Matt Duchene a hâte de sauter sur la glace du Pepsi Center.

Retour au Colorado «étrange» pour Duchene

DENVER — Matt Duchene s’attend à vivre des sensations « très étranges » vendredi en foulant à nouveau la glace du Pepsi Centre de Denver pour la première fois dans l’uniforme des Sénateurs d’Ottawa plutôt que dans celui de l’Avalanche du Colorado.

Le centre acquis le 5 novembre 2017 dans la transaction à trois équipes qui a envoyé Kyle Turris à Nashville ne sait cependant pas trop à quoi s’attendre comme réaction de la foule à cet endroit où il a passé les huit premières années de sa carrière, après avoir été le troisième choix au total du repêchage de 2009.

« Je ne m’attends à rien, a-t-il rétorqué quand Le Droit lui a demandé s’il s’attend à un vidéo sur l’écran géant pour souligner son retour dans l’amphithéâtre. Mes attentes sont que les gars de cette équipe vont jouer avec ardeur et j’espère qu’on va récolter une victoire. Je ne pense pas à ces choses-là. J’ai eu une bonne relation avec les amateurs quand j’étais là, j’ai apprécié leur appui au fil des années. Je suis retourné à Denver assez souvent et les gens ont été très gentils avec moi, je pense qu’ils savent que cette franchise a eu une grande signification pour moi et l’a encore en raison de mon enfance. »

Duchene était un partisan de l’Avalanche quand il était jeune, et son idole était Joe Sakic, celui qui, en tant que DG de l’Avalanche, l’a échangé à sa requête. En retour, il a obtenu l’espoir Shane Bowers, le gardien Andrew Hammond et Turris, refilé ensuite aux Predators contre notamment le défenseur Samuel Girard, en plus évidemment du premier choix des Sénateurs au repêchage de 2019 et d’un troisième choix en 2018. Il y passe une partie de l’été, son épouse étant originaire de l’endroit.

Dans l’optique où son ancien club a obtenu une rançon pour ses services, Duchene ose espérer qu’il ne sera pas la cible de huées généralisées des partisans du Colorado.

« Je suis certain qu’il va y en avoir quelques-unes. Mais les gens doivent comprendre que j’ai tout donné pendant que j’étais là. Si j’avais joué les deux dernières années de mon contrat là sans rien dire, le retour (dans l’échange) aurait été pas mal moins bon. J’en avais parlé avec Joe (Sakic), que je ne voulais pas le laisser les mains vides si je partais. C’était notre conversation originale. Quand un gars demande à être échangé, il a l’air d’un vilain, mais nous avons travaillé là-dessus ensemble. Je pense que Joe savait que me permettre d’aller ailleurs était la meilleure chose pour moi. Je lui en suis reconnaissant », a-t-il commenté.

Immédiatement après l’échange, Duchene avait joué deux matches contre ses anciens coéquipiers, mais c’était à Stockholm, en Suède. Ça ne réduira pas beaucoup l’anxiété qu’il ressentira en retournant à Denver.

« Ça va être étrange de rentrer dans cet aréna. Le seul moment où je suis allé dans le vestiaire des visiteurs, c’était pour passer des examens sanguins au début du camp d’entraînement. Ça va certainement être une expérience intéressante. Il va y avoir beaucoup de monde : ma famille élargie, du côté de ma femme, ainsi que des amis proches. J’ai hâte de sauter sur la glace, où la nervosité devrait passer assez vite. Le fait d’avoir joué contre les gars devrait aider un peu », pense-t-il.

+

DEUX RÉCOMPENSES AU TABLEAU

C’est une vieille tradition dans la LNH, les joueurs qui affrontent une ancienne équipe offrent une récompense en argent comptant, qui va la plupart du temps à l’auteur du but gagnant. 

Contre l’Avalanche vendredi, Matt Duchene ne sera pas seul à « mettre de l’argent sur le tableau » puisque le gardien Craig Anderson continue à le faire, même si ça fait huit ans qu’il est parti du Colorado. « Ce n’est pas juste la première fois que tu affrontes un ancien club, c’est tout le temps. Je le fais encore contre Chicago (son premier club) », a raconté Anderson jeudi. 

La plupart du temps, l’argent est versé ensuite par son gagnant (ou par le joueur qui a offert la récompense en cas de défaite) dans un fonds d’équipe qui sert à payer différentes activités, comme des soupers entre coéquipiers. Anderson, en passant, pense que Duchene sera bien accueilli à Denver. 

« Je pense qu’il va être chaudement applaudi, il a donné son cœur pour cette équipe à compter de l’âge de 18 ans. Les amateurs devraient se rappeler des bons moments plus que des moins bons à la fin, pour lui et pour la ville », estime-t-il.