La nageuse gatinoise Mikaëlle Gauthier
La nageuse gatinoise Mikaëlle Gauthier

Promotion inattendue pour une nageuse gatinoise

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Le rêve olympique d’une nageuse artistique de Gatineau pourrait se concrétiser beaucoup plus vite que prévu.

Mikaëlle Gauthier l’avoue. « Les Jeux de 2024 ont toujours été dans ma mire », lance la jeune femme qui a fêté ses 18 ans en mai.

Sauf qu’un appel reçu en juin a changé la donne.

Les entraîneuses de l’équipe canadienne senior ont ajouté son nom au groupe d’entraînement olympique à temps plein pour la saison 2020-2021.

Gauthier fait partie de sept recrues qui rejoindront les 12 membres actuelles de la formation nationale dès le mois prochain à la piscine du parc Olympique de Montréal.

« Là, j’ai peut-être une chance d’aller aux Jeux dès 2021 à Tokyo si je travaille fort, affirme la triple vice-championne des Jeux du Canada, l’an dernier, à Red Deer, en Alberta.

Gauthier avait remporté l’argent en solo, en duo de même qu’en équipe. Ajoutez sa médaille d’or en solo aux championnats panaméricains seniors en 2018 en Californie et une participation aux championnats du monde juniors, la même année, en Hongrie.

Des performances qui ont retenu l’attention de Natation artistique Canada.

Peu importe ce qui arrivera, l’athlète de l’Outaouais sortira gagnante au contact de nageuses plus âgées.

«Je vais m’entraîner avec des filles qui m’inspirent depuis quelques années. Je vais apprendre beaucoup d’elles. Elles possèdent beaucoup d’expérience.»

Les 12 membres actuelles de l’équipe canadienne senior sont les championnes en titre de la série mondiale FINA et des Jeux panaméricains.


« Là, j’ai peut-être une chance d’aller aux Jeux dès 2021 à Tokyo si je travaille fort. »
Mikaëlle Gauthier

Le nouveau bassin de nageuses servira à choisir l’alignement de la formation qui participera non seulement aux Jeux olympiques à Tokyo, mais également la Série mondiale en 2021.

«Nous sommes ravis d’avoir été en mesure d’ajouter de nouvelles athlètes à notre groupe de haute performance déjà très talentueux», affirme la présidente de Natation artistique Canada, Judi Enns Bradette. «Alors que nous continuons notre préparation pour Tokyo en 2021 et que nous commençons à jeter les bases en vue des Jeux olympiques de 2024, nous sommes fiers d’avoir mis en place un programme solide qui continuera à croître avec le temps», a-t-elle ajouté.

L’équipe sera dirigée par l’entraîneuse Gabor Szauder et appuyée par deux adjointes, Kasia Kulesza et Karine Doré.

«Nous avons très hâte de réunir ce nouveau groupe, mentionne Szauder. Nous nous sommes concentrés sur le développement des qualités athlétiques de nos athlètes pendant la pause forcée, et nous sommes convaincus que nos progrès se transmettront à nos performances dans l’eau. Le fait qu’il y aura désormais deux Jeux olympiques, ainsi que plusieurs championnats du monde juniors et seniors, dans une courte période de trois ans, a créé de nouveaux défis auxquels nous pourrons mieux faire face avec un plus grand groupe d’athlètes à temps plein.»

Gauthier, qui excelle autant en solo qu’en duo, sera appelé à s’entraîner pour l’épreuve par équipe. Un horaire nettement plus lourd l’attend aussi.

«Plus de 30 à 40 heures par semaine. Quatre fois par semaine, nos journées commenceront à 8 h et finiront à 18 h. La cinquième journée, ce sera de 8 h à 14 h.»

Ça sera différent de ses semaines de 25 heures au club Dollard Synchro, où elle nageait depuis quatre saisons dans la région de Montréal.

Mikaëlle Gauthier ne balancera pas ses études à l’eau. Elle entamera sa deuxième année en sciences humaines au niveau collégial.

«Je vais suivre trois cours à distance. Je ne veux pas tout arrêter», affirme l’étudiante-athlète, dont l’autre rêve est de devenir enseignante comme trois de ses tantes.