« Autant j’étais malchanceux les années précédentes, le ballon semble toujours venir vers moi. Je semble être à la bonne place au bon moment », a confié Antoine Pruneau.

Pruneau confus, heureux puis triste

L’entraîneur l’a taquiné. Ses coéquipiers. Antoine Pruneau est même le premier joueur à l’avouer. Il aurait pu mieux célébrer son premier touché en carrière dans la LCF.

Le maraudeur québécois du Rouge et Noir a ramené une interception sur 46 verges lors du dernier match, il y a une dizaine de jours, dans la victoire contre les Roughriders, à Régina. « J’étais trop confus pour fêter, a-t-il avoué, mardi, après l’entraînement des siens à la Place TD.

«Je ne savais pas si c’était vraiment un touché, a-t-il expliqué. Il y avait un mouchoir sur le jeu. J’avais imaginé ce moment tellement de fois dans ma tête. Chaque fois, ça devait se passer à Ottawa, et non en Saskatchewan.»

Pruneau trouve le moyen d’en rire.

«Écoute, c’est devenu la pire célébration de l’histoire de la ligue pour un premier touché en carrière... J’étais quand même content après la partie.»

Il s’agissait de sa quatrième interception de la saison. Il en avait réussi un total de trois lors de ses trois premières années.

Pruneau aimerait bien se racheter et marquer à nouveau. Que ce soit vendredi lors du dernier match régulier contre Hamilton, en éliminatoires ou même lors du match de la coupe Grey...

«Il reste au moins deux autres parties ici... peut-être même trois ! On verra si je peux refaire le coup et célébrer cette fois-ci.»

Sa meilleure saison arrive à un bon moment pour l’organisation. Le Rouge et Noir lui a consenti un nouveau pacte de deux ans l’hiver dernier.

Puis les entraîneurs ont arrêté de jouer au yoyo avec lui. Il a surtout évolué à une seule position en 2017.

Celle de maraudeur et non de secondeur.

«Je me sens de plus en plus à l’aise dans ce rôle. Autant j’étais malchanceux les années précédentes, le ballon semble toujours venir vers moi. Je semble être à la bonne place au bon moment. J’ai eu une interception à un certain moment après que le ballon a dévié sur les mains d’un autre joueur... J’espère que ça va continuer de se produire !»

La discussion a dévié sur un sujet moins rose.

Le vétéran demi défensif Jerrell Gavins a été transporté hors du terrain sur une voiturette durant la séance d’entraînement. Ce dernier se tenait la jambe droite après être tombé contre le sol à la conclusion d’un jeu anodin.

«Dire que c’est son anniversaire aujourd’hui, a fait remarquer Antoine Pruneau, qui a tenté de consoler son coéquipier.

«Ce n’est pas seulement un de mes amis, mais aussi un de nos leaders. Il amène tellement d’énergie au sein de cette équipe. C’est un gars que tu veux toujours sur le terrain. Quand je lui ai parlé, il m’a dit que c’était possible qu’on puisse le voir vendredi lors de notre prochain match... Mais on va se le dire. Ce n’était pas le possible le plus convaincant que j’ai entendu de ma vie.»

En y allant de ce commentaire, Pruneau n’avait plus son sourire habituel. Il savait que le Rouge et Noir venait d’encaisser une autre lourde perte.

La veille, les champions en titre de la coupe Grey avaient appris que la saison du receveur Brad Sinopoli était terminée en raison d’une blessure à une épaule. L’équipe a aussi confirmé que le garde Nolan MacMillan ne jouerait plus en 2017.

UN JEUNE PARTISAN RÉCOMPENSÉ

La vie lui a servi un plaqué à la mi-août. Victime d’une hémorragie cérébrale qui l’a complètement paralysé d’un côté pendant deux mois, Philippe Hughes s’est enfin relevé.

Le jeune joueur de football âgé de 10 ans a retrouvé la parole et marche à nouveau avec l’aide d’une canne. Puis mardi, il a pu rencontrer les membres de son équipe favorite.

Le Rouge et Noir l’avait invité à son entraînement. L’enfant originaire d’Aylmer a pu serrer la main des joueurs en plus de lancer le ballon avec le quart-arrière Trevor Harris et le maraudeur Antoine Pruneau. On l’a même vu courir ici et là, sourire aux lèvres.

«C’est la meilleure journée de ma vie», a lancé Hughes au journaliste du Droit.

Le quart-arrière du Rouge et Noir, Trevor Harris, en compagnie du jeune gatinois Philippe Hughes, victime d'une hémorragie cérébrale en août.

Sa mère Nadine Paquette le regardait fièrement. «On voulait le récompenser car il a été un grand champion pendant sa convalescence. Il aime les Redblacks. Sa chambre est décorée aux couleurs de l’équipe», a-t-elle souligné.

Hughes devait jouer au sein d’une équipe moustique des Vikings de Gatineau cet automne. C’était avant d’être malade, avant qu’une malformation au cerveau dont il ignorait l’existence mène à cette hémorragie.

Un des dirigeants du club de football mineur, Gawain Harding, a raconté son histoire au Rouge et Noir. 

En plus de l’accueillir mardi à la Place TD, l’équipe de la LCF a remis des billets à Hughes et ses coéquipiers des Vikings en vue de la prochaine partie.