Unis, qui complique la situation en Ontario et dans l’Ouest. La LHJMQ se retrouve donc dans une position enviable à ses yeux pour parer à toute éventualité et compléter son calendrier de 60 parties. «Avec le facteur de la Santé publique, la sécurité des joueurs et tout ce qui pourrait survenir pendant la saison, par exemple un match annulé peu importe la raison, on va avoir du temps pour reprendre ces matchs», d’indiquer Gilles Courteau, rappelant l’inconnu face à l’évolution de la pandémie et la possibilité à moyen terme d’avoir des amateurs dans les amphithéâtres du Québec. 

Webdiffusion

N’empêche qu’en début de saison, la LHJMQ aura le champ libre alors que les séries de la Ligue nationale seront terminées et les activités des autres ligues professionnelles, dont la Ligue américaine, ne seront pas encore débutées. Pour les amateurs, la webdiffusion, qui sera payante, et les matchs à la télévision seront les seuls moyens de suivre leur équipe favorite. Verizon sera le nouveau fournisseur des parties sur le Web. 

«C’est plus de visibilité pour nos joueurs. On espère qu’on va avoir une qualité de webdiffusion à la hauteur pour pouvoir desservir notre clientèle. C’est certain que notre «visibilité» va être un facteur important. La vitrine qu’on va avoir, on va vouloir en profiter comme il faut, tout en respectant les mesures en place, sanitaires et médicales qui seront rigoureusement suivies», d’assurer Gilles Courteau, poursuivant que les détails précis pour les matchs, avec la présence des médias, des recruteurs et membres des équipes, seraient déterminés prochainement après discussions à l’interne de concert avec la Santé publique. Avec le début des camps le 30 août, des ajustements devront également être apportés, notamment pour l’école. 

Comme prévu depuis quelques semaines les camps d’entraînement débuteront le 30 août avec une limite de 34 joueurs par équipe. Le calendrier de la saison comportera 60 parties et les 18 clubs seront divisés en trois divisions de six équipes à l’intérieur de laquelle ils disputeront toutes leurs rencontres. Le format des séries sera annoncé en décembre, indique la LHJMQ tandis que la coupe Memorial est maintenant prévue du 17 au 27 juin à Oshawa ou Sault Ste. Marie, en Ontario. 

Joueurs de 20 ans

Avec la situation et le retard dans les ligues professionnelles, il est très possible que les équipes de la LHJMQ puissent aligner quatre joueurs de 20 ans la saison prochaine. Des joueurs qui devaient normalement faire le saut au prochain niveau ont fait des représentations qui ont trouvé écho chez les dirigeants. «La porte n’est pas fermée du tout et c’est toujours quelque chose qui est en discussions. Dès qu’on aura des nouvelles avec les trois ligues canadiennes et la Ligue nationale, on va les partager avec nos équipes», a indiqué Gilles Courteau lorsque questionné à ce sujet. 

Protocole

Avec le travail d’une cinquantaine de personnes sur différents comités dirigés par le commissaire adjoint Martin Lavallée, la LHJMQ a mis en place un protocole strict et chaque équipe sera responsable de son application. Parmi les mesures, Tous les joueurs des autres provinces devront respecter une quarantaine de 14 jours avant de participer aux activités de leur équipe, ce qui touche par exemple les joueurs des Maritimes des Saguenéens. Chaque éventuel cas positif à la COVID-19 sera géré de manière individuelle. «Toutes les équipes connaissent le protocole de retour au jeu. Je peux vous assurer, pour avoir eu des échos que ce soit des propriétaires ou des directeurs-généraux, la gestion des joueurs va se faire de façon extrêmement serrée. Tout le monde a réalisé le travail qui a été effectué», a mis de l’avant Gilles Courteau qui ne s’inquiète pas du respect des consignes chez les joueurs malgré encadrement serré. 

«Je ne suis pas inquiet et je suis convaincu que les joueurs vont être extrêmement disciplinés et rigoureux», a-t-il exprimé.