Philippe Marquis reçoit son manteau unifolié de la cheffe de mission Isabelle Charest, lundi, à Montréal.

Une pépinière de casse-cou qui rapporte

Québec demeure une pépinière de casse-cou. L’annonce des athlètes sélectionnés pour faire partie de l’équipe olympique canadienne de ski acrobatique l’a clairement démontré, lundi.

Sans surprise, Freestyle Canada a nommé Audrey Robichaud, Philippe Marquis, Lewis Irving, Kim Lamarre et Alex Beaulieu-Marchand parmi les 22 membres de sa formation de «ski acro», qui comprend cinq sports : bosses, sauts, slopestyle, demi-lune et ski cross. Cinq athlètes de la grande région de Québec, donc, mais aussi 12 Québécois au total.

Du côté des bosses, Robichaud et Marquis accompagneront Mikäel Kingsbury, Marc-Antoine Gagnon, Justine Dufour-Lapointe et sa sœur Chloé. Il s’agira des troisièmes Jeux olympiques pour Robichaud, qui avait causé la surprise avec une huitième place en 2006, à Turin. «Qui ne rêve pas d’un podium?» a-t-elle lancé au Soleil, lundi, lorsqu’on lui a demandé ses objectifs pour PyeongChang. «Mais ce que je vise vraiment, c’est de faire une descente à la hauteur de mes moyens», a-t-elle ajouté, après avoir admis être soulagée par l’officialisation de sa nomination.

Fort de ses six victoires en sept épreuves cette saison — son seul «échec» étant une deuxième place —, Kingsbury sera le grand favori pour l’or, en Corée. Les sœurs Dufour-Lapointe sont quant à elles championne (Justine) et vice-championne (Chloé) en titre.

«Les trois mousquetaires»

Victime d’une déchirure ligamentaire à un genou il y a deux semaines à Deer Valley, Marquis poursuit sa progression vers un niveau de forme adéquat pour représenter le Canada en Corée du Sud. Ce qui a réjoui Kingsbury, qui était tout sourire, lundi.

Le «king des bosses» n’a pu s’empêcher de faire référence au plus célèbre roman de l’écrivain français Alexandre Dumas lors de l’annonce de lundi. «J’ai hâte d’être avec les gars», a mentionné Kingsbury, qui tentera de décrocher la médaille d’or qui lui avait échappée il y a quatre ans à Sotchi. «Nous serons les trois mousquetaires, et ce sera vraiment, vraiment cool là-bas. Je ne pourrais être mieux entouré.»

Marquis vient de connaître des semaines difficiles «mentalement et physiquement». Mais le jeu en vaut la chandelle pour l’athlète en fin de carrière. «On a la chance de finir sur une note positive en étant les trois gars ensemble aux Jeux olympiques. Il n’y a pas de conclusion plus parfaite que ça. C’est pour ça que je ne lèverai pas le fanion blanc trop vite et que je vais donner le tout pour le tout», a affirmé l’homme de Québec, qui se mettra «en mode compétition» dans les prochains jours, une période déterminante pour la suite des choses.

Premiers Jeux

En sauts, le Charlesbourgeois Lewis Irving fera équipe avec son pote Olivier Rochon, de Gatineau, et la Montréalaise Catrine Lavallée. Il s’agira des premiers JO pour les trois athlètes. Le vétéran Rochon, 28 ans, avait raté sa qualification en 2010, tandis qu’une blessure au genou l’avait privé d’un voyage à Sotchi, en 2014.

Finalement, Kim Lamarre et Alex Beaulieu-Marchand seront en action dans la compétition de slopestyle. La première tentera de revivre la gloire de Sotchi, d’où elle était revenue avec une médaille de bronze au cou, en 2014.

De son côté, Beaulieu-Marchand mettra sa tête à l’épreuve, dimanche, lors des X-Games. Victime d’une commotion cérébrale à la mi-décembre, le skieur de Québec vient de vivre des semaines difficiles, où les doutes sur son éventuelle capacité à prendre le départ à PyeongChang se sont multipliés. «Je me sens super bien», a-t-il toutefois indiqué au Soleil, lundi, alors qu’il se rendait au Colorado. «J’ai fait tout ce qu’il fallait pour que les risques ne soient pas augmentés en raison d’un retour au jeu trop rapide.»

Une journée à la fois sera le mot d’ordre pour l’athlète de 23 ans d’ici la Corée. Sa santé primera sur tout le reste. «Je me garde toujours une porte de sortie», prévient-il, au cas où il ne se sent pas d’attaque. Il y a quatre ans, Beaulieu-Marchand s’était surpris lui-même en se qualifiant pour les JO, où il avait pris le 12e rang.  Avec La Presse canadienne et Sportcom

L'équipe canadienne de ski acrobatique a été officiellement présenté lundi à Montréal : (à l'arrière de gauche à droite) Catrine Lavallee, Audrey Robichaud, Andi Naude, Chloé Dufour-Lapointe, Justine Dufour-Lapointe; (en avant de gauche à droite) Lewis Irving, Olivier Rochon, Philippe Marquis, Mikaël Kingsbury et Marc Antoine Gagnon.

+

LES CANADIENS AUX JO

› Bosses (11 et 12 février)

Chloé Dufour-Lapointe, 26 ans, Montréal

Justine Dufour-Lapointe, 23 ans, Montréal

Marc-Antoine Gagnon, 26 ans, Montréal

Mikaël Kingsbury, 25 ans, Deux-Montagnes

Philippe Marquis, 28 ans, Québec

Andi Naude, 22 ans, Regina

Audrey Robichaud, 29 ans, Québec

› Sauts (15 au 18 février)

Lewis Irving, 22 ans, Québec

Catrine Lavallée, 22 ans, Montréal

Olivier Rochon, 28 ans, Gatineau

› Slopestyle (17 et 18 février)

Alex Beaulieu-Marchand, 23 ans, Québec

Alex Bellemare, 24 ans, Saint-Boniface

Teal Harle, 21 ans, Campbell River (C.-B.)

Dara Howell, 23 ans, Huntsville (Ont.)

Kim Lamarre, 29 ans, Lac-Beauport

Evan McEachran, 20 ans, Oakville (Ont.)

Yuki Tsubota, 23 ans, Whistler (C.-B.)

› Demi-lune (19 au 22 février)

Noah Bowman, 25 ans, Calgary

Rosalind Groenewoud, 28 ans, Calgary

Mike Riddle, 31 ans, Edmonton

Simon d’Artois, 25 ans, Vancouver

Cassie Sharpe, 25 ans, Calgary