Le défenseur Pier-Olivier Lacombe a récolté une moyenne d’un point par match à ses cinq premières parties dans la LHJMQ.

Pier-Olivier Lacombe, choix de 13e ronde des Olympiques

Le recrutement d’athlètes de haut niveau a toujours été une science inexacte.

Pier-Olivier Lacombe en est une autre preuve. Sélectionné au 222e rang, au beau milieu de la 13e ronde du repêchage 2015 de la LHJMQ, il vient de percer l’alignement des Olympiques de Gatineau à l’âge de 18 ans. L’attente du défenseur natif de Repentigny en aura valu la peine.

Après avoir charmé l’entraîneur-chef Éric Landry au camp d’entraînement, il a non seulement fait sa place au sein de la brigade défensive des Olympiques, mais après cinq matches, il vient au deuxième rang des compteurs de la LHJMQ parmi les défenseurs recrues.

Grâce à son boulet de canon, il est employé lors des avantages numériques et il a déjà récolté un but et cinq points à ses cinq premiers matches dans le circuit Courteau.

«Peu importe le rang de sélection, quand un joueur finit par se tailler une place dans le junior majeur, c’est que ç’a été un bon choix. C’est impossible de faire une place aux 15 joueurs que nous repêchons chaque année. Le cas de Pier-Olivier démontre que le développement des joueurs ne se fait pas toujours au même rythme», a indiqué Éric Landry.

Après avoir été repêché tardivement par les Olympiques, Pier-Olivier Lacombe a amassé 11 buts et 29 points en 46 matches avec le Phénix du Collège Esther-Blondin dans le midget AAA.

Retranché par l’équipe gatinoise à 17 ans, il a ensuite joué avec les Patriotes du Cégep St-Laurent où il a compilé d’intéressantes statistiques offensives de 14 buts et 29 points en 35 matches.

Son troisième camp à Gatineau aura toutefois été le bon. Retranché par Benoît Groulx, puis Mario Duhamel, le costaud défenseur de 5’10’’ et 210 livres a eu une troisième vie avec Éric Landry.

Le Souvenir de Landry

Ce dernier avoue avoir été hypnotisé par le tir d’une rare puissance de Lacombe, mais il voyait autre chose en lui sur la patinoire.

«Pier-Olivier me faisait penser beaucoup à mon coéquipier Hugo Bertrand avec le Laser de St-Hyacinthe. Il avait le même gabarit. Hugo n’avait pas la même force de tir, mais le reste de son jeu ressemblait énormément à celui de Pier-Olivier. Hugo a fait une belle carrière junior. Pourquoi pas Pier-Olivier ?»

Landry pense que Lacombe pourra compter plusieurs buts dans la LHJMQ au cours des prochaines saisons. «Son lancer attire l’attention instantanément. Zack MacEwen avait un tir semblable l’an dernier, mais Pier-Olivier est encore plus précis. La vélocité d’un tir, c’est important, mais la précision l’est encore plus.»

La violente force de frappe de Lacombe fait penser à celle de Vincent «shotgun» Barnard, qui a terrorisé les gardiens de la LHJMQ pendant qu’il jouait avec les Olympiques et les Remparts de Québec de 2008 à 2012. À sa meilleure saison, Barnard avait compté 22 buts.

Selon Landry, cette arme de destruction massive n’est pas le seul avantage de son défenseur recrue. «Il a un flair offensif, il est patient avec la rondelle et il est capable de jouer la carte de la robustesse. C’est un gros bonhomme, mais il n’est pas lent du tout. Dans nos tests de vitesse, il a été un des plus rapides de l’équipe.»

Jamais découragé

Le principal intéressé souligne pour sa part qu’il n’a jamais été découragé par son rang de sélection. Au contraire, il avait même été surpris d’être repêché.

«Je n’étais pas classé sur la liste du repêchage. Peu importe le rang, j’espérais juste être repêché pour avoir une invitation à un camp d’entraînement. Je me disais qu’en travaillant fort, je pouvais me tailler une place quelque part. J’ai toujours été un joueur offensif, mais dans le midget AAA, j’ai eu le meilleur différentiel de mon équipe. Je me suis fait remarquer pour autre chose que mon offensive.»

Lacombe ne tient rien pour acquis à présent qu’il a forcé les Olympiques à lui faire une place. «Dans le junior, ta place n’est jamais vraiment faite. Mon objectif, c’est de jouer dans cette ligue jusqu’à 20 ans.»

Sur un écran près de chez vous

Les partisans des Olympiques commencent déjà à apprécier Pier-Olivier Lacombe sur la glace du centre Robert-Guertin. Bientôt, ils pourront l’admirer au petit écran.

Le défenseur recrue fera quelques apparitions dans le film Junior Majeur du réalisateur Éric Tessier. Dans cette suite du film des Pee Wee 3D, Pier-Olivier Lacombe joue même deux rôles de figurants.

Il incarnera d’abord un joueur russe dans une scène du championnat mondial junior, mais il sera ensuite un coéquipier d’une des vedettes du film chez les Saguenéens de Chicoutimi dans la LHJMQ.

Chez les Sags, il sera un compagnon de trio de Janeau Trudel, un grand espoir de la LNH. Lacombe jouera le rôle de Frédéric Prassel et portera le dossard #11 des Saguenéens dans les scènes de hockey et dans le vestiaire de son équipe.

« Je n’ai pas encore vu le montage du film. Il sortira en salle le 23 novembre. Je ne sais pas combien de fois on va me voir, mais j’étais toujours sur la patinoire quand je jouais pour les Sags. J’étais l’ailier de Janeau Trudel, un des principaux personnages du film. »

Lacombe s’était retrouvé dans l’aventure cinématographique quand son équipe des Patriotes du Cégep St-Laurent avait été approchée pour participer au film.

« Ils étaient venus voir une de nos parties pour voir si nous pouvions devenir des figurants. Ils avaient arrangé tout ça avec notre coach Gaston Therrien. Puis, nous avons pratiqué toutes les scènes de jeux du film pendant une semaine. Le tournage a duré 10 jours. Nous avons passé quatre jours à Rouyn-Noranda, puis le reste à Chicoutimi. » Même si les journées de tournage ont été longues, Lacombe a qualifié l’expérience « d’inoubliable ».
« C’était stressant de jouer avec des caméras tout près de nous. Passer 13-14 heures avec des patins dans les pieds, ça peut être long, mais j’ai eu beaucoup de plaisir à participer au film. J’ai hâte de le voir à l’écran. »

Junior Majeur se déroule cinq ans après le championnat de l’équipe de Janeau Trudel au tournoi pee-wee de Québec. Rendu à 18 ans, il se prépare à son repêchage dans la LNH, mais plusieurs obstacles se dresseront devant lui.