Les Raptors de Toronto, premiers dans l'Est en saison régulière, débutent les séries samedi contre les Wizards de Washington et leur joueur vedette John Wall (à gauche).

Place aux premier dribbles des séries

MONTRÉAL — Les Raptors viennent de connaître la meilleure saison de leur histoire, un rendement de 59-23 leur donnant la première place dans l’Est, dans la NBA.

Mais s’ils veulent vraiment faire vibrer leurs partisans, ils auront intérêt à faire preuve de succès inédits en séries.

Mené par DeMar DeRozan, Kyle Lowry et de très solides joueurs de soutien, le club torontois aura comme premier test les Wizards de Washington.

La confrontation des dinosaures et des sorciers débutera samedi à 17h30, au Air Canada Centre. Les Raptors et les Rockets de Houston ont eu les meilleures fiches de la ligue à la maison, 34-7.

Les Wizards ont conclu avec un dossier de 43-39, ayant perdu cinq de leurs six derniers matchs.

Les Raptors en sont à une cinquième présence de suite en séries, incluant une participation à la finale de l’Est, en 2016. Ils avaient été balayés par les Wizards en 2015, au premier tour.

Toronto et Washington ont divisé les honneurs de leurs quatre matchs en saison régulière. Chacun a gagné une fois sur le terrain de l’autre.

Le joueur étoile John Wall, des Wizards, vient de rater deux mois à cause d’une blessure au genou. Il est revenu au jeu le 1er avril.

Voici un aperçu des autres séries.

Association Est

- Celtics de Boston (55-27/2e position) c. Bucks de Milwaukee (44-38/7e)

Il faudra voir comment les Celtics vont se débrouiller sans Kyrie Irving, à l’écart pendant au moins quatre mois, résultat d’une blessure au genou. Menés par l’électrisant Giannis Antetokounmpo, les Bucks voudront faire bonne impression avant de s’installer dans leur nouvel aréna, à l’automne.

- 76ers de Philadelphie (52-30/3e) c. Heat de Miami (44-38/6e)

On peut se demander si c’est une bonne chose que les Sixers aient gagné leurs 16 derniers matchs. Cela va-t-il plomber le processus, pour un club de retour en séries pour la première fois depuis 2012? Le Heat a toutefois été ordinaire à l’étranger (18-23).

- Cavaliers de Cleveland (50-32/4e) c. Pacers de l’Indiana (48-34/5e)

Champions en titre de l’Est, les Cavaliers ont eu leur bonne part d’ennuis, mais il serait surprenant que l’Indiana ait la force de frappe pour les écarter. LeBron James a participé aux sept dernières finales de la NBA, aidant Cleveland à tout rafler en 2016. Il a triomphé deux fois avec le Heat.

Menés par James Harden, les Rockets de Houston sont les grands favoris dans l'Ouest.

Association Ouest

- Rockets de Houston (65-17/1re position) c. Timberwolves du Minnesota (47-35/8e)

Avec le fulgurant James Harden comme locomotive, Houston (65-17) a connu des séquences de 17, 14 et 11 gains de suite. Le Minnesota s’est glissé en séries en battant Denver en prolongation, mercredi. L’Ontarien Andrew Wiggins, le premier choix du repêchage de 2014, prend part aux séries pour la première fois de sa carrière.

- Warriors de Golden State (58-24/2e) c. Spurs de San Antonio (47-35/7e)

Les Spurs paraissent bien à court de munitions pour menacer les Warriors, les champions de la NBA en 2015 et en 2017 (et finalistes en 2016). Golden State doit toutefois se débrouiller sans Stephen Curry, qui n’est pas encore rétabli d’une blessure au genou.

- Trail Blazers de Portland (49-33/3e) c. Pelicans de La Nouvelle-Orléans (48-34/6e)

Anthony Davis et DeMarcus Cousins ont animé le bayou, mais Damian Lillard et les Blazers veulent se reprendre pour le balayage subi au premier tour l’an dernier, aux mains des Warriors.

- Jazz de l’Utah (48-34/4e) c. Thunder d’Oklahoma City (48-34/5e)

Gordon Hayward est passé à l’Est comme joueur autonome, mais personne n’a baissé les bras ni la tête et l’Utah en a surpris plus d’un, cumulant un dossier de 48-34. La recrue Donovan Mitchell doit mener la charge contre Russell Westbrook, Paul George et compagnie.