La triple médaillée aux Jeux olympiques de PeyongChang en Corée du Sud a soulevé la passion d’intervenants du milieu du sport et des Estriens en général.

Kim Boutin, une nouvelle idole

Fierté : c’est le mot le plus employé lorsque les Sherbrookois parlent de Kim Boutin. La triple médaillée aux Jeux olympiques de PeyongChang en Corée du Sud a soulevé la passion d’intervenants du milieu du sport et des Estriens en général.

L’ancien Olympien Mathieu Turcotte, qui a gagné plusieurs médailles en patin de vitesse, n’était pas surpris de voir Kim porter le drapeau canadien à la cérémonie de clôture des Jeux olympiques.

Lire aussi: Kim Boutin écrit l’histoire

Sherbrooke honorera Kim et Alex

« Tout le monde se fait une petite idée de la personne qui va le porter, explique Turcotte, qui est également natif de Sherbrooke. Comme Kim était la seule triple médaillée, ça a pesé dans la balance. L’histoire qu’elle a vécue dans les Jeux s’ajoute également à tout ça. De plus, elle représente bien ce que le Canada a comme valeurs. »

« Je peux m’imaginer qu’au sein de l’équipe de patinage de courte piste, les athlètes devaient être très fébriles, poursuit Mathieu Turcotte. De voir l’un de leurs coéquipiers avoir cet honneur, c’est quelque chose. Selon moi, les autres athlètes devaient seulement la couvrir de félicitations. C’est quelqu’un qui a été inspirant », mentionne-t-il.

Une autre ancienne olympienne, Annie Perreault, pense que cet événement est marquant dans la jeune carrière de Kim Boutin. « Ce n’est pas l’annonce qui est importante, c’est d’aller dans le stade avec le drapeau qui va rester gravé dans sa mémoire. C’est un événement qui est grandiose et qui ne s’oublie pas. Je pense que tout le monde a été content pour elle! » pense Mme Perreault.

De son côté, son ancienne entraîneuse, Karine Proteau, avait le sentiment du devoir accompli. « Chaque entraîneur veut que ses athlètes aillent le plus loin possible, a-t-elle commenté. Je suis plus contente pour elle que fière. Je l’ai vu tous les matins où elle faisait des courses. Être la porte-drapeau, c’est une super belle reconnaissance par rapport à ce qu’elle a vécu. Elle ne l’a pas eu facile », analyse celle qui a été l’entraîneuse de Kim Boutin alors que l’Olympienne était adolescente.

Les membres du Club de patinage de vitesse de Sherbrooke (CPVS) n’étaient pas surpris des performances de Kim aux Jeux olympiques. « On le savait! a commenté le vice-président du CPVS, Christian Côté. Ses objectifs étaient clairs et elle les a réalisés. C’est certain que ses performances vont inciter les Sherbrookois à s’inscrire au patinage de vitesse », indique-t-il.

Habituellement, les inscriptions augmentent d’environ 20 % au CPVS après une année olympique, selon M. Côté.

Les succès de Kim Boutin ont aussi été soulignés par le vice-président du club de ski de fond du mont Orford, Jean Pinard.

« Je suis très fier de voir une représentante sherbrookoise comme porte-drapeau. Elle a remporté des médailles impressionnantes bien qu’elle ait sûrement été déconcentrée après sa première médaille de bronze. Ça démontre le caractère et le cran de Kim Boutin. C’est un honneur incroyable pour la Ville de Sherbrooke et c’est un exemple pour les jeunes qui voient que ce n’est pas seulement des gens qu’ils ne connaissent pas qui peuvent avoir du succès. »

Félicitée par des personnalités

Plusieurs personnes ont félicité Kim Boutin durant les Jeux olympiques. Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, l’animateur et humoriste Guy A. Lepage et le hockeyeur sherbrookois Jérémy Grégoire se sont manifestés sur les réseaux sociaux pour féliciter l’athlète.

« Félicitations à @kimbtin pour ses exploits à Pyeongchang! Une fierté sherbrookoise qui a brillé à l’international #Sherbypride », a tweeté l’espoir des Canadiens de Montréal.

Les personnalités politiques de la région se sont aussi jointes à la fête. Le député Luc Fortin a exprimé sa fierté envers la Sherbrookoise. « Nous étions fiers d’elle avant même qu’elle se rende aux Jeux olympiques. Juste se qualifier pour aller aux Jeux, c’est un exploit. Récolter trois médailles et porter le drapeau à la cérémonie de fermeture, c’est quelque chose », mentionne-t-il.

Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, l’a autant encouragé publiquement que dans le privé. « Je lui ai envoyé beaucoup d’ondes positives. Je lui avais aussi écrit une lettre d’encouragement. Je suis très content qu’elle revienne avec trois médailles. C’est le genre d’événements heureux que j’aime. Ça m’encourage à promouvoir le sport à Sherbrooke. On veut attirer des gens dans tous les sports. Il faut qu’on devienne la ville la plus grandiose au niveau des sports », confirme-t-il, ajoutant que quelque chose devrait être fait pour souligner les performances des Sherbrookois à PyeongChang.

Pour la suite

Selon Annie Perreault, Kim Boutin réalisera ses exploits lorsqu’elle sera revenue au Québec. « Je pense qu’elle n’a pas conscience de l’ambleur de la chose. Quand tu es athlète, tu es dans le village olympique, tu gagnes une médaille comme plein d’autres. Ce n’est pas grandiose. Quand elle va arriver, elle va voir les gens à l’aéroport et elle va voir tout ce qui s’est passé dans les médias », prévient-elle.
 
En effet, un autobus rempli de Sherbrookois ira accueillir Kim et Alex Boisvert-Lacroix, lundi, alors qu’ils arriveront au Québec.