Lim Hyo-jun, gagnant de la première médaille d'or sud-coréenne aux présents Jeux, a affirmé que c'est en voyant patiner Viktor Ahn qu'il a commencé à rêver de devenir médaillé olympique.

Lim Hyo-jun dédie sa victoire à Viktor Ahn

GANGNEUNG — Le patineur de courte piste Lim Hyo-jun, qui a offert à la Corée du Sud sa première médaille d’or des Jeux de PyeongChang sur 1500 m, a rendu hommage au Russe Viktor Ahn, légende de la discipline écartée par le CIO.

«C’est quand j’ai vu Ahn courir en 2006 que j’ai commencé à rêver de devenir médaillé olympique. Viktor m’a dit que je pouvais le faire, j’ai reçu beaucoup de conseils de sa part. J’ai un grand respect pour lui. Je le remercie pour cette victoire», a déclaré Lim en conférence de presse.

Ahn, sextuple champion olympique de courte piste d’origine sud-coréenne naturalisé Russe avant les Jeux de 2014, fait partie d’un groupe de 47 sportifs russes auxquels le CIO n’a pas adressé d’invitation pour  2018, sur la base des soupçons de dopage qui pèsent sur la Russie et qui ont valu une suspension au Comité olympique russe. «Quand j’ai appris la nouvelle, c’était vraiment terrible. Ça aurait été un honneur de courir contre lui», a ajouté Lim Hyo-jun.

Médaillé de bronze Semen Elistratov a, lui, rapporté aux «athlètes olympiques de Russie» leur premier podium. «Cette médaille de bronze, je la dédie à tous les sportifs qui n’ont pas pu venir aux JO. Toute cette situation autour du sport russe est très difficile. Avant les JO, on m’a dit que je pouvais choisir d’y aller ou non. Ce n’était pas une décision facile du tout», a-t-il expliqué, en se disant «très reconnaissant envers les fans russes qui ont réussi à venir ici pour nous soutenir».