Le quart Case Keenum s’est relevé en fin de match après un passage à vide au troisième quart.

Quelle fin de match!

CHRONIQUE / Wow! Par où commencer? Croyez-vous que les amateurs des Vikings du Minnesota vivront des émotions plus fortes que dimanche dans trois semaines si leurs favoris deviennent la première formation de la NFL à disputer le Super Bowl à domicile le 4 février?

Moi, je ne parierai pas sur les chances de Millie Wall, la centenaire qu’on a vue à quelques reprises à la télé. Pas sûr que son cœur va tenir le coup encore bien longtemps après avoir assisté à l’incroyable victoire des Vikings sur les Saints de La Nouvelle-Orléans sur le dernier jeu d’un match aussi enlevant!

Pas de doute, les séries de la NFL se sont véritablement amorcées, dimanche, alors que les deux duels à l’affiche ont pris des tournures que peu d’amateurs avaient prévu. La raison principale pour laquelle nous passons autant de temps les yeux rivés sur nos télés les dimanches après-midis de septembre jusqu’à février.  

Le duel Saints-Vikings devait être le plus serré et le plus excitant de la fin de semaine, mais ce n’était pas le cas après 30 minutes de jeu puisque l’équipe locale menait 17-0.

Il a fallu patienter jusqu’aux derniers instants du troisième quart pour que Drew Brees trouve ses repères. En l’espace de trois minutes, les visiteurs ont rétréci l’écart à trois points en profitant notamment d’une interception de la recrue Marcus Williams, sa cinquième de l’année, à la suite d’une mauvaise exécution du quart Case Keenum.

Les Vikings ont ajouté trois points avec 10 minutes à écouler au cadran. Et le pointage était toujours de 20-14 en faveur des Mauves quand la machine s’est emballée avec un peu plus de cinq minutes à jouer au quatrième quart.

Il y a d’abord eu ce botté de dégagement bloqué par les Saints, qui ont du coup profité d’une position avantageuse sur le terrain (ligne de 40 verges des Vikings). Drew Brees a sauté sur cette occasion en or et deux minutes et 20 secondes plus tard, les Saints menaient 21-20.

Mais Keenum et les Vikings sont aussitôt revenus à la charge et leurs fans croyaient bien qu’ils avaient porté le coup de grâce aux Saints quand le botteur Kal Forbath a touché la cible sur une distance de 53 verges pour redonner les devants 23-21 aux locaux. Mais il restait encore 1:29 à écouler au tableau indicateur, ce qui était amplement suffisant pour permettre à Brees d’aligner quelques relais précis à Josh Hill, Ted Ginn et Willie Snead pour préparer le terrain à Wil Lutz, qui allait à son tour botter le ballon en plein centre des deux poteaux (43 verges) et faire taire la bruyante foule du U.S. Bank Stadium. La troupe de Sean Payton menait alors 24-23 avec seulement 25 petites secondes à écouler au match.

En un plus de deux minutes et demie, les deux adversaires se sont échangé les devants trois fois et les chances de voir les Vikings disputer le Super Bowl à domicile venaient de s’envoler.

Mais c’était mal connaître Case Keenum, qui a refusé encore une fois de baisser les bras après une pénalité et deux passes incomplètes. Avec un troisième essai et 10 secondes à faire, le quart de 29 ans a rejoint le long des lignes de côté l’ailier espacé Stefon Diggs, qui a sauté dans les airs pour capter le ballon et profité d’une maladresse du jeune demi de sûreté des Saints pour retomber sur ses jambes et gambader jusque dans la zone des buts et procurer une incroyable victoire de 29-24 aux Vikings!

À l’exception de Marcus Williams, le joueur des Saints fautif sur le jeu en question, qui aura sans doute du mal à fermer l’oeil au cours des prochains jours, personne n’a à rougir de sa prestation dans les deux clans. Les deux attaques ont fait leur boulot en fin de match, les deux botteurs n’ont pas flanché sous la pression et les deux quarts ont livré la marchandise dans des conditions pour le moins stressantes. Chapeau en particulier à Case Keenum, qui s’est relevé en fin de match après un passage à vide au troisième quart.

Des Jaguars différents!

En début d’après-midi, les Jaguars de Jacksonville ont vaincu pour la deuxième fois en trois mois les Steelers de Pittsburgh au Heinz Field.

Les Jaguars, dont l’efficacité en attaque n’avait rien à voir avec ce qu’on avait vu contre Buffalo, ont pris les devants 21-0 dans les 20 premières minutes du match.

Les Steelers n’ont jamais lâché, avec Ben Roethlisberger en tête (cinq touchés et 469 verges de gains), mais ce sont deux décisions bizarres prises sur des quatrièmes jeux et une verge à franchir ainsi qu’un botté court exécuté avec un peu plus de deux minutes à écouler au tableau indicateur qui ont fait beaucoup de mal aux perdants.

Big Ben a complété deux longes passes de touché à Martavis Bryant et Antonio Brown sur des quatrièmes jeux et plusieurs verges à gagner, mais une remise à Le’Veon Bell dans le champ-arrière (perte de quatre verges) et une passe incomplète plutôt que deux faufilades du quart ont sans doute coûté le match aux Steelers et peut-être le poste du coordonnateur offensif Tod Haley.