Dario Cologna a littéralement survolé la piste au 15 km, remportant l’or avec plus de 18 secondes d’avance sur son plus proche rival. Le Suisse devient ainsi le premier skieur de fond à monter sur la plus haute marche du podium sur la même distance dans trois Jeux de suite.

«Super Dario» parmi les géants

PYEONGCHANG — Le Suisse Dario Cologna a confirmé sa place incontestable parmi les plus grands fondeurs de l’histoire en décrochant l’or du 15 km pour les troisièmes Jeux de suite, vendredi.

Le Suisse de 31 ans a complètement écrasé le peloton, l’emportant avec plus de 18 secondes d’avance sur le Norvégien Simen Hagstad Krueger, vainqueur du skiathlon au début des Jeux. Le Russe Denis Spitsov a fini sur la troisième marche du podium.

À la fin, Alex Harvey a concédé 35,5 secondes à Cologna, qui a mis fin à la domination norvégienne qui durait depuis les deux courses précédentes. «Dario a gagné le Tour de ski en le dominant, il l’a aussi emporté à Seefeld lors de la dernière Coupe du monde, ce n’est pas surprenant [qu’il soit aussi rapide], c’est le rythme que ça prend pour faire 1-2-3. Il est triple champion olympique au 15 km, il a aussi gagné le 30 km à Sotchi, c’est un phénomène.

«Le 15 km est un format idéal pour lui, car tu es tout seul contre la montre», ajoutait le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges. «Il faut être fort sur le dernier tour, il l’est toujours.»

Cologna est devenu le premier athlète de ski de fond, hommes et femmes confondus, à conquérir trois titres olympiques successifs dans une même discipline. Même des monstres sacrés comme Bjoern Daehlie ou Marit Björgen n’y sont pas parvenus.

Tour de ski annonciateur

Il y a la légende Daehlie, octuple vainqueur aux Jeux. Et puis, maintenant, il y a la légende Cologna. 

Sacré sur le 15 km libre en 2010 à Vancouver, puis auteur d’un doublé à Sotchi quatre ans plus tard (15 km classique et skiathlon), le skieur helvète a profité de ses troisièmes Jeux pour garnir encore un peu plus une armoire à trophées qui comporte également quatre succès au classement général de la Coupe du monde et un titre de champion du monde. Du grand art. C’est simple : seul Daehlie a gagné plus de titres individuels (6) aux Jeux que Cologna chez les fondeurs.

Et dire que le Suisse sortait de deux saisons mitigées et semblait être rentré dans le rang... Il faut croire qu’il avait bien mijoté son coup pour arriver en pleine forme en Corée du Sud. Sa victoire sur le Tour de ski en janvier aurait dû susciter la méfiance de ses plus sérieux adversaires, à commencer par la colonie norvégienne et le Français Maurice Manificat, en tête de la Coupe du monde de distance, mais seulement cinquième de la course vendredi.

«C’est juste fantastique. C’est la récompense d’un dur labeur et je voulais vraiment gagner de nouveau après Vancouver et Sotchi. Je n’y crois pas encore, mais c’est pas mal d’écrire l’histoire», a déclaré «Super Dario», qui regarde désormais droit dans les yeux un autre monument du sport suisse : le sauteur à skis Simon Ammann, lui aussi quadruple champion olympique.

Le Norvégien Krueger, déjà double médaillé à PyeongChang, estime que Cologna évolue «sur une autre planète». Comment ne pas s’incliner devant la montagne Cologna?  Avec Carl Tardif