Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La sprinteuse de Gatineau, Audrey Leduc, participera aux championnats du monde de relais en mai prochain en Pologne.
La sprinteuse de Gatineau, Audrey Leduc, participera aux championnats du monde de relais en mai prochain en Pologne.

Relais 4 x 100 m: le Canada se tourne vers une Gatinoise

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Audrey Leduc s’amusait à assembler un casse-tête de 1000 morceaux quand Athlétisme Canada l’a contactée.

Dans un courriel, on lui annonçait qu’elle était sélectionnée en vue des championnats du monde de relais prévus les 1er et 2 mai à Chorzow, en Pologne. «J’ai sauté de joie en lisant ça», avoue la sprinteuse gatinoise qui vient de fêter ses 22 ans.

C’était lundi soir. Leduc se trouvait dans son logement à Québec où elle étudie et s’entraîne depuis l’automne 2019, à l’université Laval.

Elle a dû conserver le secret pendant presque 48 heures.

Athlétisme Canada n’a dévoilé publiquement l’alignement de son équipe que mercredi matin, sur le coup de 10h.

«Je viens juste de recevoir mes vêtements aux couleurs du Canada. Je viens de déballer ça et je porte un des chandails», souligne Leduc en riant.

«C’est une nouvelle incroyable pour moi. Ce sera ma première participation à des championnats du monde», ajoute-t-elle.

Leduc s’avère une des six sprinteuses retenues pour ce court voyage en Pologne. Le Canada tentera d’assurer sa place en vue du relais 4 x 100 m aux Jeux olympiques.

Ces athlètes seront réunies auparavant à Bâton Rouge, en Lousiane, en vue d’un court camp d’entraînement de dix jours.

Le départ est prévu le 17 avril vers cet état qui borde le golfe du Mexique.

Leduc sera la plus jeune des six sprinteuses, qui comprend notamment la championne canadienne et double olympienne Crystal Emmanuel.

Audrey Leduc en entraînement au PEPS de l'université Laval.

«Ça veut dire qu’ils (entraîneurs d’Athlétisme Canada) croient moi, qu’ils ont aimé ce qu’ils ont vu de moi en Grenade il y a un an et demi», note-t-elle.

L’équipe nationale l’avait alors invitée à s’entraîner avec les vétérantes dans les Caraïbes. Différentes combinaisons avaient été tentées pour le relais.

«J’ai couru avec Crystal. Elle occupe toujours la deuxième position dans le relais. On m’a essayé en tant que troisième. Le coach en chef avait aimé ce que j’avais fait. Ça me donne une lueur d’espoir pour les championnats. Mais peu importe ce que j’ai pu faire auparavant, il reste que d’autres filles ont peut-être débloqué depuis un an et demi. C’est pourquoi le camp en Louisiane sera si important.»

Le Canada profitera de ces 10 jours pour cibler les quatre sprinteuses qui participeront aux qualifications et possiblement aux finales.

«Ça va dépendra comment les filles sont en forme. Et au relais, ce n’est pas toujours les plus vites qui font la différence. Ça dépend beaucoup de la chimie entre les athlètes et comment les échanges se font. C’est la clé. Tu ne veux pas échapper le témoin.»

Un produit du club d’athlétisme de Gatineau, Audrey Leduc a été championne canadienne junior au 100 m en 2018. L’année suivante, à ses débuts chez les seniors, elle a terminé septième de la finale nationale.

L’été dernier a été tranquille puisque toutes les compétitions, ou presque, ont écopé dans le sillage de la pandémie.

Reste que Leduc a pu continuer à s’entraîner au PEPS de l’université Laval. Elle profite d’une exemption en étant identifiée comme un espoir olympique.

En Lousiane et en Pologne, l’athlète originaire de l’Outaouais retrouvera un visage familier.

Farah Jacques a aussi été convoqué par Athlétisme Canada et l’entraîneur-chef Glenroy Gilbert pour le relais 4 x 100, même si elle a emprunté la direction des épreuves de haies depuis trois ans et demi. La Gatinoise âgée de 31 ans était membre de l’équipe olympique canadienne qui avait pris le sixième rang aux Jeux de 2016, à Rio.

Farah Jacques ira aussi en Louisiane et en Pologne.

Les championnats du monde de relais seront la première rencontre internationale d’athlétisme depuis le début de la pandémie. Plus de 1000 athlètes de 46 pays différents sont attendus. En plus du relais 4 x 100 m chez les femmes et les hommes, il y aura des épreuves de relais mixte 4 x 400 m.

L’événement se déroulera au stade Silésien de Chorzow, qui fête ses 65 ans. L’endroit a été rénové en 2017 avec l’installation d’un nouveau toit en plus de renipper ses estrades, son système d’éclairage, ses écrans vidéo et son système audio.