Le Canadien Milos Raonic (23e) affrontait le Slovaque Lukas Lacko (86e).

Raonic s'incline, Bouchard avance

MELBOURNE — Le Canadien Milos Roanic aura connu un bref séjour à Melbourne, alors que Eugenie Bouchard a accédé au deuxième tour en vertu d’un gain de 6-3, 7-6 (5) devant la Française Océane Dodin.

Reléguée au 112e rang mondial, Bouchard a disposé de Dodin, classée au 85e rang, et affrontera la gagnante du duel opposant la numéro un mondiale Simona Halep à l’Australienne de 17 ans Destanee Aiava.

Bouchard a totalisé 12 as et a encaissé qu’une seule double faute, comparativement aux neuf commises sa rivale. Elle a également gagné 63 % de ses points sur sa première balle de service et elle a converti deux de ses huit balles de bris.

Après avoir encaissé huit revers consécutifs, cette victoire se voulait rassurante pour la Québécoise, qui n’avait pas remporté un seul match depuis le mois d’août, au Connecticut.

Roanic a quant à lui perdu au premier tour face au Slovaque Lukas Lacko, le battant 6-7 (5), 7-5, 6-4 et 7-6 (4).

Classé 23e à l’ATP, le tennisman de Thornhill s’est incliné en trois heures et 22 minutes devant Lacko, 86e.

Raonic a presque doublé son rival pour les as (36-19), mais la bataille des bris est allée en faveur du Slovaque, 3-1. Deux de ces coups d’éclat ont valu les deuxième et troisième sets au vainqueur.

Lors du bris d’impasse décisif, Lacko a cheminé vers la victoire après que le score fut 4-4.

Ce n’est que la troisième fois que Raonic est battu en première ronde en Grand chelem. Ça lui était aussi arrivé en 2010 à New York, puis en 2011 à Roland-Garros.

+

NEUF AMÉRICAINES ÉLIMINÉES DÈS LE DÉPART

Venus Williams et Sloane Stephens ont subi l’élimination d’entrée de jeu lors d’une journée d’ouverture pénible pour les Américaines aux Internationaux de tennis d’Australie.

À son premier match sur le court Rod Laver depuis sa défaite en finale face à sa soeur Serena l’an dernier, Venus Williams a perdu 6-3, 7-5 face à Belinda Bencic.

«Je ne pense pas avoir disputé un mauvais match. Elle a simplement joué encore mieux, a commenté Venus Williams, qui disputait ses 18es Internationaux d’Australie. Je dois lui en donner le mérite. Je n’ai pas si mal joué, je n’ai pas raté tous les coups. Mais ça n’a pas marché.»

Stephens, championne des Internationaux des États-Unis, a été la première Américaine à plier bagage, subissant la loi de Zhang Shuai, 2-6, 7-6 (2), 6-2. Williams a suivi et CoCo Vandeweghe, no 10, demi-finaliste à Melbourne et à New York l’an dernier, a perdu 7-6 (4) et 6-2 aux dépens de Timea Babos.

CiCi Bellis, Sofia Kenin — vaincue par la no 12 Julia Goerges, qui a prolongé sa séquence victorieuse à 15 —, Alison Riske, Taylor Townsend et Jennifer Brady ont toutes perdu avant que Nicole Gibbs l’emporte contre Viktoriya Tomova 6-1, 6-1, interrompant la séquence de huit défaites des Américaines.

Irina Falconi a baissé pavillon 6-1, 6-1 face à Daria Garvilova, no 23, lors du dernier match sur le court Rod Laver, ce qui signifie que les Américaines ont perdu 9 de leurs 10 matchs lors de la première journée.

Jack Sock, no 8, l’Américain le mieux classé au tableau masculin, a perdu 6-1, 7-6 (4), 5-7, 6-3 face à Yuichi Sugita et son compatriote John Isner, 16e tête d’affiche, s’est incliné en quatre sets devant l’Australien Matt Ebden. Kevin King, issu des qualifications, a cédé en trois sets face à Jo-Wifried Tsonga, no 15. 

+

RENTRÉE RÉUSSIE POUR MARIA SHARAPOVA

Maria Sharapova a marqué son retour aux Internationaux d’Australie en défaisant l’Allemande Tatjana Maria 6-1, 6-4, mardi, au premier tour. La Russe disputait un premier match au Melbourne Park depuis qu’elle a échoué, à cet endroit, un test révélant la présence de meldonium, une substance interdite. Elle a effectué un retour sur le circuit de la WTA en avril dernier. Sharapova, qui occupe le 48e rang mondial, est l’une des concurrentes ayant déjà remporté le tournoi australien, en 2008. Elle a également participé à la finale à trois reprises. «J’ai des frissons, a déclaré la joueuse à propos de son retour au Melbourne Park. C’est très significatif pour moi. Je chéris ces moments.»