Morris avait gagné l’or olympique en 2010 en tant que troisième au sein du quatuor du skip Kevin Martin.

En feu pour les Jeux

Quand il s’est qualifié en vue des Jeux olympiques le mois dernier, John Morris a rapidement contacté le capitaine de la caserne où il est pompier.

« J’ai dû échanger plusieurs de mes quarts de travail prévus en février afin de pouvoir me rendre en Corée du Sud. Ça veut dire que je serai très occupé à mon retour en mars... et même en avril. »

Pas que le joueur de curling qui a grandi à Ottawa s’en plaint. « C’est un heureux problème », ajoute-t-il, tout excité de renouer avec les Jeux.

Morris, 39 ans, se trouvait à Rocky View, en Alberta, au moment de l’entrevue. Il travaille depuis quelques années dans cette municipalité régionale de comté de 39 000 habitants. Son cœur demeure toutefois encore dans la capitale nationale.

« J’ai encore plusieurs amis là-bas. Des gens qui avaient fait le voyage jusqu’à Vancouver en 2010 afin de m’encourager », note-t-il.

Morris avait gagné l’or olympique à l’époque en tant que troisième au sein du quatuor du skip Kevin Martin.

« Cette fois-ci, mes amis ne peuvent pas se déplacer. Je comprends ça. J’ai décidé toutefois de leur envoyer plusieurs pièces de vêtement aux couleurs du Canada. Ils pourront porter ça en regardant nos matches au petit écran. »

Morris fera équipe avec Kaitlyn Lawes en curling double mixte, une épreuve qui effectue ses débuts olympiques à PyeongChang. La paire ne devait pas initialement jouer ensemble. Rachel Homan devait être la partenaire de monsieur. Mais son quatuor s’est qualifié en vue de l’épreuve féminine par équipe en décembre.

« J’étais heureux pour Rachel que je connais depuis longtemps. Mon père l’a longtemps coaché », assure Morris, qui s’est tourné vers Lawes, 10 ans plus jeune que lui.

Drôle de coïncidence, les deux athlètes sont nés chacun un 16 décembre ! Morris a vu le jour en 1978, Lawes en 1988.

« Kaitlyn est une femme formidable et une joueuse exceptionnelle. Elle est capable de réussir une multitude de coups en plus d’exceller à brosser. Puis elle est tout aussi compétitive que moi ! »

John Morris est reconnu pour avoir notamment brisé certaines de ses brosses après des défaites... Sans surprise, la paire vise l’or aux Jeux, même si elle devra affronter des duos qui pratiquent le curling double mixte depuis plusieurs saisons.

« Nous avons un avantage. En tant que Canadien, le curling fait partie de notre ADN », rappelle le très bilingue Morris.