Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Dans une saison où elle n’a pas disputé de matches de hockey en raison de la COVID-19, Karel Préfontaine a quand même pu recevoir une bourse d’études du programme des bourses du Canadien de Montréal afin de souligner son excellence académique.
Dans une saison où elle n’a pas disputé de matches de hockey en raison de la COVID-19, Karel Préfontaine a quand même pu recevoir une bourse d’études du programme des bourses du Canadien de Montréal afin de souligner son excellence académique.

Préfontaine récompensée par le Canadien

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Karel Préfontaine n’a que 16 ans, mais la Gatinoise mise sur quelques atouts dans la vie. Elle excelle au hockey autant qu’à l’école.

Le programme des bourses du Canadien de Montréal au sein de la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec l’a remarqué. Le «CH» distribue annuellement 50 000 $ aux meilleurs hockeyeurs-étudiants de la province.

À la fin du mois de mars, il lui a réservé une bourse de 2000 $. L’attaquante du Collège Stanstead en Estrie l’admet d’emblée. Bien sûr, elle sait manier un bâton de hockey et va éventuellement viser un poste dans une des équipes nationales du Canada et une carrière sur le circuit de la NCAA. Plus tard, elle espère aussi pouvoir manier le scalpel.

«J’avais six ans et je disais déjà à mes parents que je voulais devenir chirurgienne un jour. J’ai toujours été attirée par le fonctionnement du corps humain. J’aimerais apprendre comment ça fonctionne», a dit l’étudiante qui a maintenu une moyenne générale de 88 % durant la première session scolaire de l’année.

Karel Préfontaine a fait le saut au hockey féminin à sa première année bantam afin de porter les couleurs de l’Intrépide bantam AA, midget AA, bantam AAA et midget AAA pendant deux saisons.

Personne ne lui a servi d’inspiration pour ce choix de carrière dans sa famille.

«J’ai eu cette idée jeune et elle ne m’a jamais quitté l’esprit. Elle a été accentuée en regardant des épisodes du Bon docteur sur Netflix! La criminalité est un autre domaine qui pourrait m’intéresser. À l’école, j’ai une facilité pour les mathématiques et les sciences.»

S’il n’y a pas de chirurgien(ne) dans la famille Préfontaine, il y a cependant des joueurs de hockey. Son frère Joshua a notamment porté les couleurs de l’Intrépide de Gatineau midget AAA et des Flames de Gatineau au niveau junior AAA. Âgé de 19 ans, il est maintenant inscrit dans le programme des Griffons du Cégep de l’Outaouais.

Plus jeune, Karel Préfontaine avait amorcé sa carrière de hockeyeuse en suivant les traces de son grand frère. Dotée de belles habiletés et d’un bon lancer qui lui permet de marquer beaucoup de buts, elle a joué avec les garçons dans la structure de l’Intrépide jusqu’à l’âge pee-wee où elle a représenté les Olympiques de Gatineau au tournoi pee-wee de Québec.

Elle a fait le saut au hockey féminin à sa première année bantam afin de porter les couleurs de l’Intrépide bantam AA, midget AA, bantam AAA et midget AAA pendant deux saisons. Son talent a capté l’oeil de l’entraîneur-chef du collège Stanstead où elle a amorcé ses études en troisième secondaire l’année dernière.

«J’étais en première secondaire quand l’entraîneur-chef à Stanstead a appelé mes parents pour m’avoir à son école. Je suis restée à Gatineau en deuxième secondaire, puis je suis allée à Stanstead en troisième secondaire. J’ai adoré l’expérience. Nous avions eu une bonne saison. Notre capitaine Marieanne Picard a été membre de l’équipe canadienne des moins de 18 ans. Je voudrais suivre ses traces. Et même si nous avions une jeune équipe, nous avons connu beaucoup de succès. Nous avons gagné le championnat de notre ligue en prolongation et nous avions même battu la prestigieuse équipe de Shattuck St Mary’s dans un match où il avait fallu prendre l’avion pour aller les affronter.»

À sa première saison avec les Spartans de Stanstead, elle a amassé 22 buts et 37 points en 54 matches. Cette saison n’a pas été différente des autres dans ce coin du monde. L’équipe a pu s’entraîner sur glace, mais n’a jamais pu disputer de matches.

«Je pense que notre chat est mort cette année, mais au moins, nous avons pu continuer à nous entraîner sur glace avec des masques. La majorité de nos entraînements hors glace ont dû se tenir à l’extérieur même en hiver. C’était une saison assez différente.»

À sa première saison avec les Spartans de Stanstead, Karel Préfontaine a amassé 22 buts et 37 points en 54 matches.

En attendant de reprendre l’action la saison prochaine, Karel Préfontaine a gracieusement accepté sa bourse du Canadien de Montréal.

«C’est vraiment l’fun d’avoir la chance d’être appuyée par une grande organisation avec un programme qui honore les filles. Ça prouve que le talent des filles est reconnu au même titre que celui des gars.»