Gérald Leroux a été un des meilleurs hockeyeurs de l’histoire de l’Est ontarien. Malgré son talent, il n’a jamais joué dans la LNH, mais il a été coéquipier de Wayne Gretzky pendant quelques semaines dans l’Association mondiale de hockey. Aujourd’hui, il est propriétaire du marché St-Eugène avec son épouse.
Gérald Leroux a été un des meilleurs hockeyeurs de l’histoire de l’Est ontarien. Malgré son talent, il n’a jamais joué dans la LNH, mais il a été coéquipier de Wayne Gretzky pendant quelques semaines dans l’Association mondiale de hockey. Aujourd’hui, il est propriétaire du marché St-Eugène avec son épouse.

Gérald Leroux: l’ex-coloc « franco » de Gretzky 

À 19 ans, un hockeyeur franco-ontarien faisait partie d’un groupe sélect qui dominait outrageusement la Ligue de l’Ontario.

Gérald Leroux a récolté 123 points avec les Spitfires de Windsor en 1977-78. Seulement cinq joueurs ont produit plus que lui cette saison-là. Et non les moindres.

Bobby Smith, des 67’s d’Ottawa, a trôné au sommet des compteurs avec une ahurissante récolte de 192 points. Au deuxième rang, il y avait la « Merveille » Wayne Gretzky. Malgré ses 16 ans, il avait amassé 182 points. Dino Ciccarelli (142), Keith Acton (128) et Jim Fox (127 avec les 67’s) avaient été les autres à devancer l’attaquant de St-Bernardin.

Leroux avait été le premier à franchir la barre des 50 buts cette année-là. Son compteur s’était arrêté à 57, au quatrième rang de la ligue.

Les cinq joueurs qui l’ont devancé au classement des compteurs ont tous connu de brillantes carrières dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Ensemble, ils ont disputé un total de 5397 matches dans le circuit Ziegler/Bettman.

Parce qu’il mesurait 5’6’’ à une époque où les Broad Street Bullies sévissaient dans la ligue, Gérald Leroux n’a jamais eu la chance de jouer un seul match dans la meilleure ligue au monde. Oh, son talent exceptionnel lui a permis de bien gagner sa vie en Suisse pendant quatre saisons où il a marqué 127 buts et totalisé 226 points en 133 matches, mais à 25 ans, Gerry Leroux a accroché ses patins pour rentrer dans ses terres et devenir gérant de l’aréna de St-Isidore pendant 18 ans.

Il a ensuite détenu une station d’essence à Vankleek Hill pendant huit ans avant avant de gérer l’aréna de Russell pendant cinq ans. Depuis 12 ans, il est propriétaire d’un dépanneur à St-Eugène avec son épouse. À 62 ans, il a ajouté un job de concierge à ses tâches dans les écoles de Bourget et de Casselman.

Gérald Leroux (droite) en compagnie de Wayne Gretzky (gauche) 

Gérald Leroux n’a peut-être pas pu jouer dans la LNH à l’époque où il était impensable d’y percer sans mesurer près de six pieds, mais pendant quelques semaines en 1978, il a été le colocataire de Wayne Gretzky chez les Racers d’Indianapolis dans la défunte Association mondiale de hockey (WHA).

« J’ai habité avec lui pendant deux semaines dans le sous-sol de la maison d’un médecin. Il avait une belle Trans-Am ’79 et j’avais un vieux Ford ’71. On se rendait à l’aréna ensemble. Je vous dis que nous n’avons pas souvent pris mon auto ! Wayne gagnait 1,7 million $ US à l’époque et je gagnais 1000 $ US par match, mais il était humble et très gentil. Il n’avait pas connu un gros début de saison. Il était maigre comme un pic. Plusieurs gars disaient qu’il n’arriverait pas à survivre avec cette stature, mais personne n’arrivait à le frapper. Ceux qui s’essayaient avaient l’air fous ! »

Leroux n’a disputé qu’un match dans le même trio que Gretzky.

« Ce n’était pas dans les plans de nous mettre ensemble. J’avais 20 ans. Wayne avait 18 ans. Il avait besoin d’un gros joueur pour le protéger. Je n’ai jamais vu un joueur intelligent comme lui. Son sens du jeu était hors de l’ordinaire. Son fun, c’était de se retrouver derrière le but et d’essayer de marquer en visant les jambes des défenseurs pour que la rondelle dévie dans le but. Personne d’autre ne pensait de cette façon ! Derrière le filet, on voulait faire des passes devant le but. Il en a fait beaucoup, mais il était très créatif, disons ! »

Wayne Gretzky n’a joué que huit matches à Indianapolis où il avait récolté six points avant d’être « vendu » aux Oilers d’Edmonton. Parce que l’équipe ne faisait pas assez courir les foules, le propriétaire Nelson Skalbania a mis fin à ses opérations après seulement 25 matches en 1978. Des Racers, les Oilers ont finalement obtenu Gretzky, Mark Messier et le gardien Ed Mio. À Edmonton, à 17 ans, Gretzky avait amassé 104 points dans les 72 derniers matches de la saison.

« Ceux qui pensaient qu’il ne durerait pas, je me demande ce qu’ils disent maintenant ! »

Avec 2857 points en 1487 matches en carrière dans la LNH, le record de Gretzky est en sécurité.