Le directeur général du Rouge et Noir, Marcel Desjardins, songe déjà à l'an prochain.
Le directeur général du Rouge et Noir, Marcel Desjardins, songe déjà à l'an prochain.

Quel avenir attend Desjardins et le Rouge et Noir?

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Marcel Desjardins ne saura jamais si tous les changements qu’il a apportés au Rouge et Noir étaient les bons. Le directeur général devra attendre à 2021 avant de voir Paul LaPolice sur les lignes de côté à titre d’entraîneur-chef et Nick Arbuckle fouler le terrain en tant que nouveau quart-arrière de l’équipe.

C’est sans oublier les Cleyon Laing, Anthony Coombs, Don Unamba, Abdul Kanneh et Adam Auclair qui avaient été ajoutés à une formation cherchant à rebondir après avoir gagné seulement trois fois, l’an dernier. «C’est beau de rêver et se demander ce que la saison aurait pu être, mais ça ne sert à rien de mettre l’accent là-dessus, a soutenu Desjardins, mardi, au lendemain de l’annulation du calendrier 2020 de la Ligue canadienne de football (LCF).

«La réalité est différente. Il faut avancer et déjà commencer à se préparer à l’an prochain.»

Reste à voir à quoi ressemblera l’avenir de la LCF. On ignore si le plafond salarial sera revu à la baisse, si les dirigeants du circuit forceront les joueurs à accepter moins d’argent.

Le nouveau quart-arrière du Rouge et Noir, Nick Arbuckle

Ajoutez à cela l’épineuse question contractuelle. Qu’adviendra-t-il des ententes actuelles? Si un joueur avait accepté un pacte d’un an avec le Rouge et Noir en 2020, deviendra-t-il maintenant joueur autonome? Ou est-ce que ce contrat sera simplement repoussé à 2021?

En coulisses, des vétérans moussent l’idée que tous les joueurs deviennent agents libres puisque la LCF n’a pu honorer les contrats dans les derniers mois.

«Il y a beaucoup de questions, a avoué Desjardins.

«Aussitôt que nous avons des réponses, le mieux ce sera pour tout le monde, autant pour les joueurs que nous. Dans mon cas, ça m’aidera à planifier l’équipe en vue de la saison prochaine. Pour l’instant, je ne peux rien faire. Il y a de l’incertitude.»

Avant de commencer à assembler une édition 2021, le Rouge et Noir devra aussi régler un autre dossier important.

À savoir si Desjardins demeure en poste. Son contrat vient à échéance à la fin de l’automne. Il avait accepté une prolongation de contrat en juin 2017.

Des discussions ont déjà eu lieu, il y a quelques semaines, au sujet d’une nouvelle entente entre le DG franco-ontarien et ses patrons.

«Ce n’était pas une priorité avec tout ce qui se passe», a avoué Desjardins, qui a construit le Rouge et Noir de A à Z depuis son embauche en janvier 2013.

Sous sa gouverne, Ottawa a participé trois fois au match de la coupe Grey en quatre ans, gagnant les grands honneurs en 2016.

«J’espère continuer ici. Je sens aussi que les patrons veulent la même chose de leur côté», a affirmé Desjardins.

Ce dernier s’attend à beaucoup de changement chez les joueurs. Ils étaient nombreux à détenir un pacte d’une saison.

«Il y a toujours du changement d’une saison à l’autre. Mais c’est certain que ça pourrait être plus élevé cette fois-ci en raison de plusieurs éléments différents des années précédentes.»

Puis il y a la question du personnel des opérations football du Rouge et Noir. La LCF a imposé des compressions à ses neuf équipes dans le plafond salarial auquel sont soumis entraîneurs, dépisteurs et autres employés de soutien.

Ottawa, tout comme d’autres clubs, pourrait perdre certains morceaux clés de leur organisation.

La seule chose que Marcel Desjardins sait dans tout ça?

«Cette ligue est résiliente. Ça fait tellement longtemps qu’elle existe. Ça fait 27 ans que j’en fais partie. Je m’attends bel et bien à voir une saison l’an prochain.»