Champion de la PGA du Canada en 2016, Bussières se dit impatient de fouler les allées du club Les Quatre Domaines.

Prenez exemple sur les pros

CHRONIQUE / Ceci n'est pas une chronique de golf, mais plutôt une constatation qui provient d'un gars qui pratique ce sport depuis longtemps. Je ne veux pas me prendre pour un pro, encore moins donner des leçons de golf.
Tout le monde sait que le golf est l'un des sports les plus difficiles au monde. Par exemple, un joueur peut jouer 75 un jour et, sur le même terrain, jouer 85 le lendemain. Dix coups de plus.
Il y a plusieurs façons d'améliorer son jeu. La première est de suivre des cours avec le professionnel de votre club. Il y a aussi le fait de jouer régulièrement, ce qui est mon cas.
Mais il y a une autre façon d'améliorer son jeu et c'est de regarder les professionnels à la télévision. C'est encore la moins dispendieuse des façons. Vous allez me dire que ça semble toujours facile pour les professionnels à la télévision et vous avez raison. En plus, on nous montre souvent ceux qui sont en tête du tournoi. Mais quand on regarde ces joueurs attentivement, on constate que ce n'est pas pour rien qu'ils sont les meilleurs.
La première chose que je remarque, c'est le contrôle de leurs émotions et de leur caractère. C'est déjà un bon départ. L'autre chose que je remarque, c'est le choix minutieux de leur bâton avant chaque coup. Ils n'essayent pas d'impressionner leurs partenaires de jeu ou la galerie. Ils choisissent le bâton qui leur réussit le mieux pour bien placer la balle sur le terrain. Vous remarquez que le golfeur moyen choisit presque toujours son bois numéro un au départ de chaque trou. Le pro va souvent opter pour un bois d'allée ou un fer à son premier coup. Toujours dans le but de bien placer la balle. Ils utilisent leur bois numéro un uniquement quand c'est vraiment nécessaire. N'oubliez pas que le bois numéro un est le bâton le plus difficile à frapper. Même chose pour les coups d'approche. Nous, les amateurs, sommes presque toujours à court parce que nous ne choisissons pas le bon bâton. On a toujours peur d'être trop fort.
Une autre façon d'améliorer votre partie est la période d'échauffement. La grande majorité des joueurs ne vont pas frapper de balles avant leur départ. Et ils vont encore moins pratiquer leurs coups roulés. Les petits détails peuvent vous paraître simples, mais si vous les appliquez de façon régulière, vous allez sûrement améliorer votre pointage. Et on s'amuse plus quand on joue bien.
En terminant, je vous invite à prendre note que cette chronique ne sera pas publiée au cours des deux prochaines semaines. Je prends une petite pause. Bonnes vacances à tous.